Les histoires érotiques (et plus coquines encore)

Les récits, nouvelles et autres histoires de sexe à lire discrètement pour se faire plaisir

Histoire de sexe: Première expérience avec une maitresse dominatrice

'Je', a-t-elle dit en le regardant droit dans les yeux, 'je ne suis pas une dame, tu vas le découvrir'. Il a fait ce qu'elle lui a demandé, sans savoir où il allait, ni pourquoi il était là. Hypnotisé par la beauté, il était le serviteur de cette créature de la nuit. Ils sont entrés dans son appartement, un lieu de séduction petit mais atmosphérique.

L'homme a frémi à la simple vue de la beauté radieuse qui se trouvait devant lui. Elle était un ange noir, de longs cheveux noirs soyeux, une bouche large et sensuelle aux lèvres rouge foncé et des yeux vert émeraude qui semblaient regarder directement dans ton âme.

Elle était habillée simplement, un haut noir moulant, lisse contre ses seins sans soutien-gorge et une jupe au genou qui mettait en valeur ses courbes parfaitement formées. Elle a remarqué qu'il le fixait et lui a rendu son regard, avec des yeux brûlant droit dans son cœur. Elle lui a fait signe de s'approcher, il a obéi à sa demande.

Tu aimerais me payer un verre", a-t-elle dit. Cela semblait être une déclaration et non une demande. C'était à la fois présomptueux et absolument correct. Il a déblatéré des banalités sans intérêt jusqu'à ce qu'elle annonce : "Les banalités sont pour les simplets qui n'ont pas d'histoire à raconter sur leur vie. Es-tu un simplet ?

'Non, non, bien sûr que non. Erm... de quoi voudrais-tu parler?' Il a bégayé les mots, vaincu par le pouvoir que lui conférait cette femme. Il se sentait durcir et essayait de penser à autre chose, mais sa bouche l'aspirant jusqu'à l'extase était la seule chose à laquelle il pouvait penser. ' Je ne souhaite pas parler. Nous partons. 

Encore une fois, une déclaration et non une question. Cette femme avait un pouvoir surréaliste, discuter serait impensable. Il s'est levé de table et a suivi, comme un chiot suivant son maître, hors du bâtiment. Elle l'a conduit jusqu'à un bloc d'appartements dont elle a ouvert la porte. Elle lui a fait signe d'entrer. 'Non, pas de dames d'abord', a-t-il dit d'un air de gentleman.

'Je', a-t-elle dit en le regardant droit dans les yeux, 'je ne suis pas une dame, tu vas le découvrir'. Il a fait ce qu'elle lui a demandé, sans savoir où il allait, ni pourquoi il était là. Hypnotisé par la beauté, il était le serviteur de cette créature de la nuit. Ils sont entrés dans son appartement, un lieu de séduction petit mais atmosphérique.

Il a imaginé de nombreux hommes avant lui, recroquevillés devant son besoin, se soumettant à ses moindres caprices, succombant aux plaisirs de la chair, de sa chair. Bois ?" a-t-elle demandé en lui tendant une tasse de liquide rouge.

Erm... qu'est-ce que c'est?' a-t-il bégayé, craignant que ce soit du sang. 'Du vin rouge. Qu'est-ce que ça pourrait être d'autre?' Elle a souri pour la première fois de la soirée. Un sourire de conviction érotique, il semblait qu'il n'y avait pas d'innocence chez cette belle femme. Elle a traversé élégamment la pièce vers lui, les hanches se balançant en rythme, bien qu'aucune musique ne soit jouée. Elle s'est penchée vers lui, ses seins à quelques centimètres de lui, son visage touchant presque le sien.

'Tu veux me baiser, n'est-ce pas?' a-t-elle chuchoté à son oreille. Oui, oui, je le veux", a-t-il dit en tremblant. Il se sentait comme un adolescent vierge, nerveux face aux plaisirs inconnus de la chair.

