Les histoires érotiques (et plus coquines encore)

Les récits, nouvelles et autres histoires de sexe à lire discrètement pour se faire plaisir

Récit coquin: Séance de BDSM pour mon épouse soumise

J'y mets vraiment du mien. Ma main pique même un peu - elle gémit : " Plus fort, fais-le ! Punis-moi !" Je me retourne et lui donne une claque sur les fesses aussi fort que possible, elle s'avance un peu, presque un cri, je sais que ça fait mal, et elle gémit vraiment maintenant. Je la frotte doucement et lui dis "C'est ça bébé, on a fini, tu as été une bonne fille" et elle respire profondément, roucoulant un peu comme un petit chaton qui se délecte de la caresse de mes mains.

Ma femme et moi sommes des gens très normaux pour la plupart. Deux enfants, nous travaillons tous les deux, des animaux de compagnie, une petite ligue, etc. Mais dans la chambre à coucher, nous sommes tous deux très sexuels et aimons épicer les choses. Mais dans la chambre à coucher, nous sommes tous les deux très sexuels et nous aimons épicer les choses. Aucun de nous n'a de fétichisme particulier, mais cela ne veut pas dire que nous n'aimons pas y toucher. L'un de ses intérêts (et le mien aussi après l'avoir essayé) est d'être dominée et fessée. Nous avons donc institué des fessées semi-régulières, généralement le mardi puisque ce jour est de toute façon ennuyeux. Heureusement pour nous, les enfants étaient partis chez les grands-parents pour la semaine.

Nous avons un sectional avec un grand "retour" qui se détache d'une extrémité - une sorte de chaise longue ou autre, et l'ensemble forme un grand U. Le retour jaillit à environ 1,5 mètre du sol. Le retour fait saillie d'environ 1,5 m, ce qui est parfait pour s'asseoir et mettre les pieds en l'air, ou s'asseoir sur le bord.

Bref, j'ai mis de la lingerie sur le lit, puis j'ai enfilé un jean légèrement déchiré, sans chemise. Je suis sorti dans le salon, je lui ai dit de retourner faire sa sélection parmi les choix que je lui avais donnés - et de revenir sans dire un mot dans cinq minutes.

Puis j'ai baissé les lumières, mis de la musique (nous utilisons Zen sur direct tv... ça marche bien pour ce genre de choses comme musique de fond/mode). Puis je me suis assis au bord de la chaise longue/du fauteuil et j'ai posé un oreiller entre mes genoux sur le sol.

Quand elle est sortie - elle avait mis ses cheveux en queue de cheval (elle sait que c'est ce que je préfère, et c'est pratique vu ce que je lui ferais faire plus tard). Mais elle avait décidé de sa propre tenue : des bas aux genoux et des talons noirs de strip-teaseuse, un string de noir et blanc, pas de haut. Elle avait l'air tellement salope hot.... comme une putain de déesse du sexe ou quelque chose comme ça... plutôt comme un démon du sexe - elle avait même mis un maquillage plus intense pour les yeux... J'ai littéralement bandé rien qu'en la regardant.

MAIS - cette réaction n'est pas dans le personnage. Je l'ai donc regardée très sévèrement et lui ai dit qu'elle allait payer pour ne pas avoir obéi. Elle a pleurniché un peu, parce qu'elle aime me faire plaisir et qu'elle pensait l'avoir fait (elle l'a fait, mais je ne peux pas la laisser me désobéir impunément, n'est-ce pas ?) Je lui ai dit de marcher jusqu'à moi, puis je l'ai fait rester debout pendant que je la sondais, pinçant ses tétons, frottant son cul... la traitant comme un jouet que je m'apprêtais à utiliser... Je pouvais voir que cela l'excitait vraiment.

Je lui ai dit qu'elle avait l'air fantastique ; elle a fait le plus joli petit bruit, heureuse que je la félicite. Je l'ai conduite jusqu'au retour, et je me suis assise, continuant à l'évaluer, à la tourner, à sentir ses cuisses, ses fesses, ses mamelons, tout ce que je voulais. Elle a essayé de me toucher et j'ai repoussé sa main en disant "PAS ENCORE" avant de continuer à apprécier mon nouveau petit jouet sexuel.

