Les histoires érotiques (et plus coquines encore)

Les récits, nouvelles et autres histoires de sexe à lire discrètement pour se faire plaisir

Confession érotique: Rencontre avec un couple bisexuel

Quand je me suis réveillé, il n'y avait que Jean dans le lit et si je me suis réveillé, c'est parce qu'il avait grignoté ma queue tout doucement. Elle était à nouveau en érection. Je n'arrivais pas à croire à quel point je pouvais être excité encore et encore. Je me sentais comme une pute dans un gangbang. Plus il y a de baise, mieux c'est

Le rayon bleu et frais du clair de lune s'est promené sur mon oreiller. Cela, ainsi que le fracas des longues vagues pelant la plage, a suffi à me faire sortir de mon sommeil. Je n'avais pas dormi profondément ces derniers temps. Mon esprit, une fois réveillé, s'est immédiatement concentré sur l'email. Je me suis levée du lit, j'ai enfilé un short et je me suis dirigée vers mon bureau. . Il était 3 heures du matin et alors que j'allumais mon ordinateur portable, je n'arrivais pas à croire qu'un seul email pouvait si facilement capter mon attention.

Je travaille pour une société d'ingénierie hollandaise. En ce moment je travaille en France, sur Montpellier pour être exact. J'aime ce pays. Il a une beauté naturelle et les gens sont attirants et attachants. J'ai surfé sur Internet en consultant divers sites coquins pour voir s'il y avait des sites pour rencontrer des personnes partageant les mêmes idées. J'étais loin de me douter que j'allais connaître un succès dépassant mes rêves les plus fous.

J'ai envoyé un dernier courriel pour confirmer que notre premier rendez-vous était toujours d'actualité et qu'il n'y avait aucun changement ou annulation de dernière minute. Tout était en ordre ; dans quatre heures, je frapperais à la porte d'un hôtel et rencontrerais mes nouveaux cyber-amis en couleurs vives. Tous les échanges d'emails, puis le premier échange téléphonique lorsque j'ai parlé avec Jean. Ces pensées se sont bousculées dans mon esprit. L'excitation et l'anticipation étaient presque insupportables. Puis il y avait le doute. Et si elles n'étaient pas attirantes ? Et si nous étions tous trop gênés ? Et si c'était une mascarade ?

La porte s'est ouverte sur une chambre faiblement éclairée. Les rideaux étaient tirés. Le climatiseur fredonnait sa chanson inébranlable et un ventilateur de plafond tournait paresseusement depuis le plafond. Jean m'a salué. C'était un homme à l'allure distinguée avec une barbe bien taillée. La pensée m'a traversé l'esprit que je n'aurais pas été déçue s'il avait été le seul à m'attendre dans la pièce. Cela n'allait pas être le cas, car en jetant un coup d'œil derrière lui, j'ai pu voir Anne qui se reposait tranquillement sur le lit king size. Elle était magnifique avec ses longs cheveux bouclés qui coulaient autour d'elle. Nos regards se sont croisés et en arrière-plan, j'ai entendu Jean faire les présentations. J'ai été frappé par la sensualité de son sourire. Mon esprit faisait des heures supplémentaires pour essayer de trier tous les sous-entendus qui se produisaient devant moi.

Des bavardages tournant autour du fait de se demander à quoi nous ressemblions et de se réjouir que nous soyons tous satisfaits du résultat et des possibilités qui nous attendent, ont chargé l'atmosphère. Anne s'est levée et est venue vers moi. Je l'ai enlacée comme si j'étais son amant depuis des décennies. Nous nous sommes embrassés d'un long et profond baiser français. Lentement au début, puis nos langues se sont lancées dans un délicieux jeu sensuel. Nous y répondions tous les deux alors que nos corps se pressaient l'un contre l'autre. J'étais à peine conscient qu'au même moment, Jean était occupé à déboucler mon pantalon. La sensation suivante était incroyable. Jean avait libéré mon érection dure comme le roc de mes vêtements et a commencé très doucement à la prendre dans sa bouche. Un gémissement de plaisir s'est échappé de ma bouche. En regardant dans les yeux d'Anne, ses sourcils se sont levés comme s'ils étaient satisfaits de ma réaction. Elle et moi nous sommes empressées d'enlever le reste de nos vêtements. J'ai fini par m'effondrer sur les draps blancs et frais de l'immense lit que je suivais avec Anne sur le dessus, toujours dans la première étreinte. Elle avait maintenant la main en bas qui caressait mon scrotum tandis que Jean m'attirait dans sa bouche à plusieurs reprises avec un rythme effréné. Anne s'est détachée de notre étreinte et a rejoint Jean. Sa longue langue s'est mise à courir de haut en bas sur ma tige lorsqu'elle est sortie de la bouche chaude de Jean. J'avais une vue plongeante sur ces belles personnes qui baignaient ma queue de luxure. J'ai pensé que cela pourrait être le meilleur moment de ma vie.

