Les histoires érotiques (et plus coquines encore)

Les récits, nouvelles et autres histoires de sexe à lire discrètement pour se faire plaisir

BDSM dans une villa espagnole

Non classé Journal intime, Erotica, Femme exhibitionniste, Écrit par des femmes

Peu après avoir commencé le travail, mon employeur (Jérémy) m'a demandé d'écrire un journal de ma nouvelle vie, et il a depuis créé un site web sur lequel il est publié.

Si vous souhaitez lire mon journal, vous découvrirez que ma relation avec Jérémy est assez différente de celle de la plupart des employés et employeurs, mais je me suis facilement rendu compte que j'ai une vie qui ne pourrait pas être plus satisfaisante ou agréable. J'aime ma vie et toutes les petites aventures que Jérémy et moi vivons.

À part un peu de poils qui poussent sur mes jambes, je n'ai pas de poils sous la nuque. Tout a été enlevé par électrolyse. Je suis mince avec des petits seins perçants qui ont de petites auréoles et des tétons géants. Quand ils sont durs, Jérémy dit qu'ils sont comme des pinces à chapeaux de chapelle. J'ai un beau ventre ferme et plat avec un os pubien qui dépasse un peu. Dans les lèvres de ma chatte, j'ai deux petits anneaux dorés que Jérémy m'a mis dans le ventre. Mon clitoris est très proéminent et dépasse généralement entre mes lèvres. Il mesure environ 2,5 cm de long et sa tête est un peu ronde. Jérémy l'appelle parfois ma petite bite. Je ne possède pas de soutien-gorge, de culotte, de pantalon, de leggings ou de short ; et 90 % de mes jupes et robes peuvent être décrites comme mini ou micro. J'étais une fille très timide avant, mais je suis maintenant passée complètement à l'opposé, et j'éprouve un grand frisson à laisser les autres voir mon corps.

J'espère que cela suffira à satisfaire les personnes qui ont demandé à voir mon corps. Si ce n'est pas le cas, peut-être voudraient-ils m'envoyer un e-mail avec des questions spécifiques.

Jérémy m'a dit d'arrêter d'écrire mon journal à l'été 1999, mais il m'a récemment demandé de documenter certaines des expériences les plus intéressantes que nous avons vécues depuis lors.

Jérémy et moi avons parcouru l'Internet à la recherche d'idées pour de petites aventures ou incidents que nous pourrions fabriquer pour nous amuser. Nous avons trouvé une ou deux histoires qui semblent être des copies légèrement réécrites de certains des textes de mon Journal, et une ou deux qui sont très similaires à certaines des aventures que nous avons vécues et dont j'ai parlé dans mon Journal. Au début, cela m'a un peu ennuyé, mais Jérémy m'a dit que je devrais être honoré que quelqu'un ait pensé que nos aventures étaient assez bonnes pour être copiées. J'ai commencé à penser de cette façon aussi.

Jérémy a acheté une petite villa en Espagne et j'y suis allé pour la première fois. Jérémy m'y a emmené pendant quelques jours puis m'y a laissé seul pendant une semaine. C'était génial, et j'ai vraiment hâte d'y passer plus de temps.

Comme d'habitude, Jérémy m'a surpris en rentrant à la maison et en me disant de mettre quelques affaires essentielles dans un sac et nous sommes partis en quelques minutes.

Quelques heures plus tard, nous montions dans une voiture de location à l'aéroport de Malaga. Nous sommes descendus vers Marbella puis sommes remontés vers les collines. La villa se trouve à l'orée d'une petite zone boisée que Jérémy me dit posséder maintenant. Dès que je l'ai vue, j'ai commencé à imaginer le plaisir que nous pourrions avoir en plein air dans ce merveilleux climat. J'espère que Jérémy a décidé de s'y installer définitivement.

J'avais déjà enlevé ma robe quelques minutes après être montée dans la voiture à l'aéroport de Malaga, et dès que Jérémy s'est arrêté à la porte, j'ai sauté de la voiture et j'ai couru pour faire le tour de l'endroit. Il possède sa propre piscine avec une zone gazonnée et est pratiquement entouré de pins. A l'intérieur, il y a 3 chambres, 2 salles de bain, un grand salon ouvert avec un haut plafond, et un sous-sol. Dans le garage, j'ai trouvé un scooter que Jérémy m'a acheté pour que je puisse me déplacer quand il n'est pas là.

