Les histoires érotiques (et plus coquines encore)

Les récits, nouvelles et autres histoires de sexe à lire discrètement pour se faire plaisir

Aventure sexuelle: Sexe avec un ancien béguin

Commençons par une petite présentation de moi : Je m'appelle Matthew, je suis avocat dans le Midwest. Mon principal domaine d'activité est le droit des sociétés. Je voyage dans le monde entier pour aider les grandes entreprises à acquérir/fusionner avec d'autres moyennes ou grandes entreprises. J'ai épousé ma femme Lex il y a 3 ans.

eroticduo Sexe avec un ancien béguin

Commençons par une petite présentation de moi : Je m'appelle Matthew, je suis avocat dans le Midwest. Mon principal domaine d'activité est le droit des sociétés. Je voyage dans le monde entier pour aider les grandes entreprises à acquérir/fusionner avec d'autres moyennes ou grandes entreprises. J'ai épousé ma femme Lex il y a 3 ans. Je la gâte énormément, je l'ai ramenée à la maison après avoir travaillé dans le monde des affaires, je lui ai acheté un nouvel ensemble de seins D qu'elle adore montrer et nous avons une vie sexuelle incroyable. Lex fait 1m80 et pèse 120lbs, elle est trempée. Elle était footballeuse au lycée et à l'université, elle a donc des courbes parfaites avec tout le sex-appeal des muscles toniques. 

Lex et moi étions sortis dîner dans notre restaurant de steaks préféré. Lex déteste cuisiner et à la fin d'une longue journée passée à parler au téléphone, à enchaîner les réunions et à faire de la paperasse, il est hors de question que je rentre à la maison pour préparer un repas. Nous étions assis dans notre coin, une cabine qui nous attend habituellement parce que nous venons souvent ici. On terminait et j'étais sur le point de payer l'addition quand de l'autre côté de la pièce j'ai entendu mon nom crié... "Matthew, Matthew du lycée Westchester, c'est toi ?". J'ai levé les yeux et à la seconde où je l'ai vue, j'ai su EXACTEMENT qui c'était. C'était Lauren, une fille pour laquelle j'ai toujours eu le béguin au lycée, mais je n'ai jamais été assez bon pour avoir une chance. Elle s'est rapprochée et je pouvais voir qu'elle était un peu ivre. "Oh mon dieu, Matthew ! Comment tu vas ? Qu'est-ce que tu deviens ? Qu'est-ce que tu fais en ce moment ? Qui est cette jeune femme ?" Lauren a demandé, ou j'imagine qu'elle a bafouillé. "Je vais bien. Je suis en fait une avocate. Je dirige un cabinet qui fait des fusions et des acquisitions. Je travaille beaucoup, mais rien de vraiment nouveau. C'est ma femme, Lex." J'ai répondu. "Oh, ma femme. Regarde-toi, petit Matty" Ma femme m'a lancé un regard furieux. A ce moment, j'aurais dû mettre fin à la conversation mais je ne pouvais pas croire qu'une fille pour laquelle j'avais le béguin depuis si longtemps était si proche de moi et me parlait avec intérêt, alors je lui ai demandé les mêmes choses qu'elle m'avait demandé. "Eh bien, je suis le directeur financier de la société de mon frère. Je viens de quitter mon ex-mari, un sac à merde. Tu te souviens de Jake ? Oui, je l'ai épousé. Quel gaspillage de 4 ans de ma vie." Elle a ensuite continué à parler de quelque chose, mais je ne pourrais même pas vous dire ce que c'était. Elle était tellement sexy que je ne faisais pas attention. Lauren est blonde, mesure environ 1,65 m, doit avoir un poids de 45 kg, des courbes, un cul épais, de gros seins et des yeux bleus perçants. Elle portait une robe noire avec un décolleté en V, assez serrée pour être sexy et montrer toutes les choses parfaites de son corps, mais aussi juste ce qu'il faut de classe pour qu'elle puisse la porter dans la salle du conseil et probablement posséder toutes les bites qui s'y trouvent. Après un moment de discussion, Lex a mis fin à la conversation, visiblement agacé et peut-être même jaloux. J'ai donné ma carte à Lauren et lui ai dit que j'aimerais parler à son frère de son entreprise et de ses projets de sortie et je suis sorti avec ma femme. La main dans le creux de son dos, pour montrer qu'elle est à moi, mais aussi pour montrer mon alliance, mes boutons de manchette en diamant et une superbe Rolex yacht master. J'espérais que Lauren remarquerait et réaliserait que j'étais peut-être le nerd au lycée, mais que j'étais le nerd qui a grandi pour gagner sa vie.

