Les histoires érotiques (et plus coquines encore)

Les récits, nouvelles et autres histoires de sexe à lire discrètement pour se faire plaisir

Etudiante flash sur son prof

Non classé Exhibitionnisme, Femme exhibitionniste, Homme/Femme, Masturbation, Homme plus âgé/Femme, Sexe oral, École, Voyeurisme, Écrit par des femmes, Jeunes

Je m'appelle Mélanie et s'il vous plaît ne me jugez pas trop sur la grammaire et tout ça parce que je ne suis pas un écrivain professionnel et je ne veux pas m'embourber pour voir si j'ai fait tout ce qu'il fallait. Je veux dire, si vous voulez avoir une bonne écriture et du sexe, alors pourquoi ne pas simplement aller à la bibliothèque locale et vous sucer un peu de Shakespeare ? Quoi qu'il en soit, c'est à propos de quand j'ai commencé à flasher et c'est ma première histoire ici.

J'ai 22 ans, je mesure presque 1,80 m et j'ai 118 ans, j'ai les yeux marrons et les cheveux presque noirs. J'ai beaucoup de mal aux yeux parce que j'ai beaucoup de mal à la tête.

En tout cas, je me suis mis à faire des flashs avant d'aller à l'univeristé. Ce n'est pas comme des flashes flagrants ou le fait de baisser ma culotte en public, mais comme le fait d'écarter les jambes et de faire croire que je ne savais pas que je le faisais. Comme des "whooooopseees", désolé. Certaines filles aiment le faire, mais ce que je peux dire de moi, c'est que j'ai vraiment aimé le faire. Comme dans la bonne situation, ça me fait avancer.

Ça a commencé par accident quand j'étais en fin de lycée. Tout à fait par accident. J'ai flashé sur un professeur. Je ne savais même pas que j'étais en train de le faire.

Ça a commencé en classe de géographie et c'était ennuyant. Alors je me suis retourné pour dire quelque chose à mon amie Patricia qui était assise derrière moi. Quand je me suis retourné pour regarder à nouveau dans la bonne direction, j'ai vu M. Ballentine me regarder TOTALEMENT. Je veux dire, entre mes jambes ! Sans doute aussi. Il regardait.

J'étais en colère ? Nooooon. Au début, mon cerveau me disait "perve", mais mon corps n'était pas d'accord parce que j'avais vraiment des fourmillements. Je ne savais pas pourquoi. Mais je ne pouvais pas non plus être en colère parce que c'était moi qui ne faisais pas attention à mes jambes et j'aurais dû le savoir parce que j'avais une jupe trop ample.

Ensuite, il avait l'air perturbé, comme s'il regardait encore une fois, mais avec un petit froncement de sourcils. Peut-être que ça le dérangeait qu'il ait regardé. Je ne sais pas. Mais quand je l'ai refait "accidentellement", il a regardé à nouveau et j'ai aimé ça même si je ne savais pas exactement pourquoi. J'aimais qu'il aime ça, comme s'il était peut-être excité. Par moi ! Un homme adulte. Un professeur aussi.

Par la suite, lorsque je portais une jupe ou une robe à l'école, il m'arrivait d'écarter les jambes dans sa classe exprès, mais pas de façon évidente, car je pensais que cela me permettrait d'aller voir le directeur.

J'ai dit à ma meilleure amie Caro (c'était Caroline mais elle voulait être Caro) qui avait 19 ans qu'elle n'avait pas l'air de s'intéresser à tout ça. Elle était bi, donc peut-être que ça avait un rapport avec ça. Ou peut-être que ce n'était pas la baise, donc ce n'était pas assez pour elle.

Bon, je dois dire que j'ai toujours été un peu rebelle. Pas un môme. Plutôt un rebelle silencieux. Comme si mes parents me disaient quoi faire et que parfois je les ignorais. S'ils me punissaient, je sortais quand même. J'ai toujours détesté tout ce qui semble aller à l'encontre de ma propre liberté. Je veux dire, j'ai l'impression d'être submergé par la foule et d'être écrasé.

Je sais que c'est pour ça que j'étais dans l'herbe... comme WAY dans l'herbe, même à un âge aussi jeune. Caro avait 19 ans, donc elle était plus âgée et elle l'avait généralement. Je pouvais fumer ça pendant des heures parce que je me sentais libre, pas seulement à cause de l'herbe mais parce que je savais que mes parents chieraient s'ils le savaient et en plus, quand je fumais, je me rebellais contre toute la société et ses putains de règles.