Le sous-sol est notre salle de punition espagnole. Jérémy n'a fait installer que deux machines à douleur / plaisir jusqu'à présent, nous en reparlerons plus tard.

Le premier travail que nous avons fait en arrivant là-bas a été de retourner vers Marbella dans un supermarché géant pour acheter de la nourriture et des boissons. Jérémy a choisi la jupe la plus courte (18 cm) et le haut le plus court que je puisse porter. Le bas de mes petits seins est visible sous mon haut, et si je fais autre chose que de rester droite, la jupe va soit remonter, montrant mes fesses et ma chatte, soit descendre en montrant le haut de mes fesses et de ma chatte. Quelle que soit la façon dont on voit les choses, je dois faire très attention aux enfants ou aux personnes qui ont l'air malheureux. C'est la seule jupe que Jérémy me laisse tirer droit quand je suis avec lui. De toute façon, il n'a pas fallu longtemps pour y arriver et j'ai donné des flashes à quelques personnes lorsque j'ai levé ou baissé la main pour quelque chose. Je ne faisais pas beaucoup attention aux autres personnes ; j'étais plus intéressé par le retour à la villa et par le soleil. Je savais que mon bronzage intégral allait me donner un vrai coup de fouet.

Il y a eu un moment à la caisse dont je me souviens. Je m'approchais pour prendre la nourriture à mettre dans les sacs quand j'ai réalisé que la caissière avait cessé de scanner les choses et me regardait. Je me suis demandé ce qu'elle regardait, puis j'ai réalisé que mon petit haut s'était relevé et était maintenu par mes tétons durs.

Dès que la nourriture a été rangée, j'ai demandé à Jérémy si je pouvais aller nager. Nous y sommes allés tous les deux et j'ai supplié Jérémy de me baiser dans l'eau. J'adore cette sensation.

Ensuite, nous sommes allés nous promener dans les bois, par-dessus la clôture et le long des chemins de terre. Nous n'avons jamais vu personne, ce qui était un peu décevant, car nous étions tous les deux nus. À un moment donné, Jérémy m'a fait me pencher sur un arbre tombé pendant qu'il me pénétrait. Nous avons continué à marcher avec sa bite toujours dirigée vers le soleil et nos jus qui coulaient le long de mes cuisses.

Le lendemain matin, Jérémy a sorti le petit scooter du garage et m'a montré comment tout fonctionne. Je n'avais jamais conduit une moto ou un scooter avant, mais il n'a pas été difficile de s'y habituer, et en quelques minutes, je l'ai conduit dans le jardin. Jérémy m'a rappelé que je devais mettre des vêtements lorsque je l'emmenais sur la route.

Nous ne sommes allés à Marbella qu'une seule nuit (les trois autres nuits, Jérémy était plus intéressé par le fait que je sois à l'air libre). Nous nous sommes promenés sur le front de mer et avons bu dans les bars très fréquentés. Mes vêtements étriqués n'attiraient pas beaucoup l'attention, car il y avait des centaines de filles portant presque aussi peu que moi.

Jérémy m'a emmené sur cette plage fantastique à environ 10 km  à l'est de Marbella. Elle a du sable doux et des dunes dans lesquelles on peut presque se perdre. Pour que ce soit encore mieux, c'est une plage naturiste. À part la zone près du port, presque tout le monde était nu. C'était génial de nager dans la mer chaude et de s'allonger sur le sable doux et chaud. Chaque fois que Jérémy voulait du sexe, nous allions soit dans la mer, soit dans les dunes jusqu'à ce que nous trouvions un endroit tranquille où il pourrait faire son mauvais coup avec moi.

Une fois, nous ne sommes allés qu'au bord des dunes et pendant que j'étais empalée sur Jérémy et que je me déplaçais lentement d'un côté à l'autre, trois adolescentes sont passées et ont pu voir ma chatte et les couilles de Jérémy. Sa bite était enfouie au plus profond de moi. La première fille qui nous a repérés l'a dit aux deux autres et elles l'ont regardé fixement pendant un moment avant de partir en riant.

