Les histoires érotiques (et plus coquines encore)

Les récits, nouvelles et autres histoires de sexe à lire discrètement pour se faire plaisir

Une nuit de sexe inoubliable

Non classé Fiction, Fellation, Exhibitionnisme, Femme exhibitionniste, Homme/Femme

Mon équipe a perdu le premier match des éliminatoires de la NBA et si elle ne se reprend pas, ce sera 20 dollars de plus. Ce soir, ce n'était pas mon soir. Jusqu'à ce que je décide de sortir mes poubelles.
La benne à ordures la plus proche de mon dortoir est à environ 2 minutes à pied, et se trouve près d'un des parkings des étudiants. En jetant mes ordures, j'ai entendu une fille qui était visiblement ivre crier dans son téléphone. "Espèce d'idiot... Tu m'as laissé dans le mauvais parking. Mon dortoir est de l'autre côté du campus et la S.E.P.S. a cessé de fonctionner." Je ne sais pas ce que l'acronyme S.E.P.S signifie mais c'est un système de navette sur le campus qui vous prendra n'importe où sur le campus et vous conduira n'importe où ailleurs sur le campus. Elle a continué à crier dans son téléphone, "Je ne veux pas traverser le campus toute seule, connard !" il y a eu une pause et apparemment la personne à l'autre bout a dit quelque chose qu'elle n'a pas aimé parce qu'avec un dernier "Va te faire foutre" elle a claqué son téléphone.
À ce moment-là, je m'étais rapproché pour enquêter un peu plus sur la situation. La fille qui criait était en tenue de soirée standard pour les boîtes de nuit, une petite robe noire qui couvrait à peine son cul et permettait un décolleté incroyable, des escarpins fuck me et à en juger par le reste de sa tenue, rien d'autre. J'ai essayé d'être aussi discrète que possible en m'éloignant et en essayant de ne pas faire comme si j'avais été lâchée par son appel téléphonique. "Excusez-moi !" J'ai continué à marcher comme si je ne l'avais pas entendue. "Hé ! Excusez-moi !" Je me suis arrêté et j'ai fait demi-tour. "J'habite aux Gates et je ne veux pas y aller seul, vous permettez ?" Les Gates étaient des dortoirs de style appartement haut de gamme situés de l'autre côté du campus, à environ 20 ou 25 minutes de marche selon la vitesse à laquelle on marchait.
J'ai accepté dans l'espoir de pouvoir la regarder un peu plus longtemps parce qu'elle était très sexy et qu'elle avait de beaux seins. Elle s'est présentée à moi sous le nom de Kim et à moi sous le nom de Tyler. Après une courte introduction et deux minutes de discussion, nous avons entamé notre randonnée à travers le campus. Avant même que nous ayons pu sortir du parking, elle a demandé à s'arrêter une seconde et a enlevé ses pompes. C'est alors que j'ai remarqué que ses pieds étaient magnifiques. J'avais découvert récemment que ses pieds étaient un fétiche et les siens étaient comme un rêve humide. Chaque orteil était parfaitement proportionné à l'autre et ses ongles étaient peints avec une peinture rouge brillante. Elle a dû me voir regarder parce qu'elle m'a demandé "Tu aimes ?" C'était la première fois qu'on me surprenait à regarder les pieds d'une fille, alors j'ai dit qu'ils étaient très beaux et je suis resté sur ma position, même si ma bite commençait déjà à bouger. Je ne pouvais qu'imaginer à quel point ils étaient doux et comment ils se sentaient enroulés autour de ma bite.
Nous avons continué à marcher et il était difficile de ne pas regarder ses seins et ses orteils, je voulais sucer les deux et elle savait que je regardais parce qu'elle me faisait un petit sourire sournois à chaque fois qu'elle me surprenait. Pendant quelques minutes, le seul bruit qui venait de l'un ou l'autre d'entre nous était celui de ses pieds nus qui tapaient sur le trottoir. Puis elle a brisé la glace. "Je suis un peu saoul, tu sais ?" Je lui ai dit que je pouvais le dire, mais elle n'était pas complètement bourrée, donc c'était bon. Puis elle m'a posé une question qui m'a choqué, elle m'a demandé "Alors, tu as un fétichisme des pieds ou quelque chose comme ça ?" Je pouvais croire qu'elle aurait pu poser une question comme celle-là de manière si flagrante. Après m'avoir connu pendant moins de 10 minutes, mais en espérant que cela aiderait mon cas plutôt que de lui nuire, j'ai dit : "Oui, j'en ai un et les vôtres sont de loin les plus beaux que j'ai vus". Elle a souri et m'a dit : "Merci d'avoir remarqué, la plupart des gars ne regardent que mes seins, ce qui ne me dérange pas, mais c'est bien quand certains remarquent aussi autre chose". Je l'ai complimentée sur ses seins, confiant que ce n'était pas "déplacé" et elle a accepté mon compliment avec plaisir. 