De toute façon, l'école était finie pour l'été peu de temps après et j'ai dit à Caro que je voulais faire un truc flash quelque part, comme au centre commercial, mais que je voulais qu'elle vienne avec moi. Elle m'a demandé pourquoi j'avais besoin d'elle et je lui ai dit que je ne voulais pas y aller seul. C'était ma meilleure amie, alors elle m'a dit qu'elle irait.

Je ne me suis pas habillée et je n'ai pas eu l'air évidente ou quoi que ce soit. Je voulais avoir l'air d'une écolière normale, juste à l'extérieur. J'ai donc porté un haut de pull, un Converse et une jupe courte. Et je pouvais le tirer encore plus haut et il avait l'air normal parce que c'était une jupe à bulles. Elle était un peu marron, mais d'une belle couleur et elle avait deux poches sur le devant. Avec une jupe aussi courte, j'ai attiré l'attention avant même que nous n'arrivions à l'aire de restauration du centre commercial.

C'était l'été et en début d'après-midi. Il n'y avait pas beaucoup de monde dans l'aire de restauration et personne n'aimait Ballentine, mais il y avait un type assis tout seul. C'était comme une sorte de pouvoir si je pouvais avoir mon âge et qu'un type plus âgé me remarque et m'aime comme ça. Mais je n'étais pas sûr parce qu'il était plus âgé et pas très en forme.

Puis Caro a dit : "Oui, mais Mélanie, ce n'est pas comme si tu n'allais pas le baiser. En plus, pense à ce qu'il va faire s'il essaie de nous courir après. Il ne pourrait pas nous attraper."

Hmmmmm. Bon point. Sans vouloir être méchant ou quoi que ce soit, Caro était un peu trop forte, donc même s'il pouvait courir vite, ce que je sais, il l'attraperait avant moi.

J'ai dit d'accord, mais nous devions commander quelque chose de rapide pour que le gars ne parte pas avant que je puisse le faire. Nous avons donc commandé des frites et des boissons gazeuses et je me souviens d'avoir senti mes entrailles comme des pyromanes qui sautaient partout. Il y avait une table, deux tables devant lui et personne entre les deux, alors j'ai posé notre plateau là.

Il avait la peau rugueuse et des cheveux épais, gris foncé avec un peu de blond foncé. Il avait un gros nez et des doigts épais qui soutenaient quelque chose qu'il lisait. Ce sont ses doigts qui le tenaient, pas son nez.

Au moment où je posais le plateau sur la table, il a levé les yeux et nous a en quelque sorte regardés, puis il est retourné lire. Il avait l'air un peu sérieux ou peut-être pas très amical, alors je n'étais pas encore sûr, mais j'avais des picotements, alors je n'ai pas reculé.

Caro s'est assise à ma gauche et je me suis retrouvée face à lui. Ma jupe était assez haute sur mes cuisses quand je me suis assise. J'avais les genoux serrés, je parlais à Caro de rien et je riais. Mais, j'étais très nerveux ! J'étais tellement prête et nerveuse.

J'ai accroché mon petit sac à main sur le côté gauche de ma chaise, en quelque sorte derrière moi. Au bout d'un moment, je me suis retournée comme si j'avais besoin d'en tirer quelque chose et je l'ai fait. Je me suis penchée davantage sur ma gauche comme si je ne trouvais pas ce que je cherchais et j'ai laissé mes genoux s'écarter, mais pas trop visiblement. Puis un peu plus. J'ai eu trop peur de regarder le gars les premières secondes, mais ensuite je l'ai fait. Il ne regardait pas. Bon sang. Alors, je l'ai fait un peu plus et puis du coin de l'œil, j'étais sûr que sa tête se soulevait.

J'ai pensé que je serais mouillé à ce moment-là. Il regardait entre mes jambes ! J'ai gardé les genoux un peu écartés, puis je me suis redressé et je les ai remis ensemble. Au bout d'une demi-minute environ, j'ai repris mon sac à main et j'ai écarté les genoux - par accident, bien sûr - et oui, ses yeux étaient de nouveau entre mes jambes et cette fois, je l'ai regardé et il a attiré mon attention et il a regardé ailleurs. Au bout d'un moment, il a mis son papier sous son bras et il est parti.