'Combien veux-tu me baiser?' dit-elle plus fort, le ton exigeant. 'Allot, vraiment allot.' Alors mets-toi à genoux comme un bon garçon et supplie-moi de le faire.' Il a fait ce qu'on lui a dit, surpris de sa propre volonté d'obéir à une femme qu'il ne connaissait que depuis quelques heures.

'S'il te plaît, laisse-moi te toucher.' Il était humilié, gêné et le plus excité qu'il ait jamais été dans sa vie. ' Que ferais-tu pour me faire plaisir ? Pour te permettre de me toucher?' Elle a souri de satisfaction, elle savait qu'elle avait un contrôle total sur cet homme, il était purement à ses ordres.

'Je ferais n'importe quoi.' 'Tu ferais n'importe quoi quoi quoi?' 'Je ferais n'importe quoi maîtresse, désolé maîtresse.' 'Pour ton insolence, tu seras puni. Penses-tu que tu dois être punie?' 'Oui, oui maîtresse.' 'Déshabille-toi et fais vite.

'Il a fait ainsi, se déshabillant à la hâte. 'Penche-toi sur le lit. Maintenant!' Encore une fois, il a fait ce qu'on lui demandait. Un miroir était accroché au mur en face de lui, dans le reflet il l'a vue sortir un fouet araignée. Les mauvais garçons qui ne savent pas se tenir doivent être punis. Sinon, ils n'apprendraient jamais, n'est-ce pas ?

'Non maîtresse'. Elle l'a fouetté. Durement. Il a crié de douleur et d'excitation, les deux émotions étant si proches qu'elles ne font qu'une. 'Es-tu désolé pour ton insolence?' a-t-elle demandé, le fouettant en même temps qu'elle parlait. Oui maîtresse', son dos et ses fesses brûlaient de la douleur des coups de fouet précédents et de ceux qu'elle lui donnait encore.

Il se sentait petit, à peine quelques centimètres, un homme de robe battu par une femme sans grande envergure. Es-tu reconnaissant, es-tu reconnaissant que ta maîtresse se soucie assez de toi pour t'éduquer ?" "Oui maîtresse, merci maîtresse", il était si dur qu'il sentait qu'il allait exploser. Elle lui a demandé de se remettre à genoux. ' Comment me remercierais-tu pour mon cadeau?' ' Tout ce que tu veux maîtresse, bonne maîtresse, tout ce que tu désires.' 'Léche-moi.' Elle a remonté sa jupe pour révéler une chatte sans culotte et bien rasée. Il s'est agenouillé sous elle pendant qu'elle écartait ses cuisses fermes et lisses. Il a écarté ses lèvres pour avoir un meilleur accès à son clitoris. Il l'a léchée, doucement au début puis plus fort, plus vite. Il pouvait sentir son jus sur sa langue, le plus doux qu'il ait goûté.

Elle a attrapé les cheveux de l'homme, le poussant plus fort en elle. Il a sucé son clitoris, la sentant se crisper pendant qu'il suçait. Plus fort ! Plus fort !" a-t-elle crié, et il a fait ce qu'il lui demandait, jusqu'à ce qu'il la sente convulser jusqu'à l'orgasme. Elle a hurlé de plaisir, trempant son visage dans ses jus sucrés. Tu as bien servi ta maîtresse", a-t-elle dit dans un souffle haletant, "Tu seras récompensé pour cela". Elle l'a poussé sur le lit et s'est abaissée entre ses jambes. Une si grosse queue, tu veux que mes lèvres l'entourent, n'est-ce pas ? Tu veux remplir ma bouche avec ta virilité.' 'Oui maîtresse ! oui!'

Il sentait qu'il allait jouir au moment où elle le touchait. Jamais de sa vie il n'avait ressenti un tel désir pour le toucher d'une femme. 'À la condition que tu ne viennes pas avant que je le dise, je récompenserai ton obéissance.' 'Oui maîtresse.'