En nous approchant de la place, juste au-delà du centre du campus, nous avons pu constater qu'il faisait sombre et qu'il n'y avait personne autour. Elle m'a attrapé par le bras et m'a arrêté en disant : "Puisque mes pieds t'excitent, montre-moi quelque chose qui m'excitera". Je lui ai dit : "J'aime ce jeu, mais que voulez-vous voir ?" "Montre-moi ton ventre", m'a-t-elle dit. Je l'ai avertie que je n'avais pas de planche à laver comme toutes les autres têtes de gâteaux de bœuf sur le campus et elle a dit que c'était ce qu'elle espérait. J'ai soulevé ma chemise juste assez pour que mon estomac soit exposé et elle a fait courir ses mains dessus, elles étaient si douces. Je ne pourrais pas dire la même chose de ma bite encore longtemps.
"Continuons ce petit jeu, voulez-vous ?" dit-elle. "Si tu me montres quelque chose que j'aime, je te montrerai quelque chose que tu aimeras." J'ai accepté, puisqu'elle était partie la première par inadvertance la dernière fois, c'était à mon tour d'y aller en premier cette fois-ci. J'ai donc relevé ma chemise et glissé mes bras vers l'extérieur en exposant ma poitrine, mais en laissant mes épaules couvertes dans l'espoir qu'elles compteraient plus tard. Elle s'est penchée et a embrassé doucement un des tétons, puis a commencé à sucer l'autre. À ce moment-là, j'étais presque au garde-à-vous. "Mon tour", dit-elle, presque anxieuse de montrer son corps sexy. Elle s'est retournée et a soulevé le dos de sa robe, exposant son cul rond et guilleret. C'était grand mais pas petit non plus, c'était la taille parfaite pour gifler, frapper et serrer. Cela a également prouvé ma théorie selon laquelle elle ne portait rien de plus que sa robe et ses escarpins. Je voulais juste sortir ma bite et la baiser sur le sol juste là, mais j'aimais aussi ce jeu.
Maintenant, j'ai complètement retiré ma chemise, exposant mes épaules. Cela semblait être sa partie préférée. Elle s'est promenée derrière moi et a commencé à les masser avant d'enfoncer son visage dans mon cou pendant qu'elle l'embrassait et le mordait. Au bout d'une minute ou deux, elle est revenue là où je pouvais la voir, elle avait déjà baissé sa robe pour me montrer ses beaux seins, ils semblaient être un bonnet C plein et j'espérais qu'à la fin de la nuit, elle me laisserait glisser ma bite entre eux.
"Laisse-moi te poser une question, Tyler... Tu veux t'exhiber ?" L'exhibition a toujours été quelque chose que je voulais essayer mais je n'avais jamais trouvé une fille prête à y participer. Ma copine m'a à peine fait l'amour avec les lumières allumées. Je lui ai dit que j'avais toujours voulu essayer, mais que je n'en avais jamais eu l'occasion. "Bien" m'a-t-elle dit, vous allez avoir cette chance. Elle a pris ma main et m'a tiré vers un banc, ses seins pendaient encore. Elle m'a fait asseoir et a ouvert mon pantalon ; ma bite s'est pratiquement arrachée pour elle.
Elle m'a dit de me détendre et m'a embrassé sur la joue avant de glisser ma bite dans sa bouche. Elle a travaillé ma bite à la perfection avec sa bouche, elle a pris mon manche jusqu'à la base et m'a bâillonné mais l'a quand même tenu là en me caressant les couilles. Elle a lentement levé la tête et une traînée de crachat a conduit du bout de ma bite à sa bouche, elle a caressé d'une main ma bite maintenant bien lubrifiée, a caressé mes couilles de l'autre, qu'elle a sucées sur la partie de ma bite juste là où ma bite et mes couilles se rencontrent. J'avais envie de crier, ça faisait tellement de bien. Cela a duré une dizaine de minutes et j'ai senti mon orgasme arriver : "Oh putain ! Je vais jouir !" Elle s'est mise à genoux et a dirigé ma charge chaude sur ses seins. J'étais tellement à l'écoute que c'était la plus grosse charge que j'avais jamais tirée. C'était quelque chose dont il fallait être vraiment fier.
"Maintenant" dit-elle, "tu dois me faire jouir en utilisant ta bouche." Elle s'est assise sur le banc et a ouvert ses jambes. J'ai commencé par glisser un doigt dans sa chatte mouillée et elle m'a giflé au visage, j'étais choqué. "J'ai dit ta bouche." Pour être sûr de ne pas refaire la même erreur, j'ai mis mes mains sur ses seins trempés de sperme et j'ai creusé dans sa chatte avec ma langue. En quelques secondes, elle avait une poignée de mes cheveux et pressait mon visage contre sa chatte, j'aimais être contrôlé ; c'était une belle pause par rapport à la banalité. Elle bougeait ses hanches en rond et je dessinais des cercles sur son clitoris avec ma langue. Elle a mis ses jambes au-dessus de mes épaules. "Oh putain ! Continue" gémissait-elle, je faisais glisser ma langue de haut en bas sur toute sa chatte en léchant et en aspirant tous ses sucs. J'ai suivi le petit courant de fluides jusqu'à son trou de cul, elle a aspiré le plaisir. Je me suis concentré sur son cul pendant une minute, puis j'ai tourné mon attention vers son clitoris. "Juste là ! Juste là ! Oh putain, j'éjacule !" Ses jambes ont tremblé violemment quand les muscles de sa chatte se sont contractés autour de ma langue. Elle a crié alors que son orgasme explosait en elle. "Baise-moi maintenant !", exigeait-elle. 

