Les histoires érotiques (et plus coquines encore)

Les récits, nouvelles et autres histoires de sexe à lire discrètement pour se faire plaisir

Confession sexy: Plan à trois à la piscine

J'ai failli m'effondrer lorsque je suis entrée dans la piscine le samedi du week-end du Memorial Day et que j'ai vu qui étaient les sauveteurs de cette année. Je les connaissais bien sûr, l'année dernière, j'avais passé mon bac avec eux et je pensais ne jamais les revoir puisque nous étions tous partis dans des directions différentes pour l'université ! Eh bien, ils sont partis. Je suis allé à l'université d'état locale pour que je puisse économiser de l'argent en vivant avec mes parents. C'est là que mon plan à trois avec mes deux jeunes sauveteurs sexy et moi, jeune salope soumise, commence.

Michel et Ethan... les deux gars que j'avais pratiquement passé toute ma carrière de lycéenne à convoiter. Bien qu'avec Ethan je ne puisse pas expliquer exactement pourquoi.

Ok, donc le gars est sexy. Même au lycée, il avait le genre de corps qui ressemblait aux dessins et aux sculptures d'un dieu grec. Les filles vont se languir de lui, non ? Mais c'était un tel crétin avec moi ! Il y a eu des fois où je me suis détestée pour l'avoir désiré comme je l'ai fait. Comme mon nom de famille est Walters et que le sien est Walton, on se retrouvait presque toujours assis l'un à côté de l'autre et il se comportait toujours comme un enfant de cinq ans qui avait peur d'attraper des poux en ma présence. Ce n'est pas comme si j'avais fait quelque chose, je devenais si nerveuse qu'à chaque fois qu'il essayait de me parler, je pouvais à peine formuler des mots. Mais apparemment mon existence même l'ennuyait ou quelque chose comme ça.

Mon béguin pour Michel, son meilleur ami, avait beaucoup plus de sens. Michel faisait partie de l'équipe de natation universitaire, en dernière année il était le capitaine, et il en avait l'air. De larges épaules, de longs muscles, et ces magnifiques boucles que toutes les filles adoraient. Il était toujours super gentil avec moi, comme pour compenser les manières de branleur d'Ethan. Je suis une fille timide, alors quand un gars très sexy et populaire comme lui me salue dans le couloir dès qu'il me voit, bien sûr que je vais avoir le béguin. Mais je savais que cela ne signifiait rien de spécial, c'était juste le genre de gars sympa qu'il était.

Etant timide, c'est beaucoup plus facile de le désirer à distance que d'essayer de faire quelque chose.

"Hé, Amélie ! Ethan, regarde, c'est Amélie !" Michel a sauté et m'a serré dans ses bras, ce qui m'a fait rire à voix haute et m'a fait me pâmer un peu à l'intérieur. Pour une fois, c'était un week-end ensoleillé et chaud de Memorial Day, donc ni lui ni Ethan ne portaient de chemise.

D'accord, je ne suis pas vierge, j'ai presque 19 ans et j'ai réussi à me dépuceler pendant ma première année à l'université avec mon tout premier petit ami, mais quand un gars comme Michel est torse nu et qu'il presse sa délicieuse poitrine contre mon visage, je vais me pâmer un peu. Ça arrive. Je parie que même les filles qui ont couché avec des tonnes de mecs se pâmeraient un peu.

"Salut Michel", j'ai dit, en souriant vers lui. J'avais des papillons dans l'estomac, parce que l'homme avait toujours ses bras autour de moi, mais on s'en fout. Profitez du moment présent ! Vive la France !

Je suis peut-être un peu étourdie, je l'admets.

"Hey Amélie." Comme d'habitude, Ethan avait l'air ennuyé. J'ai jeté un coup d'oeil autour du bras musclé de Michel pour le voir assis à la table des sauveteurs, me regardant comme s'il ne pouvait pas croire que sa peste de lycée avait réussi à se montrer encore une fois.

Va te faire voir, connard, je me suis dit. C'est MA piscine.