J'étais triste. Il n'aimait pas les culottes roses ? C'était des shorts de garçon pour l'amour de Dieu. Qu'est-ce qu'il n'aime pas ? Je lui en aurais montré plus. De toute façon, c'est devenu l'un de mes meilleurs souvenirs de l'époque.

J'étais assez excité quand je suis rentré à la maison, alors j'ai appelé ce lycéen avec qui j'ai fait des trucs, mais sans baiser parce que je ne baisais pas encore. Mais il était bon avec sa langue et puis je l'ai sucé et j'ai vécu heureux pour toujours.

J'ai fait des choses similaires cet été-là. Je n'ai pas pris de gros risques, mais je n'ai pas non plus laissé passer des occasions. Alors si vous étiez au centre commercial, à Foster Freeze ou au parc et que vous voyiez une fille presque en bonnet B, aux cheveux noirs, qui ne semblait pas savoir qu'elle regardait bien en haut de sa jupe, alors, eh bien, c'était peut-être moi.

Caro a dit que je n'étais qu'une allumeuse, mais je me suis dit que la plupart de ces hommes ne pensaient pas à me baiser de toute façon et qu'ils aimaient manifestement regarder et que j'aimais me montrer, alors pourquoi pas ?

J'aimais surtout ceux qui regardaient vraiment. Ce genre d'hommes me mouillait presque toujours un peu. Certains me regardaient presque comme s'ils ne se souciaient pas que quelqu'un le remarque.

Une fois, j'étais assis sur des gradins lors d'un match de softball et ce type avait probablement la trentaine. Mais il m'a fait partir parce qu'il m'a fixé du regard et je l'ai laissé faire. J'ai gardé les jambes écartées et il a gardé les yeux en l'air, puis il m'a regardé droit dans les yeux et a souri. Il m'a regardé droit dans les yeux et m'a souri. Comme s'il me remerciait. Tu parles d'un cas de picotement.

Une autre fois, il y avait un type à la bibliothèque du centre-ville. Je ne m'attendais à rien là-bas, mais j'ai vu ce type assis seul à une table ronde dans une sorte de coin. J'ai pensé hmmm. Je suis dans une jolie petite jupe. Il y a une table un peu en face de lui et il ressemblait à un vieux gars sympathique qui aimerait bien s'amuser un peu.

Il m'a jeté un regard pendant que j'y pensais et j'ai eu peur. Il semblait aimer ce qu'il lisait, mais je me suis dit que je pourrais peut-être lui donner quelque chose qu'il aimerait un peu plus. J'ai marché lentement vers une rangée de livres et j'ai fait comme si je cherchais quelque chose. Ummmmmm, j'ai un peu foiré parce que c'était des livres scientifiques complexes dont je ne savais rien. Je n'avais pas l'air d'un nerd, donc j'avais probablement l'air un peu déplacé. La science et moi, on ne se connaissait pas très bien.

Mais ce que je savais, c'est qu'il me matait les fesses. Eh bien, regarde-le, bébé. Je me suis penchée sur un petit bout, mais j'avais trop peur de le regarder pour savoir s'il le remarquait. J'espérais qu'il en avait plein les yeux. J'ai pris un livre au hasard, puis je suis allée m'asseoir à la table que j'avais en tête, j'ai ouvert le livre et je me suis préparée.

J'ai fait comme si j'étais dans ce livre et j'espérais ne pas l'avoir à l'envers. Je n'ai rien fait pendant un certain temps. Ensuite, j'ai juste laissé mes genoux dériver un peu. Oh non, monsieur. C'était un accident. J'étais trop absorbé par mon livre de science nucléaire dont je ne pouvais même pas comprendre le titre pour garder une trace de mes genoux. C'est vrai !

Si je détournais le regard de mon livre, il se retournait sur ce qu'il lisait. Alors, j'ai écarté un peu plus le regard et il m'a regardé plusieurs fois. Et cette fois-ci, quand il a regardé, je l'ai regardé et j'ai fait un sourire pour lui dire que je savais qu'il regardait sous ma jupe. Il n'est pas parti, alors j'ai pensé à lui donner un vrai spectacle. J'ai écarté les jambes très largement, comme un castor en plein tournage, et ça m'a excité. Juste comme, "dans ta face !" J'ai des palpitations en ce moment à force de m'en souvenir.