J'adore quand Lex devient jalouse, elle doit toujours marquer son territoire après qu'une fille flirte activement avec moi. J'ai appris que le mieux était de faire comme si je n'avais aucune idée de ce qui se passait et de laisser les choses se dérouler pour moi. Je fais monter Lex dans la voiture, je fais le tour et je me mets à la place du conducteur. INSTANTANÉMENT, elle s'accroche à mon visage, m'embrasse passionnément, se frotte les mains partout et me dit : "Ramène-moi à la maison et baise-moi à fond. Tu dois te rappeler que cette grosse bite appartient à une personne et une seule." Je commence à prendre le chemin de la maison. Je discute brièvement de ce qui me passe par la tête, la main sur sa cuisse, lui rappelant que je suis fier d'être son mari. Je me suis garé dans le garage, et je commence à marcher à l'intérieur, et instantanément je suis attaqué. Lex se frotte sur moi, m'embrasse, respire fort, je la prends dans mes bras et l'emmène dans la chambre. Je lui arrache sa robe et son soutien-gorge, tout en la tenant et en l'embrassant. Je la jette sur le lit et commence à embrasser ses seins, puis le long de son corps. J'arrive à ses cuisses et je commence à les embrasser et à les mordiller, en l'entendant gémir tout doucement "Ohhhh fuck, baby", je bouge juste un peu. Lex a la chatte PARFAITE, elle n'a jamais été baisée que par 3 gars, moi y compris, des lèvres parfaites, et toujours complètement chauve à cause de l'épilation au laser que je paie. Je suis le type de partenaire qui aime toujours qu'elle jouisse d'abord avant de se glisser dedans, je prends mon pied en faisant jouir une femme. Ça m'épuise. Je passe ma langue de haut en bas, lentement, presque en la taquinant, je glisse lentement un doigt à l'intérieur, et je m'accroche à son clito en le suçant. À ce stade, Lex gémit plus fort que d'habitude. "Putain, suce cette chatte. C'est ta chatte. Tu ne pourras jamais sucer la chatte de personne comme ça. Celle-ci est la tienne." C'est comme ça que je sais qu'elle est vraiment branchée. Son langage cochon devient méchant, elle devient territoriale, et j'adore ça. Elle laisse échapper un long gémissement/crachat et un flot de jus frappe mon visage. Je ne cesse de sucer, lécher et doigter. Je veux tout. Quand elle se remet, elle se redresse, me regarde et me dit de m'allonger, je m'allonge, elle attrape ma queue et l'aligne avec sa chatte. Normalement, elle devrait me sucer un peu, mais les paris sont ouverts. Elle est vraiment excitée et veut vraiment que je me rappelle à qui je suis marié et qui je dois baiser. Je mentirais si, pendant quelques instants, je ne pensais pas à Lauren et à ce à quoi elle ressemblait sous cette robe. J'en suis sorti lorsqu'elle a mis ses mains sur ma poitrine et a commencé à rebondir sur ma queue, sa respiration s'est accélérée et je pouvais le sentir. Ça venait. J'ai attrapé son cou et j'ai commencé à l'étouffer alors qu'elle commençait à faire des mouvements de haut en bas sur ma bite. Puis on a tous les deux poussé un grand cri, on a joui ensemble, et elle s'est effondrée sur ma poitrine. Elle a fini par rouler sur moi et s'est endormie, aussi nue que le jour de sa naissance. J'ai rapidement fait de même.