Je veux dire, c'est la piscine de mon quartier, mais je vis ici et pas lui, donc c'est la mienne. En plus, j'ai passé tous les jours de l'été ici, du samedi du Memorial Day au lundi de la fête du travail. Qu'il pleuve ou qu'il vente. Je suis comme le facteur, mais avec la piscine. Et ce n'est pas une tâche facile, laissez-moi vous le dire. Avez-vous la moindre idée du nombre de week-ends du Memorial Day où les températures sont de l'ordre de 25 à 35 degrés, combinées à une pluie glaciale ? Laissez-moi vous dire : 90 % d'entre eux. Du moins dans cette partie du pays.

Parfois, j'aimerais vivre sur Marseille. Bien que l'hiver me manquerait.

Mais je m'égare. Je fais ça souvent. Surtout quand j'essaie très, très fort de ne pas penser à l'un de mes béguins du lycée qui m'enlace et l'autre qui me regarde comme si j'étais la peste bubonique.

"Qu'est-ce que tu fais ici ?" Michel a demandé, après m'avoir fait un deuxième câlin, plus bref. Malheureusement, il a laissé tomber ses bras après ça. Mon corps frissonnait, tout pétillant et heureux qu'il m'ait tenu dans ses bras.

"Je suis le rat de piscine désigné", ai-je dit avec un sourire en guise de réponse. Même si je suis timide, j'ai toujours trouvé facile de parler à Michel. Il a juste ce genre de personnalité amicale. En plus, tu sais, tu te perds dans ses yeux bleus hypnotiques et soudain toutes tes petites peurs et tes doutes s'évanouissent. "Et voici ma piscine."

Je le dis assez fort pour qu'Ethan puisse l'entendre, je veux le prévenir que je vais être très présent et qu'il va devoir faire avec. Et j'essaie de ne pas laisser le gémissement de la réponse me déranger.

"Ignore-le ", conseille Michel, en me poussant vers la table où Ethan est toujours assis, toujours aussi grand, sombre et ennuyé. "Il aime les journées de farniente à la piscine où il peut se détendre parce que personne n'est venu."

"Alors tu vas détester cet endroit", lui ai-je dit joyeusement. "Il y a environ cinq à six rats de piscine, bien que je sois le plus vieux. Je suis surpris que les autres ne soient pas encore là."

Oups, j'ai parlé trop vite. Au moment où les mots sortaient de ma bouche, les jumeaux Johnson sont sortis en trombe des toilettes des hommes. Ils étaient les plus jeunes rats de la piscine, ils ont rejoint le club l'année dernière quand ils ont eu huit ans et ont enfin pu venir à la piscine sans la surveillance de leur mère. Étonnamment, ils se sont plutôt bien comportés la plupart du temps, mais je pense que c'est surtout parce qu'ils avaient peur de se voir retirer leurs privilèges de piscine.

Pendant qu'Ethan et Michel étaient distraits par l'arrivée des rats de la piscine, j'en ai profité pour m'éloigner et choisir mon fauteuil préféré. Elle était du même côté de la piscine que la table des sauveteurs, mais assez loin pour ne pas empiéter sur leur espace. Ce qu'Ethan devrait apprécier. D'habitude, je me lie d'amitié avec les maîtres-nageurs, parce que je suis souvent à la piscine, mais je ne sais pas si cela va se produire cette année. Nous avons toujours quatre surveillants au total, mais je ne me sentirai jamais à l'aise de traîner avec eux quand Ethan est là, je le sais déjà.

Je n'étais pas assez chaude pour sauter dans la piscine immédiatement, alors j'ai juste arrangé ma serviette et moi-même à ma satisfaction et j'ai sorti mon e-reader.

Oui, je sais, ce n'est pas la meilleure idée d'apporter de l'électronique à la piscine, mais le genre de choses que j'ai lues dernièrement n'est pas quelque chose que je serais à l'aise de prendre un vrai livre et de le transporter avec moi. Même ce truc de 50 nuances est devenu acceptable, mais mes fantasmes ont pris une direction légèrement différente... Je dois admettre que les trucs de fessée et de domination m'excitent, mais dernièrement, je suis devenu encore plus pervers que ça.

Plan à trois. Le sexe avec deux hommes super sexy. Lexie Blake, Golden Angel et Laylah Roberts m'ont toutes attiré avec des hommes alpha sexy et des fessées, puis ont fait tourner mon moteur avec des ménages.