J'avais des fantasmes à ce sujet. Comme dans l'un d'eux, je souris et je vais ranger mon livre et je le frôle en sortant et il me suit comme un chiot, ce qui me donne l'impression que j'ai tout le pouvoir. Et nous allons dans un motel ou quelque chose comme ça, je m'assois sur une chaise, il se couche et je le fais en privé. Il suffit d'écarter mes jambes et il voit tout et n'a pas à s'inquiéter d'être remarqué. Parfois, mes fantasmes sont qu'il me lèche pour avoir des orgasmes déments et parfois je le suce juste pour égaliser les choses. Je ne le baiserais pas parce qu'à l'époque, je ne baisais pas encore. Quand j'ai grandi, j'ai parfois imaginé de baiser.

Se faire examiner en général m'excite, comme si je me promenais dans un centre commercial ou dans la rue, ou n'importe où. Certains sont comme des fourmillements dans les caisses et d'autres un peu plus. Je ne comprends pas pourquoi certaines filles se mettent à haïr et à gronder des mecs. Ça craint le citron vert. J'aime bien qu'un mec me regarde et me fixe, et j'aime vraiment qu'il me fasse un signe de tête ou qu'il montre qu'il a aimé ça. Pas vraiment pour me baiser, mais ils sont tous sexy à ce qu'ils voient.

À l'époque, j'ai aussi flashé des hommes sur Internet. Mes parents ont fait des trucs sur mon ordinateur portable pour m'empêcher d'accéder à des sites pour adultes et pour empêcher la caméra de fonctionner. C'est vrai. Je ne suis pas une idiote. Je savais comment défaire tout ça et je l'ai fait. Ils pensaient tous qu'ils avaient mon internet sous contrôle. Ils ne m'ont jamais eu sous contrôle. Alors oui, j'ai beaucoup chatté. Je suis allé dans des salons de discussion pour adolescents et j'ai dit que j'avais 18 ans parce qu'ils me mettaient dehors si je ne disais pas ça.

Si vous avez chatté dans des salons pour adolescents, vous SAVEZ que les salons pour adolescents ne sont pas réservés aux adolescents. Il y a beaucoup d'étudiants et beaucoup d'hommes plus âgés et de gars mariés. De toutes sortes. J'ai chatté dans cette salle pendant une longue période et je pense que plus de la moitié des gars qui y sont présents sont plus âgés que des adolescents. Certains bavardent comme des adolescents, mais si vous bavardez avec eux pendant un certain temps, ils admettent qu'ils sont plus âgés.

J'ai aussi filmé beaucoup d'entre eux. Ils ne me connaissaient pas et ne savaient pas où j'étais, alors si je ne pouvais pas sortir, pourquoi ne pas jouer en ligne ? Mon seul problème, c'était quand je me camérais le visage et que certains me disaient "Tu n'as pas 18 ans ! Mais d'autres sont restés.

J'aimais pouvoir jouer à mon jeu de clignotement beaucoup plus ouvertement. Parfois, je faisais des strip-teases ou je montrais ma chatte et si j'aimais vraiment un mec, je me masturbais. Je ne comprends pas pourquoi les mecs aiment regarder ça, mais il y en a beaucoup qui le font. Et il y en a tellement qui voulaient se branler près de la caméra que c'était comme si j'étais en plein dans ma face. J'ai vu plus d'hommes adultes descendre avant d'être au lycée que ma mère n'en a vu de toute sa vie. 

Certains étaient des fous et j'ai toujours été un peu petit au sommet, mais les fous aiment regarder les seins même s'ils ne sont pas gihugiques. Je n'étais pas à plat, donc certains aimaient assez mes seins pour se branler sur eux, mais beaucoup d'autres aimaient regarder sous ma jupe quand je leur disais que j'aimais ça. Et j'aimais pouvoir le faire sans la présence d'autres personnes qui pourraient me causer des problèmes.

Certains étaient des monstres du cul et je pense que j'ai un beau cul. Je pourrais probablement faire un peu de ça, mais pas vraiment du sexe anal. On m'a embrassé le cul plusieurs fois et je ressens un sentiment de sex-appeal ou de puissance, mais je ne peux pas vraiment l'expliquer. Je pensais à l'époque que ça aurait pu être encore plus sexy ou puissant si un mec plus âgé m'avait embrassé le cul.

Je n'ai plus eu Ballentine comme professeur, mais l'année scolaire suivante, j'en ai eu un autre qui ressemblait à un prospect. Il avait environ la trentaine et il ne semblait pas très sûr de lui ou peut-être était-il timide, mais je me suis dit qu'il ne serait pas du genre à causer des problèmes si je faisais un flash "accidentel".