Salle de punition - comme je l'ai dit, il n'y a que deux machines là-dedans jusqu'à présent, mais il y a beaucoup d'anneaux d'acier dans les murs, le sol et le plafond. L'une des machines est une sorte de machine à chocs électriques. C'est un long gode métallique attaché à un poteau qui est boulonné au sol. La hauteur est réglable et est réglée de manière à ce que le gode soit juste à l'intérieur de moi lorsque je suis debout sur la pointe des pieds. Il y a deux petites pinces sur le sol qui maintiennent mes gros orteils en place. Je dois me tenir sur la pointe des pieds parce que sous mes talons se trouve un interrupteur qui allume le courant. Il s'allume quand je me détends et que mes talons descendent. Pour m'assurer que je ne peux pas défaire les pinces à gros orteils, il y a des cordes suspendues au plafond que Jérémy fixe à mes poignets.

J'étais un peu nerveuse quand j'ai vu pour la première fois les fils qui allaient à une unité de contrôle puis à une prise de courant sur le mur. J'ai regardé Jérémy qui m'a dit : "Fais-moi confiance !" Je lui fais confiance.

Pendant les dix premières minutes environ, ce n'était rien de spécial, tout comme avoir un gode partiellement en moi. Après cela, mes jambes et mes pieds ont commencé à se fatiguer un peu et j'ai commencé à descendre un peu. C'est agréable quand le gode entre un peu plus loin, mais ensuite mes talons déclenchent l'interrupteur et je reçois une secousse. J'ai bien sauté la première fois. Le boîtier de commande maintient le voltage à un niveau bas, mais il peut être augmenté.

Plus mes jambes sont fatiguées, plus j'ai de chocs. Plus j'ai reçu de chocs, plus j'étais excité et fatigué. Jérémy m'a laissé seul pendant les 30 ou 40 premières minutes, puis il a commencé à me surveiller toutes les 5 minutes environ. Jérémy peut dire quand ma douleur se transforme en plaisir et quand il a réalisé que j'étais sur le point d'éjaculer, il a augmenté un peu le voltage. Juste au point de non-retour, Jérémy a augmenté un peu plus le voltage et j'ai appuyé sur mes talons. J'étais là, couverte de sueur et criant presque de plaisir.

Jérémy a dû me retenir après avoir détaché mes poignets. J'avais vraiment besoin de cette longue douche et de dormir ensuite.

L'autre machine à plaisir est comme un petit cheval de sport sans jambes. La différence, c'est qu'il a une grosse vibration électrique qui dépasse du haut. Jérémy l'a fait placer sur le sol entre des cordes pour qu'il puisse m'y attacher une fois que je me serais agenouillé et empalé dessus. Les cordes me retiennent avec mes poignets attachés au sol derrière moi.

Jérémy m'attache en place, l'allume et me laisse dessus. La première fois que je l'ai utilisé, j'ai joui 4 fois avant que Jérémy ne vienne l'éteindre.

Il n'a pas fallu longtemps à Jérémy pour rentrer chez lui, mais il m'a dit que j'allais y rester encore une semaine toute seule. Ouah ! Jérémy me manquerait, mais je savais que je pouvais m'amuser.

Après avoir déposé Jérémy à l'aéroport, je suis retournée à la villa en planifiant ce que j'allais faire de ma semaine au soleil toute seule.

La première fois que je suis sortie en scooter a été "intéressante". J'avais mis une jupe courte et fine en coton "A" et un chemisier fin avec une cravate sur le devant. Au début, j'étais très concentrée car je roulais sur les routes et je ne remarquais pas vraiment ce que le vent faisait à mes vêtements. Pour commencer, le vent faisait en sorte que mes tétons restent durs comme de la pierre. L'autre chose, c'est que ma jupe se gonflait et que je devais m'arrêter plusieurs fois pour la descendre de ma taille. Au bout d'un moment, j'ai pris confiance en moi et j'ai commencé à me détendre un peu. J'ai vite découvert que si je m'asseyais en avant sur le siège, que je me détendais en arrière et que j'ouvrais les genoux, le vent était merveilleux sur ma chatte. J'ai cessé de me soucier que ma jupe soit autour de ma taille, sauf lorsque je me trouvais dans une agglomération où il y avait beaucoup de monde. À la campagne, j'ai remarqué un jour que mon chemisier à cravate s'était défait et que mes seins se faisaient bronzer. Le chemisier était si fin que je ne sentais pas la différence.