Je lui ai dit de s'allonger sur mes genoux, ce qu'elle a fait sans un mot. J'ai caressé son dos et frotté un peu son cul, j'ai tiré doucement sur sa queue de cheval. Puis, avec ma main sur son dos qui la maintenait couchée, et mon autre main entre ses jambes qui lui frottait la chatte, j'ai dit : "Tu sais que c'est pour moi, n'est-ce pas ? J'en ai besoin, j'ai eu une journée très stressante, et tu vas me soulager". Elle a gémi, et j'ai rapidement donné une bonne claque sur son cul. Elle a glapi un peu et j'ai dit "Tu veux ça ?" et elle a hoché la tête en disant "emmmhmmm"... Ma bite est devenue très dure et a forcé mon jean à remonter. Je lui dis de se soulever de façon à ce que seuls ses tétons frottent ma bite dure pendant que je lui donne ce qu'elle mérite pour être ma petite salope.

SMACK ! SMACK SMACK ! ... en frottant son cul après chacun d'eux pour le calmer un peu. "Tu sais que je t'aime, n'est-ce pas ? Mais j'ai besoin de ça et tu le mérites." SMACK SMACK SMACK ! Elle glapit et gémit bruyamment. Je lui frotte un peu le cul et commence à jouer avec sa chatte, en pressant et pinçant légèrement les lèvres et le clitoris.

Cela dure environ 20 minutes, alternant entre les claques sur son cul, les bonnes fessées, mais pas trop fortes, juste assez pour que ça fasse mal, les frottements sur son cul et les jeux avec sa chatte... tout en lui expliquant pourquoi elle mérite cela et pourquoi j'en ai besoin. Je lui fais mordre mon doigt sur certaines des claques les plus dures pour que je puisse sentir à quel point ça fait mal et ça pique.

Puis je lui dis "Je vais te faire te mettre à genoux et me sucer la bite ensuite"... elle devient littéralement faible dans les genoux et humide en même temps. Je tire sa culotte sur le côté et j'introduis mon doigt en elle - il glisse facilement parce qu'elle est tellement humide - et je tire ses cheveux en arrière pendant que je la baise avec les doigts. Je me penche vers elle et lui chuchote : "Nous avons presque fini, ma chérie, mais avant de terminer, je vais te donner une bonne fessée. Je vais te faire mal au cul"... elle gémit... "Et tu vas me supplier pour ça". Je retire mon doigt et gifle légèrement sa chatte, je remets mon doigt à l'intérieur "Tu comprends ? Tu vas me supplier de te donner une bonne fessée, et tu vas me dire à quel point tu en veux, tu comprends ?" Elle hoche un peu la tête... pas trop car je la tire par la queue de cheval. "Mets ton cul en l'air et demande-le maintenant, bébé".

J'arrête de la doigter, et je commence à frotter son cul - elle dit "frappe-moi.... fort". Je lui donne une bonne claque, mais pas terrible, et j'attends. Son cul se soulève et sort : "Plus fort, j'en ai besoin, je le mérite, donne-moi une bonne fessée !"
WHACK ! - J'y mets vraiment du mien. Ma main pique même un peu - elle gémit : " Plus fort, fais-le ! Punis-moi !" Je me retourne et lui donne une claque sur les fesses aussi fort que possible, elle s'avance un peu, presque un cri, je sais que ça fait mal, et elle gémit vraiment maintenant. Je la frotte doucement et lui dis "C'est ça bébé, on a fini, tu as été une bonne fille" et elle respire profondément, roucoulant un peu comme un petit chaton qui se délecte de la caresse de mes mains.

"Maintenant, tu vas te mettre à genoux et sucer ma queue bien dure. Je veux que tu sentes ce que tu m'as fait - défais mon pantalon et suce-moi comme une bonne pute".

Elle s'exécute presque immédiatement, sans mots, juste à genoux et enlève mon pantalon. Elle a immédiatement fait l'amour oral à ma bite. De haut en bas sur les côtés, en suçant mes couilles, la tête, puis tout le reste. Elle me regarde depuis ses genoux alors qu'elle la prend dans sa bouche. Je lui dis que je veux qu'elle prenne tout. Je tiens doucement sa tête des deux côtés, et je la tire vers le bas de ma bite. Je suis en quelque sorte couché en arrière, et elle est en quelque sorte sur ses mains et ses genoux maintenant, de sorte que lorsque je vais au fond de sa gorge, elle est positionnée de telle sorte que je puisse descendre un peu dans sa gorge. J'appuie jusqu'à ce que j'atteigne le fond de sa gorge et je la maintiens là... en sentant son petit réflexe de bâillonnement. Je la relâche et lui dis "suce ma bite maintenant bébé, tu es une si bonne petite suceuse de bite". Elle recommence avec enthousiasme. Je sais que maintenant elle est toute mouillée.