Quelques semaines plus tard, rien ne sortait vraiment de l'ordinaire dans ma vie. Le travail, les verres avec les clients, baiser ma femme, tout ça, mais ça allait changer. C'était un mardi après-midi. Je sors de l'ascenseur et entre dans notre hall principal. Chaque fois que j'entre dans le bureau, je ne peux m'empêcher de m'arrêter et de penser à quel point je suis fier de mes partenaires et de moi-même d'être arrivés si loin. Quand vous regardez dans le hall, vous voyez un panneau avec tous nos noms de famille, des sols en marbre, des jeux d'eau, un énorme bureau de réception en érable, et ma préférée, notre stagiaire d'été de l'université, Mallory. Mallory était un vrai spectacle de fumée. Elle avait 21 ans, elle venait de mon alma mater, elle voulait étudier le droit, elle avait de longs cheveux bruns flottants, des yeux verts étincelants, de longues jambes parfaitement toniques, (je suppose qu'elle jouait au volley-ball.) des seins qui reposaient parfaitement sur sa poitrine. Si parfaitement qu'il y a des fois où je jurerais qu'elle ne porte pas de soutien-gorge et un cul dans lequel vous avez juste envie d'enfouir votre visage. Chaque fois que je sortais de l'ascenseur, j'étais toujours accueilli par le plus sexy des "Bonjour ou Good morning Mr. Robertson", mais cette fois c'était différent. C'était presque frénétique. "M. Robertson, uhhh uhm uhhh." "Mallory crache le morceau ! Quoi ?!" Je l'ai regardé. Elle est terrifiée, je ne peux pas dire de quoi, mais je pense que c'est moi. Ce qui me fait rire au fond de mon esprit. "Euh, il y a une dame dans votre bureau. Elle a insisté pour vous voir, a marché jusqu'à votre bureau, et m'a dit que vous étiez un vieil ami à elle et que cela la dérangerait d'attendre sur le canapé de votre bureau". Elle a répondu docilement. "Mallory, la prochaine fois que cela se produit, vous appelez la sécurité du bâtiment. Ce n'est pas acceptable et mon emploi du temps est trop chargé pour des interruptions. Maintenant, retournez au travail, je vais m'en occuper." Alors que je me retourne et commence à marcher vers mon bureau, au 35ème étage avec vue sur toute la ville, je me demande qui a eu les couilles d'entrer dans mon bureau comme ça et de penser que j'allais accepter qu'il parle à mon équipe de cette manière. Je m'approche de mon bureau et j'y jette un coup d'oeil. Je n'aurais pas dû être choqué de voir qui était assis sur l'immense canapé en cuir contre le mur, à côté de mon bureau. "Bonjour, Lauren. Tu sais que j'ai dit à Mallory que si tu entres à nouveau comme ça, elle doit appeler la sécurité du bâtiment." "Oh Matt, tu ne me ferais pas ça, hein ?" Son ton était un peu pleurnichard, un peu dragueur, et très sexy. "Que puis-je faire pour toi Lauren, j'ai une journée chargée et j'ai un appel dans 20 minutes." "Eh bien, je pense que je vais aller droit au but. J'ai reçu ta carte, et je n'avais aucune idée que tu étais une aussi grande vedette que toi. Mon frère et moi cherchons à ajouter quelques sociétés à notre portefeuille d'actifs sous gestion et nous aimerions que vous nous aidiez à trouver les bonnes." À ce moment-là, j'avais enlevé ma veste de costume, je m'étais assis dans mes cheveux et je reposais ma tête sur mon poing et mon coude sur le bureau. Lauren s'était levée et se tenait de l'autre côté de mon bureau, les bras tendus et un peu pliés. Elle me donnait une vue parfaite de son décolleté et je ne me plaignais pas. J'ai réalisé qu'elle avait arrêté de