J'aimais beaucoup me balader avec les jambes ouvertes et la brise qui me massait la chatte. Quand je suis descendue à l'extérieur d'un petit supermarché, il y avait une grosse tache humide sur le siège. Les vibrations me faisaient produire un lubrifiant plus vite que la brise ne pouvait le sécher.

Après avoir acheté du pain et une glace, je me suis assis sur le bord de la route pour manger la glace, les genoux fléchis et les pieds écartés. Je n'aurais pas pu mieux planifier tout cela si j'y avais pensé. Des touristes sont arrivés de l'autre côté de la rue et je n'ai pas réalisé que ma chatte était exposée jusqu'à ce qu'un homme fasse une double prise et me dise : "Bon sang ! Quand j'ai réalisé ce qu'il regardait, j'ai réussi à ne pas réagir et je suis resté assis là.

Je me suis perdu sur le chemin du retour et j'ai dû m'arrêter pour acheter de l'essence. L'accompagnateur était un jeune de 19 ou 20 ans. J'ai dû lui demander de l'aide et je l'ai remboursé en déposant mon argent et en me penchant pour le ramasser, ce qui lui a permis de voir mes fesses et ma chatte.

J'ai décidé de passer une des journées sur la plage. Me sentant courageux quand je me suis levé, j'ai décidé d'en faire un voyage sans vêtements. La seule chose que j'ai emportée avec moi qui pouvait servir à me couvrir était une serviette. J'ai décidé que j'avais besoin d'une serviette pour m'allonger et pour me sécher après la baignade. Le scooter était hors de question pour deux raisons. La première était que c'était trop loin pour moi et que la route principale ne me plaisait pas. La seconde, c'est que j'étais sûr de me faire arrêter.

Je n'ai pas remarqué que quelqu'un me regardait en conduisant, bien que j'aie fait un détour de dernière minute lorsque j'ai vu un policier se tenir à un coin de rue où je devais m'arrêter.

Il n'y avait pas beaucoup de voitures sur le parking quand je suis arrivé et je me suis garé bien loin des dunes. J'ai traversé le parking en courant et je me suis vite détendu en arrivant dans les dunes. La journée s'est bien passée, mon bronzage s'est amélioré et j'ai passé un moment de détente dans la mer chaude.

Le "plaisir" a commencé quand j'ai décidé de retourner à la villa. En me dirigeant vers le parking, j'ai remarqué beaucoup de voitures et une bande d'une dizaine de jeunes bruyants à moto qui traînaient près de l'endroit où j'étais garé. Réalisant que j'avais peut-être un petit problème, j'ai traîné un peu dans le coin en espérant qu'ils allaient passer à autre chose. Pendant que je me tenais là, deux couples sont passés devant moi et il était évident d'après leur regard qu'ils n'attendaient pas une femme nue si loin de la plage.

Finalement, j'ai décidé que je ne pouvais pas attendre plus longtemps, et avec un cœur qui battait fort et une chatte de plus en plus mouillée, j'ai commencé à marcher vers la voiture. Ils ne tardèrent pas à me voir et la plupart d'entre eux sautèrent sur leurs vélos et commencèrent à me tourner autour. Je savais que si je m'arrêtais, j'aurais probablement du mal à me remettre en mouvement. Ils me criaient dessus, et entre eux, mais je n'avais pas la moindre idée de ce qu'ils disaient. Finalement, en sueur et les cuisses mouillées, j'ai atteint la voiture et je suis monté. Certains m'ont suivi pendant quelques kilomètres avant d'abandonner et d'aller ailleurs.

Quelques fois, j'ai pris la machine à punir sur laquelle je m'agenouille, dehors, pour me faire plaisir au soleil. Je n'ai pas pu aller aussi loin parce que le câble électrique n'était pas si long. Quoi qu'il en soit, après l'avoir utilisée une deuxième fois pendant environ cinq minutes, j'arrivais au point de non-retour quand j'ai remarqué que quelque chose bougeait du coin de l'œil. Je me suis retourné pour voir ce que c'était et j'ai été choqué de voir que c'était un jeune homme avec un seau à la main.