Je l'ai forcée à se mettre à quatre pattes et j'ai remonté sa robe. Sa chatte brillait à la lumière des lampes qui illuminaient les trottoirs autour de la place. "Baise-moi ! Qu'est-ce que tu attends ?" Je lui ai enfoncé ma bite bien dure dans la chatte et elle a crié en extase. "Oui ! C'est ça ; baise moi comme tu le penses." J'ai pompé sa chatte aussi fort que j'ai pu et elle en a adoré chaque seconde. Elle s'est mise à se frotter le clitoris pendant que je continuais à l'enfoncer. "Oh putain, je jouis, n'arrête pas", gémissait-elle quand je sentais sa chatte commencer à me serrer la bite. J'ai regardé en bas pour me regarder pénétrer cette belle chatte et j'ai vu que ma bite était recouverte de son sperme blanc et cela m'a fait passer par-dessus bord. Je me suis mis en surmultiplié et j'ai pompé plus fort que je ne le pensais, mes couilles se sont cognées contre son clitoris, je les ai senties se resserrer alors que je me préparais à jouir à nouveau "je vais éjaculer encore" Je lui ai dit, elle s'est retournée et a pris ma bite dans sa bouche "Oh merde ! J'arrive ! J'arrive !" Cette fois, elle a pris tout le chargement sur son visage et ça avait l'air si sexy sur elle.
"Tu m'as bien baisé, mec." Elle a dit en respirant fort. "Putain, c'était incroyable", lui ai-je dit en respirant profondément. "Tu sais ? Je ne suis vraiment plus aussi bourré." "C'est bien", lui ai-je dit en enfilant mon pantalon. "Attends", elle m'a dit : "Tu veux faire quelque chose d'amusant ?" "C'était amusant", j'ai dit. "Si tu fais le reste du chemin avec moi comme ça, j'aurai quelque chose de spécial pour toi quand on rentrera à mon appartement." Comme il était presque 3 heures du matin et que le campus était pratiquement mort, j'ai accepté et nous sommes reparties, moi avec mon pantalon dézippé et ma bite qui traînait et elle avec sa robe enroulée autour de la taille et avec du sperme sur les seins et le visage. Quand nous avons recommencé à marcher, je me suis dit : "Peut-être que c'est ma soirée après tout".

 

D'autres histoires de cul à dévorer :