Quoi qu'il en soit, je l'ai observé pendant un certain temps. J'ai remarqué qu'il nous matait, nous les filles, même s'il était sournois et qu'il était difficile de dire qu'il le faisait. Il l'a fait très vite, mais j'ai fini par comprendre qu'il le faisait. C'est alors que je me suis dit que c'était lui que je devais flasher. En plus, il n'en avait probablement pas à la maison.

Puis, j'ai commencé à réfléchir à la façon dont je le ferais et à ce que je porterais, etc. Je ne me suis pas assis au centre comme chez Ballentine. Je ne me suis pas assis dans la rangée du centre comme chez Ballentine's. J'étais à gauche de quelques rangées, ce qui n'était pas idéal. Mais j'étais dans la deuxième rangée en arrière pour que ça marche.

Je pensais le faire un vendredi, en fin de semaine. Peut-être qu'il se branlerait tout le week-end en pensant à moi. J'aurais adoré savoir qu'il le faisait.

Caro ne comprenait pas pourquoi je m'y intéressais tant, mais elle m'en a quand même parlé. Comme j'allais porter une jupe évasée noire, c'était son idée que je devrais porter une culotte blanche à cause du contraste et elle a dit que les mecs aiment les culottes blanches.

Je crois que le nom du professeur était Floman, mais il se peut que je confonde son nom avec celui de quelqu'un d'autre. Je veux dire que ça fait longtemps. De toute façon, il était assis à son bureau et nous étions censés lire des documents d'études sociales qu'il avait distribués. J'ai attendu jusqu'à ce que le cours soit terminé dans 20 minutes environ. Ensuite, j'ai fait comme si j'en avais assez de m'asseoir droit, comme si j'avais besoin de changer de position parce que mon dos était raide.

Alors, je me suis tourné un peu vers la droite pour que mes jambes soient plus pointues vers lui et au bout d'un moment, j'ai laissé ma jambe droite se détendre un peu. J'avais la tête baissée comme si je lisais, mais je pouvais toujours le voir avec ma vision périphérique.

Bingo.

Cinq secondes après que j'ai laissé mon genou bouger, il a jeté un coup d'œil et ses yeux étaient juste là. Juste sous ma jupe. J'ai dû m'empêcher de glousser parce qu'il avait l'air tout de suite énervé. C'était très drôle parce qu'il a regardé entre mes jambes, puis il s'est éloigné et s'est tordu.

Je suis restée là où j'étais comme si j'étais inconsciente de tout. J'ai gardé la tête baissée, mais j'ai laissé ma jambe droite se déplacer un peu plus, puis un peu plus, et tout a fonctionné comme sur des roulettes parce qu'avant la fin du cours, il a dû regarder entre mes jambes une douzaine de fois. Je me sentais un peu moite à la fin du cours.

Après cela, je ne l'ai pas fait à chaque fois que je portais une jupe dans sa classe parce que ce serait trop évident, mais je l'ai fait plusieurs fois. Parfois, j'attendais qu'il commence à regarder dans ma direction et ensuite je faisais des pics rapides comme croiser les jambes mais sans vraiment clignoter. Une fois, je l'ai fait, mais je l'ai regardé droit dans les yeux pour qu'il ne puisse pas regarder sous ma jupe. C'était tellement diabolique. Mais ce n'était qu'une fois.

Il y a d'autres moments de clignotement sur lesquels je pourrais écrire, mais c'est un début. De toute façon, je ne suis pas qu'une exhibitionniste. J'ai fait beaucoup d'autres choses et je pense à écrire sur certaines d'entre elles. 

Comme certains des blow4blow qui signifient sucer pour avoir de l'herbe ou peut-être deux étudiants avec qui j'ai beaucoup baisé quand j'étais au lycée. Ou peut-être à propos de ce festival de contre-culture auquel Caro et moi sommes allés quand nous étions au lycée. On a baisé pour avoir des tickets et des places et on a fait beaucoup de sexe au festival. C'était amusant parce que le festival était ressenti comme une liberté. Libre et facile. Des gens nus, on baisait, on suçait et on se droguait.

Donc, toute ma vie ne clignote pas. C'est juste ce que je voulais dire à propos de cette fois. Je ne suis pas écrivain, mais j'espère que cette fois-ci, ça s'est bien passé. 

D'autres histoires de cul à dévorer :