Après une autre minute, je lui dis "Je veux sentir ta gorge à nouveau bébé, je veux que tu t'étouffe sur ma bite à nouveau". De nouveau, je tire son visage vers le bas de mon arbre et je la maintiens là, cette fois je peux l'entendre commencer à s'étouffer. Je la tiens une seconde de plus et ses yeux sont légèrement humides. Je la relâche et elle émet un gémissement de soulagement en suçant ma queue de manière encore plus débraillée et féroce. "Tu es ma petite salope maintenant, n'est-ce pas bébé". Elle hoche la tête en signe d'assentiment et commence à me branler et à me sucer en même temps. Elle veut que je jouisse dans sa bouche maintenant, elle sait que c'est le moyen le plus rapide et je suis proche. Plus ça devient mou, plus elle utilise ses mains et sa bouche ensemble, plus je me rapproche.

Je lui dis de m'y amener presque - et juste avant de jouir, je relève sa tête, elle se débarrasse de mes mains et retourne à ma queue. Je la laisse quelques secondes de plus avant de la forcer à approcher son visage du mien. Elle est dans un état d'hébétude totale à ce stade, ses yeux sont presque vides - je l'embrasse complètement sur la bouche et lui dit "PAS ENCORE... Je vais baiser ta douce petite chatte et jouir en toi". Elle gémit, elle en a besoin maintenant. Il ne s'agit plus de jouir, mais d'être mon jouet et de me laisser l'utiliser pour jouir.

Je lui dis de se mettre à quatre pattes sur le salon et de se redresser pour que je puisse la prendre par derrière. Elle le fait, et je me glisse directement dans sa chatte. Ma bite dure comme le roc va profondément en elle. Je n'hésite pas à la baiser fort. "Lève ce cul vers moi pour que je puisse entrer profondément en toi, bébé, prends ma putain de bite comme la salope que tu es". Elle gémit d'extase, mettant son visage vers le bas et son cul vers le haut. Je suis vraiment profond en elle maintenant - et je la frappe fort tout en l'agrippant aux hanches et au cul - la tenant en place pour la baise que je lui donne.

"Tu me fais mouiller les couilles, bébé", dis-je parce que je peux les sentir frapper sa chatte mouillée pendant que je la baise. Je commence à lui donner des claques sur le cul et je lève la main pour attraper sa queue de cheval. Tu veux tellement cette bite en toi. Je vais te baiser et te remplir de mon sperme". Elle fait juste des sons incompréhensibles mélangés à des "ohhhh dieu" et "donne le moi".

Au bout de quelques minutes, je suis prêt à exploser, alors je lâche ses cheveux, je lui serre les hanches et le cul - en laissant des traces de lecture, j'en suis sûr - et je lui enfonce ma bite aussi fort que je peux, en la plongeant aussi profondément que possible et en lui déversant une énorme quantité de sperme. Elle halète et gémit en même temps.

Je peux dire que c'est exactement ce dont elle avait besoin, ses jambes tremblent alors que je continue à déverser du sperme en elle. Je fais des bruits de grognements primitifs à ce moment-là, et quand j'ai enfin terminé - je suis à nouveau en train de lui adoucir la peau et de lui frotter le dos "tu as été une très bonne fille, ma chérie". Je lui dis de s'allonger sur le dos, d'écarter les jambes et de poser ses talons sur mon dos.

Je commence à sucer sa chatte et à lécher son clitoris pendant les 10 prochaines minutes. Je ne me relève que pour lui dire "Je peux nous sentir tous les deux dégoutter de toi bébé, tu as été si bien baisée, je veux goûter ta cyprine dans ma bouche maintenant". Elle est déjà tellement excitée qu'il ne faut pas longtemps pour la faire jouir quand je le veux. Je passe ma langue d'avant en arrière sur son clito et juste au moment où elle commence à jouir, j'enfouis ma bouche dans toute sa chatte, l'embrassant comme je le ferais avec sa bouche, passant ma langue partout et la suçant. Elle jouit pendant environ une minute d'affilée. Quand elle a fini, je me lève et elle s'effondre sur le côté.

Je verse un verre de vin pour nous deux, et je prends une serviette pour me nettoyer.

D'autres histoires de cul à dévorer :