Les histoires érotiques (et plus coquines encore)

Les récits, nouvelles et autres histoires de sexe à lire discrètement pour se faire plaisir

Aventure érotique: Faire appel à une enculeuse dominatrice

J'ai craqué et j'ai finalement appelé le numéro d'un service d'escorte que j'avais trouvé en ligne. J'étais très nerveux car je n'avais jamais rien fait de tel auparavant. J'avais un fantasme très particulier que je voulais assouvir et j'ai pensé que c'était le meilleur moyen. Une femme à l'air sexy a répondu au téléphone.

J'ai craqué et j'ai finalement appelé le numéro d'un service d'escorte que j'avais trouvé en ligne. J'étais très nerveux car je n'avais jamais rien fait de tel auparavant. J'avais un fantasme très particulier que je voulais assouvir et j'ai pensé que c'était le meilleur moyen. Une femme à l'air sexy a répondu au téléphone.

"Comme tu le sais peut-être déjà, nous sommes spécialisés dans la réalisation des fantasmes, alors quels sont tes fantasmes ?" Elle a demandé d'une voix sulfureuse.

"Je... eh bien... l'une de mes vidéos préférées est une femme qui sodomise un homme et je..." J'ai bredouillé.

Elle m'a dit : "Je connais et tu as de la chance parce que toutes les filles ici adorent les jeux de gode-ceinture. C'est ce qui t'excite, n'est-ce pas ? Des femmes avec des strapons, c'est ça ?"

J'ai marmonné un oui.

Elle m'a demandé : "As-tu de l'expérience ?"

J'ai répondu que j'en avais avec mon ex-copine.

Elle a répondu : "Alors tu n'as pas de cerise ?"

J'ai dit non.

Elle m'a demandé : "Qu'est-ce qui t'excite le plus ?"

J'étais en train de me branler et je savais qu'elle le voyait à ma respiration. J'ai dit : "Je ne sais pas, juste l'idée d'y penser, je suppose... tu sais... d'être enculé."

Elle m'a dit : "Je connais la fille qu'il faut m'envoyer, mais il y a encore une chose que je dois te demander. C'est une question très délicate mais elle est importante car elle peut rendre l'expérience plus agréable si tu réponds honnêtement."

J'ai dit que je le ferais.

"Bien, maintenant qu'est-ce que tu préfères : la circonférence ou la longueur ? Peut-être les deux ? La taille est-elle importante et si oui, quelle taille ?"

Submergé par le désir, j'ai lâché : "J'aime ce qui est énorme, je suppose que je suis pas le seul."

Elle a semblé encouragée par mon honnêteté et m'a dit : "Elle est en route, alors pourquoi ne pas conserver ton énergie pour quand elle arrivera, tu comprends ?"

J'ai arrêté de me masturber et j'ai accepté, elle a terminé l'appel en me promettant une nuit inoubliable.

Plus tard, on a frappé à ma porte. J'ai ouvert et j'ai découvert une magnifique femme latine aux longs cheveux noirs et aux doux yeux bruns. J'ai ouvert la porte et je l'ai invitée à entrer. Elle était vêtue d'un jean moulant qui mettait parfaitement en valeur ses fesses. Lorsqu'elle s'est retournée, j'ai remarqué un gros bourrelet qui partait de son entrejambe et descendait le long de sa jambe.

Elle a remarqué ce sur quoi mes yeux étaient fixés et m'a dit : "Tu aimes ce que tu vois ?"

J'ai hoché la tête avec enthousiasme.

Elle m'a embrassé passionnément en passant ses doigts dans mes cheveux puis dans mon dos.

Elle m'a murmuré à l'oreille : "J'ai hâte de baiser ton petit cul serré après ce soir, tu ne seras plus jamais la même."

Je respirais fort tandis qu'elle embrassait mon cou et groupait mes fesses. Elle a déplacé ma main vers l'énorme bourrelet de son pantalon. Je l'ai saisi en me demandant quelle était sa taille et j'ai doucement tracé le contour le long de l'intérieur de sa jambe. Elle a poussé sur mes épaules jusqu'à ce que je sois à genoux, puis elle a commencé à ouvrir son pantalon. Son pantalon est tombé autour de ses chevilles et l'énorme bite en forme de vie a jailli en avant.

Elle m'a regardé en disant : "Allez bébé, suce ma bite".

J'ai commencé à sucer la tête et à la lécher d'un côté puis de l'autre. J'ai mis les fausses boules de caoutchouc dans un sac à thé en la regardant. Elle a passé ses mains dans mes cheveux et, de son autre main, elle m'a donné une légère gifle sur le visage, puis elle a poussé la bite dans ma bouche et a commencé à me donner de courtes poussées en me baisant le visage. Mes joues se gonflaient à peine pour accueillir l'énorme bite.

Elle m'a encouragé : "Tu suces très bien les bites, mais voyons si tu peux t'enfoncer dans la gorge."

L'enculeuse dominante a poussé ses hanches vers l'avant tout en appuyant sur ma tête avec ses deux mains. J'ai eu un haut-le-cœur lorsque l'énorme bite s'est enfoncée dans ma gorge. Je n'arrivais pas à croire qu'elle tenait.

Elle a sifflé : "Regarde cette gorge bombée. Je peux voir ma bite s'enfoncer dans ta gorge, bébé. Tu peux supporter beaucoup de choses, n'est-ce pas ?"

J'ai marmonné une réponse et j'ai commencé à résister au réflexe de bâillonnement.

Elle a vraiment commencé à me pomper la gorge en disant : "Oh ouais plus vite, plus vite - c'est ça, prends-le salope - putain de pute, suce cette bite !" C'était comme si elle était un vrai homme qui me baisait le visage au bord de l'orgasme. Finalement, elle a laissé échapper un gémissement d'extase en donnant une dernière poussée puissante qui a mis fin à la fellation.