parler et qu'elle me regardait en train de regarder ses seins. "Eh bien, je vois quelque chose qui ne changera jamais." Elle sourit et ricane alors que je tourne à droite. "Alors, qu'est-ce que tu en dis ? Tu veux nous aider à nous développer ? En plus, ce serait super sympa de travailler ensemble." Elle s'avance vers moi pendant qu'elle parle, nous ne quittons jamais le contact visuel. Au fond de mon esprit, je crie : "Espèce d'idiote ! !! ARRÊTEZ-LA, DITES-LUI NON !!!!! REFERER UN PARTENAIRE A ELLE !!!!". L'autre partie de moi ne peut pas s'arrêter d'avoir des étoiles, ne peut pas s'arrêter de penser à toutes les choses que j'ai voulu lui faire pendant toutes ces années, à la façon dont je voulais la punir pour m'avoir repoussé toutes ces années auparavant. Puis c'est arrivé pendant que je pensais à toutes ces choses, mon pantalon a commencé à s'ouvrir. Elle l'a vu, l'a regardé fixement, et a touché ses genoux. "On dirait que quelqu'un est d'accord pour qu'on travaille ensemble." Elle a reculé la chaise assez loin pour qu'elle soit hors de vue si quelqu'un passait et regardait à l'intérieur, j'ai attrapé un contrat sur mon bureau pour qu'il n'ait pas l'air déplacé de la façon dont j'étais assis, alors que Lauren défaisait mon pantalon et laissait ma bite dure comme de la pierre voler librement, je ne pouvais pas croire que c'était en train de se produire. "Wow ! Si j'avais su que ta bite était aussi belle, je l'aurais fait depuis longtemps." Elle me regarde dans les yeux en frottant sa main de haut en bas, elle ne cesse de me regarder. Puis c'est arrivé... Elle a mis ma bite dans sa bouche chaude et humide et tout ce que je pouvais faire était de laisser échapper un gémissement. C'était si bon, la façon dont elle frottait sa langue sur la tête de ma bite, sa bouche de haut en bas du reste, sa main à la base. Elle a commencé à aller en ville, il a fallu tout ce que j'avais pour me concentrer sur ce qui se passait. Je ne pouvais pas croire que cela se produisait, et encore moins dans mon bureau, avec ma porte ouverte, avec tous mes associés travaillant sur les affaires que je leur avais confiées. Au moment où elle s'est ajustée et où elle a enfoncé ma bite dans sa gorge, Mallory est apparue à la porte : "M. Robertson, votre femme est en ligne pour vous. Elle dit que cela a quelque chose à voir avec votre maison..... M. Robertson, ça va ? !" Merde, je n'ai pas répondu à voix haute, j'étais tellement pris par ce qui se passait. "Merci, Mallory. Je suis vraiment concentré sur ce euhhhhh bref ici. S'il vous plaît, faites-lui savoir que je la rappellerai." "Ok, M. Robertson. Vous êtes sûr que vous allez bien ?" "Oui je le suis, Mallory s'il te plaît ferme la porte en sortant." Après que Mallory ait fermé la porte, Lauren s'arrête et glousse. "Wow, c'était putain de chaud." "Wow c'était proche" c'est tout ce que j'ai répondu quand elle a recommencé à sucer. Peu de temps après, je ne pouvais plus le supporter. J'ai commencé à grogner et à gémir "fuuuuuuuuuck. C'est si bon", puis une giclée après l'autre de sperme a atteint le fond de sa gorge et elle a avalé chaque goutte. Je m'affaisse sur ma chaise alors qu'elle se lève, se lèche les lèvres, et dit "Miam". Est-ce que ça veut dire que tu es dans le coup ? Est-ce qu'on peut faire une petite pause sur tes honoraires ?" "J'en suis. Reviens ce soir après 19h30. Tout le monde sera parti et on pourra parler davantage." Elle m'a embrassé sur la joue et elle est partie.