Mon regard s'est posé sur les deux sauveteurs sexy sur lesquels j'avais fantasmé séparément au lycée et un petit sourire a traversé mon visage. Je suppose que j'aurais probablement fantasmé sur eux cet été aussi, mais d'une manière complètement différente. Hé, une fille a le droit d'avoir sa propre vie imaginaire, et comme ils se pavanent tous les deux avec leurs corps musclés et très peu de vêtements, je sais qu'ils vont surgir dans ma tête plus tard ce soir quand je sortirai mon vibromasseur.

En souriant à moi-même, je m'enfonce dans mon livre.

******

Les deux semaines suivantes se passent à peu près comme je l'avais prévu. Je me lie d'amitié avec les deux autres maîtres-nageurs, Gina et Teresa. Étonnamment, aucune d'entre elles n'est intéressée par Ethan ou Michel. Teresa a un petit ami et Gina une petite amie. Il y a quelques lapins de piscine qui se montrent assez régulièrement.

C'est différent des rats de piscine parce que les lapins ne se montrent que lorsqu'il y a des sauveteurs sexy, et ils ne se montrent pas tous les jours comme moi et les autres rats. Je pensais que ça pourrait être l'été où j'aurais une vie en dehors de la piscine, mais avec Michel et Ethan qui y travaillent, comment puis-je rester à l'écart ? Même si cela signifie que je finis par me masturber toutes les nuits.

Ethan semble s'être résigné à ma présence quotidienne, bien qu'il ne soit toujours pas amical. Il me tolère. Je peux traîner à la table des sauveteurs, ça veut juste dire qu'il finit par être assez silencieux. Au moins, il n'est plus franchement méchant ou ne me taquine plus, je me dis que c'est un progrès. Michel, comme d'habitude, est super sympa et c'est très amusant de traîner avec lui. Il s'est transformé en un flirt majeur - moi, ses collègues sauveteurs, les lapins de la piscine... Cela fait battre mon cœur même si je sais que cela ne veut rien dire. En entendant les conversations dans la salle de bain, je sais qu'il l'a déjà fait avec au moins une des filles de la piscine.

L'écouter m'a rendue jalouse, mais je mentirais si je disais que ça ne m'a pas aussi excitée. Choquant, pour autant que je sache, Ethan n'a pas suivi le mouvement. Il se contente de broyer du noir et de faire son travail. Je ne comprends pas pourquoi je trouve la mélancolie si excitante, mais c'est ainsi. De temps en temps, généralement lorsque je suis au milieu d'une scène particulièrement chaude sur mon e-reader, j'ai l'impression bizarre qu'il me regarde, mais lorsque je lève les yeux vers lui, ce n'est jamais le cas. Quand même, c'est un petit fantasme amusant à avoir. Ça me fait me sentir toute tremblante à l'intérieur.

Une ou deux fois, je suis allée dans la salle de bain juste pour jouer avec moi-même parce que je ne pouvais pas attendre d'être à la maison. Trop excité.

Comme cela arrive souvent, les orages d'été commencent à arriver. Lorsque cela se produit, les maîtres-nageurs renvoient tout le monde chez eux, mais les rats de piscine les plus âgés trouvent généralement refuge dans le bureau des maîtres-nageurs, qui n'est jamais utilisé. Il y a un petit canapé, quelques fauteuils, des chaises longues inutilisées autour de la piscine et les planches à roulettes utilisées par l'équipe de natation. Je suis le seul membre de la piscine à être régulièrement invité à entrer et à jouer aux cartes lorsque le tonnerre et les éclairs commencent, généralement par Michel.

Un jour, je me suis présenté alors qu'il pleuvait déjà.

"Tu te moques de moi ?" Ethan a gémi quand je suis apparu dans l'embrasure de la porte du bureau du maître-nageur, parapluie dans une main et carte de piscine dans l'autre.

Je lui ai jeté un regard mauvais. "Il n'y a pas encore d'éclair ou de tonnerre. Aucune raison que je ne puisse pas aller dans la piscine."

"Il a peut-être raison, tu sais", a dit Michel en gloussant, tandis que son corps long et dur se dépliait de la chaise où il était assis. Ils avaient manifestement déjà commencé à mettre en place une partie de cartes. "Parfois, tu prends le truc du rat de piscine un peu loin."

"Si je ne suis pas là tous les jours, qu'il pleuve ou qu'il vente, alors je ne mérite pas le titre de rat de piscine", ai-je dit. Au moment où je parlais, deux de mes camarades de piscine arrivaient derrière moi, deux filles d'une dizaine d'années qui étaient constamment en train de se pâmer pour Ethan et Michel. On ne peut pas leur en vouloir.