Luttant pour retenir l'orgasme qui était sur le point d'arriver, je lui ai demandé qui diable il était. Avec un grand sourire, il m'a dit : "Je suis l'homme de la piscine, je viens ici tous les mardis. N'arrêtez pas à cause de moi, j'aime voir une femme se masturber." À ce moment-là, je ne pouvais pas m'arrêter même si je le voulais, alors j'ai laissé faire. C'était encore plus intense parce que j'ai eu un public de dernière minute, inattendu. Un public raisonnable.

Alors que mon état d'euphorie s'est calmé, l'homme s'est retourné et s'est dirigé vers la piscine. Quand je suis descendu, je suis allé nager. L'homme m'avait vu à mon plus haut niveau d'exposition, alors quoi qu'il en soit, taquinez-le encore un peu.

Un après-midi, j'ai fait une autre promenade dans les bois - nue bien sûr. C'était si paisible, si chaud et si naturel. J'ai traversé l'arrière d'une autre villa et j'ai regardé un couple faire l'amour dans leur piscine. Cela m'a un peu excité, alors j'ai dû me soulager pendant que je me tenais là à les regarder.

Un autre jour, je suis allé faire du lèche-vitrine à Marbella. Il y a des magasins fantastiques là-bas, mais dans beaucoup d'entre eux, il faut un gros solde bancaire pour acheter quoi que ce soit. Il ne s'est pas passé grand-chose d'excitant, même si je suis sûre que j'ai dû donner à certaines personnes un aperçu de mes friandises. La légère brise n'arrêtait pas de faire sauter ma jupe et je ne pouvais pas me donner la peine de faire quoi que ce soit.

Je me suis rendue en scooter dans les magasins locaux presque tous les matins de cette semaine et j'ai vraiment apprécié la sensation de la brise sur ma chatte en roulant les genoux écartés au maximum. Le magasin où je me rendais habituellement était un petit supermarché. Il me semblait que j'y passais des heures à attendre l'occasion de montrer à quelqu'un qui me convenait, soit en m'accroupissant pour regarder quelque chose sur une étagère du bas, soit en me penchant pour donner une belle vue sur mon cul.

Le magasin semblait être tenu par un homme âgé et une adolescente qui était habituellement à la caisse. À la fin de la semaine, le vieil homme me souriait et me suivait partout. La jeune fille a également reçu sa part, pour une raison quelconque, je réussissais toujours à coincer le bas de ma jupe courte lorsque je prenais les marchandises après qu'elle les ait rangées dans la caisse. Elle avait l'habitude de fixer ma chatte chauve pendant que je comptais lentement mes euros dans mon sac à main d'une main et que l'autre tenait le pain, etc. (et ma jupe).

Le vendredi soir, j'ai fait un rêve "mouillé" quand je me suis réveillé avec ce que je pensais être un cambrioleur dans la chambre. Je suis restée allongée, effrayée mais silencieuse, en espérant que celui qui était là ne se rendrait pas compte que j'étais là. C'est un peu idiot, car quel cambrioleur pourrait résister à l'envie de faire quelque chose à un jeune homme de 28 ans, nu et mince, qui dort sans couverture.

Il s'est approché du lit puis a mis quelque chose sur ma bouche. Je me suis évanouie.

Quand je me suis réveillé, il faisait encore nuit, et j'étais attaché, aigle écarté, face contre terre. J'avais les yeux bandés, j'avais quelque chose sur les oreilles, quelque chose de très solide dans la chatte, et quelque chose me serrait et me tirait les tétons.

Peu de temps après, le truc dans ma chatte s'est tordu et a été poussé un peu vers l'intérieur et vers l'extérieur. Ma chatte a réagi et la douleur s'est transformée en un léger plaisir. On l'a ensuite enlevé.