Le reste de la journée, je n'ai pas pu me concentrer sur quoi que ce soit. Je n'arrivais pas à croire ce qui venait de se passer. J'aimais Lex. Je ne lui avais jamais été infidèle. Est-ce que j'ai regardé une autre femme ? Quel homme ne l'a pas fait ? Est-ce que j'avais déjà eu l'occasion de la tromper ? Oui. L'ai-je fait ? Ca ne m'a même pas traversé l'esprit. Qu'est-ce qu'il y avait chez Lauren pour que je ne puisse pas me contrôler ? Pourquoi lui ai-je permis d'avoir un tel contrôle sur moi ? A l'heure du déjeuner, Mallory a frappé à ma porte : "M. Robertson. Je vais déjeuner, voulez-vous votre repas normal de l'épicerie d'en face ?" "Ce serait formidable. Merci, Mallory" et la porte se referme. "Merde, c'est déjà l'heure du déjeuner ? Où était passée la journée ? Je n'avais rien fait et je devais être sur un appel dans 25 minutes. J'ai ouvert mon ordinateur portable pour la première fois de la journée et j'ai envoyé un e-mail pour annuler l'appel et vérifier d'autres choses qui devaient être suivies, mais j'étais pratiquement dans les vapes. Mallory est revenue avec le déjeuner. Elle entre et ferme la porte, ce qui est bizarre, elle ne fait jamais ça. Elle me prépare et reste là. "Je peux faire autre chose pour toi, Mallory ?" Je demande avec curiosité mais sévèrement. "Euh, vous voyez monsieur, c'est gênant, mais je dois vous dire ceci pour que ça ne se reproduise pas." Oh merde, j'ai pensé. Elle sait. "La dame qui était là, quand je suis entré pour vous dire que votre femme était au téléphone, j'ai vu son sac posé sur le canapé, et vous étiez bizarre, alors j'ai regardé et ses talons dépassaient un peu derrière. Je voulais juste te prévenir, au cas où la prochaine fois, ce ne serait pas moi." Elle est rouge vif, me regarde, et sort en courant de mon bureau. Je m'affale dans ma charge et me dis : "Je suis foutu. Elle va le dire à tout le monde, ma femme va le découvrir, je ne vais jamais m'en remettre. Je suis ruiné." Une fois que j'ai eu fini de m'apitoyer sur mon sort, j'ai remonté mes bretelles et commencé à arrondir la journée.