Elle a satisfait son besoin. Elle a sucé et léché sa queue solide, prenant toute sa longueur dans sa bouche. Il a haleté de plaisir. Elle était experte en fellation ; elle était agenouillée entre ses jambes. Il se sentait sur le point de jouir. Elle aussi. Elle a pincé le bout de sa queue.

Est-ce que je t'ai donné la permission ? M'as-tu entendu dire que tu pouvais jouir?' 'Non maîtresse, désolé maîtresse'. 'Va sur le lit et allonge-toi.' Il s'est allongé nu, sa bite dure comme le roc ayant envie d'être en elle. Il se sentait exposé, faible et à la merci de cette femme merveilleuse. Il avait honte de l'excitation qu'il ressentait.

Elle a attaché ses poignets au poteau du lit. 'Est-ce trop serré?' a-t-elle demandé doucement. 'Non maîtresse'. 'Alors ce n'est pas assez serré!' Elle a serré la corde pour que, peu importe ses efforts, il ne puisse pas s'échapper. Elle s'est mise à califourchon sur l'homme, faisant glisser ses ongles sur sa poitrine en même temps. Elle a commencé lentement, en le chevauchant doucement. Puis elle l'a chevauché plus vite et plus fort, forçant sa queue à s'enfoncer profondément en elle. Elle respirait lourdement.

Ne t'avise pas de venir, ne t'avise pas de venir avant que je te le dise.' Il s'est mis à monter et descendre, si fort et si vite qu'il ne pouvait plus se retenir. 'S'il te plaît maîtresse, j'ai besoin de venir'. ' Combien as-tu besoin de venir?' cria-t-elle, possédée par ce moment d'excitation érotique. 'Tellement maîtresse, s'il te plaît, laisse-moi jouir!' ' Maintenant!' a-t-elle crié alors que son propre orgasme contractait ses muscles, le faisant jouir plus fort et plus intensément qu'il ne l'avait jamais fait de toute sa vie.

Elle s'est jetée sur le lit, luisant de sueur, sa poitrine ample se soulevant alors qu'elle respirait lourdement. Quelques minutes plus tard, elle était levée et habillée. 'Veux-tu un café avant de partir ?

'Erm...pars?' dit l'homme surpris. 'Oui, vas-y. Mon mari sera à la maison dans quelques heures.'. MARI?!' s'exclame l'homme soumis. Il a sauté de ce lit conjugal de péché et s'est habillé plus vite qu'il ne l'avait jamais fait dans sa vie. 'C'est un plaisir de te rencontrer' dit l'homme.

Oui, j'en suis sûr. Il vaut mieux que tu ne viennes plus ici. Mon mari est un homme très jaloux. Il vient de sortir de prison pour homicide involontaire. Un homme a osé me toucher et il lui a enfoncé un verre dans le cœur'.

'Oui. Bien, ha, bien sûr.' et sur ce, l'homme soumis s'est enfui. . la femme dominatrice a allumé une cigarette et a regardé l'homme s'enfuir.

Mari, ha ! Comme si elle en avait besoin ! Elle pouvait avoir tous les hommes qu'elle désirait et elle l'a fait. Elle devait avoir une histoire pour se débarrasser des imbéciles qui étaient obsédés par elle. Elle ne dépendait que d'elle-même, elle n'avait pas besoin des complications d'un homme. En éteignant sa cigarette, elle se mit au lit et tomba dans un sommeil content et réparateur. L'homme soumis a erré pendant des heures, sa seule compagnie étant les souvenirs de cette nuit de sexe.

Même s'il savait qu'il n'oublierait jamais cette expérience avec une maitresse dominatrice, il décida d'oublier le lieu, de peur de risquer d'être assassiné par un mari vengeur ; mais quelle expérience ! En tant qu'administrateur du conseil, il était habitué à être le dominant et non le dominé. Il savait qu'il ne reverrait plus jamais la beauté radieuse qui avait déclenché une dépendance à être dominé qui durerait toute sa vie.

D'autres histoires de cul à dévorer :