Après ce qui a semblé être une éternité, on m'a mis quelque chose d'autre dans la chatte. Cette fois, j'ai su ce que c'était, une vibration, et elle a été activée. Elle est restée allumée jusqu'à ce que j'ai un orgasme. En même temps, j'ai ressenti une terrible douleur aiguë dans les tétons. Cela a intensifié mon orgasme et j'ai crié. En me calmant, j'ai réalisé que la douleur dans mes mamelons était de l'électricité.

La vibration a été supprimée et on m'a laissé un peu de temps. Puis la même chose s'est produite encore, et encore, et encore. Je pense que c'était 4 fois en tout. J'étais crevé, mais heureux, même si je ne savais pas qui me faisait ça.

On m'a laissé beaucoup plus longtemps avant de me mettre quelque chose sur la bouche et de m'évanouir à nouveau.

Quand je me suis réveillé, j'étais de nouveau au lit et il commençait à faire jour. Avais-je tout rêvé ? Avais-je fait un grand rêve humide ? Ma chatte était certainement mouillée et douloureuse, tout comme mes mamelons. Je me suis levée et je suis allée prendre une douche.

Quand je suis entré dans la cuisine, j'ai été surpris de voir Jérémy prendre son petit déjeuner. Le plan initial, lorsque Jérémy m'a quitté pour rentrer chez moi le week-end précédent, était que je rentre chez moi par mes propres moyens.

Jérémy m'a juste dit "Bonne nuit", mais je savais alors que ce n'était pas un rêve - je pense que Jérémy m'avait donné quelques orgasmes fantastiques et m'avait fait me sentir fantastique.

Plus tard ce jour-là, nous sommes allés le long de la côte, là où un téléphérique va du milieu du village / de la ville, jusqu'au sommet de la montagne. Je ne portais qu'une jupe courte et légère et un T-shirt blanc, fin et serré. Plus on montait, plus il faisait froid et plus il y avait de vent. Quand nous sommes arrivés au sommet, il y avait un coup de vent, un coup de vent froid. Ma jupe était partout et mes tétons menaçaient de déchirer le T-shirt. Avec ce T-shirt, on peut toujours voir mes tétons foncés, mais avec leur dureté, le tissu était vraiment sous pression. Le fait que Jérémy ait versé un peu de notre eau potable sur eux n'a pas aidé.

C'est un endroit fantastique avec des vues à des kilomètres à la ronde et toutes sortes d'oiseaux sauvages. Mais nous ne pouvions pas rester longtemps car il y avait beaucoup d'enfants et je leur donnais involontairement une leçon de biologie humaine. Jérémy m'a même dit que je pouvais essayer de tenir ma jupe à sa place, ce qui m'est normalement interdit.

Dimanche soir - Jérémy m'a emmené dans une boîte de nuit à Fuengirola. Je portais une petite robe noire - ample, coupe basse, bretelles spaghetti et talons de 10 cm. Nous avons tous les deux bu un peu trop et Jérémy a décidé que nous devrions dormir dans la voiture avant de retourner à la villa.

À mon demi réveil, il faisait jour et j'ai découvert que le parking du club faisait partie d'un parcours que les adolescents empruntaient pour se rendre à leur lycée. J'avais dormi dans le siège passager incliné et ma robe était montée jusqu'à la taille et ma main droite me frottait doucement la chatte (je me réveille souvent en me mettant ça dans la bouche).

J'ai réussi à résister à la panique et je suis restée immobile en attendant de voir ce qui allait se passer. Au bout d'un moment, j'ai entendu la voix d'un jeune homme. Je n'ai pas compris ce qu'il disait, mais il était excité. Au bout de quelques secondes, il y a eu d'autres voix, masculines et féminines. J'ai décidé de monter la mise et j'ai vraiment commencé à jouer avec ma chatte - en faisant toujours semblant de dormir. J'ai écarté les jambes et j'ai vraiment commencé à jouer quand tout est devenu calme. Ensuite, la porte du conducteur s'est ouverte et Jérémy est entré en disant : "Est-ce que j'ai gâché ton plaisir ?

Nous sommes retournés à la villa et avons fait nos valises. Cet après-midi-là, nous sommes rentrés dans une France beaucoup plus fraîche.

Je suis sûr que nous y retournerons, et j'ai hâte de m'amuser encore plus là-bas.

D'autres histoires de cul à dévorer :