Enfin, il est 19h30. Le bureau est une ville fantôme et je travaille sans relâche car j'ai pris beaucoup de retard à cause des événements de la journée. J'ai vu Mallory quelques fois au cours de la journée et comme les choses se sont déroulées normalement, je me suis dit que tout irait bien. J'ai eu raison de dire que j'allais vraiment m'en sortir, mais c'est une autre histoire. J'ai envoyé un SMS à ma femme pour lui dire que je rentrerais tard ce soir, car j'avais beaucoup de choses à faire et les appels ont été bloqués, et j'avais un client qui venait au bureau pour une session stratégique tard dans la nuit. Cela n'avait rien d'inhabituel pour moi ou Lex, et j'ai donc reçu un simple message en retour : "Ok bébé. Je traîne avec les filles. Je te verrai demain matin. Je t'aime". Au moment où j'ai tapé "Je t'aime", j'ai entendu l'ascenseur sonner et j'ai immédiatement sursauté. Je savais ce qui allait apparaître sur le pas de ma porte, mais j'avais vraiment sous-estimé ce qu'il y avait. Lauren est apparue dans l'embrasure de ma porte, me regardant "Salut, beau gosse". Elle portait des talons aiguilles de 8cm, ses cheveux tombaient sur ses épaules, un long manteau beige, du rouge à lèvres rose, et montrait un léger décolleté. "Salut, Lauren. Entre. J'ai quelques idées pour toi. Nous devons peser le pour et le contre." Elle a souri, est entrée dans mon bureau, a fermé la porte et a déposé son manteau. Ma mâchoire a presque touché le sol. Elle portait la lingerie la plus sexy que j'ai jamais vue dans ma vie. De la dentelle noire, avec une touche de nudité, qui lui moulait le corps aux bons endroits. Je ne pouvais pas croire ce que je regardais. Elle s'approche de moi, éloigne ma chaise du bureau et me dit : "Écoute, mon grand. J'ai vraiment envie de faire des affaires avec toi, mais ce soir..... je veux te sentir au plus profond de moi". Elle éloigne ma chaise, attrape et défait ma ceinture, et commence à me sucer lentement. Travaillant dur pour la rendre belle et dure. Je n'allais pas la laisser faire tout le travail cette fois encore, alors je l'ai soulevée, mise sur le bureau, et j'ai commencé à lui bouffer lentement la chatte. Lécher sa chatte, sucer son clito, taquiner son cul. Comme sa respiration a commencé à changer, j'ai commencé à doigter ses deux trous. Dedans et dehors, dedans et dehors. Je voulais qu'elle jouisse. Je voulais qu'elle pense à toutes les fois où elle m'avait repoussé et à ce qu'elle aurait pu avoir. Je suis revenu vers ses douces lèvres et je l'ai embrassée passionnément. Je voulais qu'elle se goûte elle-même. Je voulais qu'elle sache quel goût avait sa féminité et pourquoi cela me rendait fou. J'ai attrapé ses hanches et l'ai tirée vers le bord du bureau et j'ai glissé ma bite en elle lentement, sa mâchoire est tombée, elle a laissé échapper un souffle, ses yeux sont rentrés dans sa tête et elle a laissé échapper un "fuuuuuck", alors je suis resté là pendant une seconde en caressant légèrement son clito avec mon pouce. Sa chatte était si serrée. Je ne pouvais pas croire la façon dont elle se sentait autour de moi. J'ai commencé à accélérer lentement le rythme, en embrassant et en mordant son cou, elle gémissait légèrement puis m'a regardé droit dans les yeux et m'a dit "J'ai besoin que tu me baises bien. Montre-moi ce que j'ai manqué toutes ces années." Je n'avais pas besoin de plus.... J'ai mis ma main autour de son cou et j'ai commencé à l'étouffer doucement, puis j'ai commencé à accélérer le rythme. .... pour finir par la frapper. Je voulais l'étouffer légèrement parce que si quelqu'un était entré dans le bureau pour prendre quelque chose, je ne voulais pas qu'il sache ce qui se passait dans mon bureau. Après quelques minutes à frotter son clito et à la baiser comme ça, elle a commencé à gémir plus fort, et a fini par pousser un cri, tout à coup, comme je ne l'avais jamais vu auparavant, elle a giclé partout. Sur moi, sur la chaise, sur le bureau, partout. Je ne me suis pas arrêté. J'avais besoin qu'elle se souvienne de ça. Je voulais qu'elle se souvienne de ma bite, je voulais qu'elle se souvienne de celui qui pouvait la rendre si humide, si excitée, et la faire jouir comme elle ne l'avait jamais fait auparavant. J'ai fini par l'attraper, la retourner et la pencher sur le bureau. J'ai attrapé une poignée de cheveux et j'ai commencé à la baiser par derrière, en glissant mon pouce dans son cul. Je sentais que ça venait, je savais que je devais me retirer, je savais que je ne devais pas la remplir, mais elle s'est accrochée à moi et m'a dit "remplis-moi", n'en dis pas plus. J'ai pris un dernier coup et j'ai joui comme je n'avais jamais joui auparavant. Ça a coulé hors d'elle, le long de ses jambes, sur le bureau et sur le sol. À ce moment-là, j'ai levé les yeux et j'ai vu la porte de mon bureau se fermer. Je savais que j'avais été observé.
 

D'autres histoires de cul à dévorer :