L'enculeuse dominante s'est reculée et a commencé à retirer ses vêtements en disant : "Tu suces des bites comme une bonne petite salope, maintenant déshabille-toi."

J'ai fait ce qu'elle m'a demandé, puis elle m'a penchée sur le canapé.

Elle m'a dit : "Tu as un cul sexy, bébé !"

Elle a écarté mes fesses et a craché en frottant sa bite de haut en bas de ma fente. J'ai laissé échapper un gémissement auquel elle a répondu : "Tu le veux, bébé ? Tu veux ma grosse bite dans ton cul ?"

J'ai répondu : "Oui, s'il te plaît, baise-moi."

L'enculeuse dominante a poussé la tête jusqu'à ce qu'elle embrasse juste mon trou du cul et l'a fait tourner en cercle. Elle a dit : "Supplie-moi, bébé. Fais-moi savoir à quel point tu veux ma bite."

J'ai dit "s'il te plaît" entre deux respirations difficiles. Elle a enfoncé lentement la tête dans mon corps. J'ai expiré bruyamment.

Elle a continué à faire entrer et sortir la tête lentement en disant : "Voilà, tu commences à te détendre un peu, n'est-ce pas ?"

J'ai dit oui en serrant les dents tout en m'agrippant au canapé. Elle a fait une longue poussée jusqu'à ce qu'elle touche le fond, ses hanches s'écrasant contre mes fesses.

Elle a dit : "C'est une bonne salope, je savais que tu pouvais prendre chaque centimètre. Je vais te donner une seconde pour t'habituer, puis nous irons vraiment jusqu'au bout, bébé !"

J'ai dit : "O-o-oh mon dieu c'est énorme".

L'enculeuse dominante a doucement sorti l'énorme bite de moi, j'avais l'impression d'être retourné, puis elle l'a enfoncée en me séparant en deux. Elle commente : "Ton cul ne veut pas lâcher prise, n'est-ce pas ?" Les longs et lents mouvements de poussée se sont poursuivis indéfiniment tandis qu'elle continuait à tenir des propos obscènes.

"Tu suces des bites et tu les prends dans le cul comme une pute expérimentée. Plus tard, après t'avoir rodée, j'aurai besoin d'aide pour te baiser. Tu seras à quatre pattes et tu le prendras par les deux bouts bientôt - je te le promets ! Combien de gars ont baisé ce cul de toute façon ?" demande-t-elle.

J'ai répondu : "Aucun, juste mon ex avec un strapon".

Elle m'a donné une claque sur le cul et m'a dit : "Tu es une parfaite salope de cul, j'ai hâte de te le préparer. La vraie chose ressemblera presque à ce que tu as là-haut maintenant." Elle a ponctué sa phrase d'une puissante poussée qui m'a fait cambrer le dos de plaisir.

J'ai dit : "Je ne suis pas gay."

Elle m'a répondu : "Ça n'a pas d'importance que tu sois gay ou non. On s'en fout. Tu es une salope de fond et c'est ça le bébé !" Elle a commencé à accélérer le rythme en me frappant de plus en plus fort en disant : "Ferme les yeux bébé et imagine que je suis un vrai homme ici en train de travailler ton cul. Imagine que de vraies couilles claquent contre ton cul. Imagine qu'il y a une file d'attente pour te baiser - un vrai gangbang."

On pouvait entendre son corps rebondir sur mon cul en me baisant comme une star du porno. Le claquement, le claquement, le claquement de nos corps a installé un rythme érotique qui a duré un long moment, j'ai regardé par-dessus mon épaule et j'ai vu ses longs cheveux noirs matés par la sueur se coller contre ses seins qui rebondissaient de haut en bas. Elle avait une légère couche de sueur sur tout son corps bronzé et serré.

J'ai fini par jouir sans même avoir besoin de me toucher. Elle a continué à me pomper le cul en m'envoyant des spasmes orgasmiques à chaque poussée jusqu'à ce que je n'en puisse plus et que je la supplie d'arrêter.

L'enculeuse dominante s'est retirée et m'a tapoté le cul en disant : "Tu as l'air d'avoir été bien monté. Tu devrais voir que ton cul est grand ouvert, alors tu es satisfaite, n'est-ce pas ?"

J'étais épuisé et profitant des effets secondaires, j'ai répondu : "Mon dieu oui je suis satisfait je n'ai jamais été baisé aussi fort de ma vie j'ai adoré ça."

Elle a détaché le strapon en le laissant tomber sur le sol avec un lourd bruit sourd et s'est allongée sur moi. Nous nous sommes embrassés, puis elle a dit : "La prochaine fois, je pourrai amener un ami, ça te plairait ?"

J'ai répondu que je ne savais pas.

Elle a continué : " Je peux organiser ça si tu veux essayer la vraie chose. Si tu te sens vraiment salope, je peux organiser un gangbang, alors qu'est-ce que tu en dis, tu veux essayer une vraie bite ?"

J'ai fait un haussement d'épaules sans engagement et j'ai marmonné. "Je remarque que l'idée t'intéresse !" Elle regardait mon membre en pleine croissance qui trahissait mon désir.

"La prochaine fois, je peux amener une autre fille et nous pourrons faire une double pénétration anale et te faire par les deux bouts, ça t'intéresserait ?".

J'ai dit oui.

"Je vais étirer ce cul jusqu'à ce que je puisse t'enculer avec le poing". Elle a dit.

J'étais en pleine érection et elle me branlait. J'ai accepté tout ce que son esprit dépravé voulait me faire.

D'autres histoires de cul à dévorer :