Ensuite, on m'a fait passer mon érection brûlante entre leurs deux bouches. Elles se regardaient avec de l'amour et de la luxure mélangés à leurs expressions satisfaites. Les choses ont continué à changer mais pour être honnête, j'ai perdu toute notion du temps. Jean s'est levé et s'est éloigné. Anne, dont les seins bougeaient et se balançaient légèrement, a grimpé et est montée lentement sur mon pénis. Elle a lentement abaissé sa chatte chaude et veloutée sur ma queue dure jusqu'à ce que je la pénètre complètement. Elle a une chatte incroyablement serrée que j'ai lutté pour ne pas remplir de sperme tout de suite. Elle m'a souri puis a commencé à onduler lentement de haut en bas. Jean se promenait dans la pièce, caressant sa queue, s'arrêtant pour regarder sa femme pendant qu'elle me baisait lentement. Il s'est ensuite approché de moi et a trouvé ma bouche avide avec son énorme virilité.

C'était si bon d'absorber cette délicieuse queue et de profiter en même temps de l'une des meilleures baises de ma vie. Je pouvais voir qu'Anne était très excitée en me regardant prendre la queue de son mari profondément dans ma bouche. Jean a commencé à baiser ma bouche avec le même rythme qu'Anne avait établi. Le rythme a augmenté à mesure que nous ne faisions plus qu'un et au bout de plusieurs minutes incroyables, nous avons tous joui en même temps. Anne tremblait lorsque mon sperme chaud s'est répandu dans son divan de velours humide et Jean a pompé furieusement de grandes quantités de sperme sur ma bouche et mon visage.

Nous étions épuisés et nous avons tous ri lorsque nous nous sommes désolidarisés. Anne est allée dans la salle de bain pour se nettoyer et a apporté un gant de toilette pour me nettoyer le visage. Jean et moi étions tous les deux allongés sur le lit. Anne s'est assise entre nous et avec une télécommande, elle a allumé une vidéo qu'ils avaient installée avant que j'arrive à l'hôtel.

Un film porno s'est mis à jouer et nous avons tous commencé à regarder deux lesbiennes s'adonnant à un jeu très chaud de cunnilingus mélangé à du baise-doigts. Pendant ce temps, Anne avait sorti de l'huile sexuelle et s'affairait à redonner vie au pénis de Jean et au mien. Elle nous caressait tous les deux avec amour et, en même temps, appréciait visiblement les scènes pornographiques torrides.

Pendant qu'elle nous caressait tous les deux, Jean et moi regardions nos bites respectives se faire pomper par ces mains habiles. Anne avait pris le contrôle et nous a fait nous lever tous les deux ensemble. Elle souhaitait que nous rapprochions nos bites rutilantes pour qu'elle puisse les mettre toutes les deux dans sa bouche en même temps. Elle y est parvenue avec un peu de difficulté car Jean et moi avons tous deux des bites de taille similaire, légèrement plus grosses que la normale. Elle les suçait ensemble puis alternait entre les bites en léchant simplement la couronne et en les enfouissant profondément dans sa douce bouche. Elle levait les yeux et voyait l'extase sur nos deux visages. C'était incroyable de la voir sucer une autre bite et de sentir ensuite la sensation de sa bouche chaude qui descendait sur ma bite.

Après un long moment, nous avons rompu et je me suis placé derrière elle en levrette. J'ai pénétré dans sa chatte attirante pendant que Jean se déplaçait devant elle pour porter sa bite à sa bouche. J'ai commencé à la pomper et à la faire descendre sur la grosse bite de Jean. Elle s'est balancée avec plaisir et des gémissements et des mots d'encouragement sont sortis de nos bouches.

Nous avons changé de position. Anne s'est allongée avec sa tête dans mon entrejambe et a pris ma queue avec un abandon sexuel. Jean est entré en elle et a soulevé ses hanches en l'air. Il l'a baisée fort et elle a répondu à chaque poussée tout en gémissant avec sa bouche remplie de ma queue.

De nouveau, nous avons tous joui presque au même moment. De nouveau, nous nous sommes effondrés. Cette fois, nous étions complètement épuisés. Le sommeil nous a tous envahis pendant au moins une heure.

Quand je me suis réveillé, il n'y avait que Jean dans le lit et si je me suis réveillé, c'est parce qu'il avait grignoté ma queue tout doucement. Elle était à nouveau en érection. Je n'arrivais pas à croire à quel point je pouvais être excité encore et encore. Je me sentais comme une pute dans un gangbang. Plus il y a de baise, mieux c'est. Alors que ma queue gonflait à vue d'œil, nous nous sommes positionnés dans une position 69. La queue de Jean avait bon goût et elle était si veloutée en glissant entre mes lèvres. Nous nous sommes sucés exactement comme l'autre le faisait. Les sensations étaient incroyables. Nous nous caressions les couilles et jouions avec l'anus de l'autre. Inconsciente de tout, j'ai finalement remarqué Anne assise sur une chaise à l'autre bout de la pièce, les jambes relevées et écartées et une main écartant ses jolies lèvres froncées tandis que l'autre doigt s'attaquait sauvagement à son clito gonflé. Elle a ensuite commencé à nous dire à quel point nous étions de bons suceurs de bites et a demandé si Jean était finalement heureux de pouvoir aussi avoir un peu de bite. Il a laissé ma bite glisser de sa bouche et a dit qu'il avait attendu ce moment pendant longtemps. Je me suis dit la même chose.

D'autres histoires de cul à dévorer :