Au moment où elles nous ont rejoints, nous avons tous entendu le roulement sinistre du tonnerre.

"Désolé les filles", a dit Michel avec son plus charmant sourire tandis qu'Ethan poussait un soupir de soulagement derrière lui. "Vous connaissez les règles, c'est une demi-heure d'attente."

Les deux filles ont gémi et se sont tournées pour partir. J'ai juste donné à Michel un regard suppliant.

"Laisse-moi deviner", a-t-il dit avec un profond gloussement qui a fait des choses délicieuses à l'intérieur de moi. "Vous voulez venir et attendre avec nous."

"Il me faut 15 minutes pour rentrer à pied", ai-je fait remarquer. "A ce moment-là, je ferai immédiatement demi-tour pour revenir ici, tant qu'il n'y a plus de tonnerre."

"D'accord", a-t-il dit avec un soupir exagéré alors qu'Ethan grognait derrière lui. "Entre, ma chérie." Il m'a ouvert la porte, jouant le gentleman d'une manière moqueuse et taquine qui m'a fait glousser.

Ethan a simplement ignoré mon entrée et a allumé la radio.

Il n'y avait aucune chance que les autres rats de la piscine se montrent, nous savions tous ce que le tonnerre signifiait. On pouvait sortir sous la pluie, mais personne n'aimait être renvoyé chez lui à cause de la foudre ou du tonnerre. Tous ceux qui n'étaient pas encore arrivés faisaient déjà demi-tour pour rentrer chez eux ou restaient sur place jusqu'à ce que l'attente soit terminée.

J'ai joué quelques parties de poker avec eux avant de me lasser de l'attitude irrévérencieuse d'Ethan. Le tonnerre a continué à se faire entendre à intervalles irréguliers et nous avons finalement vu des éclairs, alors j'étais sur le point de partir quand la radio a émis cet horrible bip qui signale un avis météorologique. Nous avons tous les trois gémi lorsque la radio a annoncé qu'il s'agissait d'un avertissement de tempête violente et que les gens devaient rester où ils étaient jusqu'à ce que la tempête se calme.

"Désolé les gars", j'ai dit, avec un haussement d'épaules d'excuse. Michel m'a souri et Ethan a juste haussé les épaules.

"Tu veux jouer une autre main ?" Michel a demandé.

"Non, je pense que je vais juste lire un peu ", ai-je dit. Je me suis dit qu'Ethan était probablement fatigué de jouer aux cartes avec moi de toute façon, je pouvais le laisser avec Michel pour un moment. D'ailleurs, j'étais arrivé à une partie particulièrement bonne de mon livre avant de partir pour la piscine ce matin et j'avais hâte de lire plus pendant que j'étais à la piscine. Bien sûr, je n'avais pas prévu d'être coincée au bureau aussi longtemps - le bulletin météo de ce matin annonçait des orages épars, mais j'espérais qu'ils seraient dispersés ailleurs.

Quand je lis un livre qui me passionne, c'est comme si le reste du monde disparaissait. Même si le reste du monde est constitué de deux gros bras que j'imagine dans ma tête pendant que je lis. Leurs voix s'atténuent jusqu'à devenir un bourdonnement sourd, puis disparaissent alors que je suis complètement absorbée par un autre monde.

Le choc a donc été rude lorsque mon e-reader m'a soudainement été arraché des mains par derrière. J'étais blotti dans un fauteuil, ce qui signifiait que je ne pouvais même pas me retourner très rapidement, le volume du fauteuil et le haut dossier m'empêchant de saisir l'appareil en retour. Tout le sang s'est vidé de mon visage alors qu'Ethan, mon bourreau du lycée qui n'aimait rien de mieux que de me taquiner, dansait à reculons avec un énorme sourire sur le visage, en regardant l'écran.

"Alors qu'est-ce que tu lis, cupcake ?"

"Rends-le moi !" Je me suis agrippée au dossier du fauteuil, à genoux. Un destin imminent s'abattait sur moi et il n'y avait rien que je puisse faire pour l'arrêter.

Michel n'était d'aucune aide, il ne l'avait jamais été, il se contentait de s'asseoir à la table de jeu et de regarder avec un sourire amusé. À ma grande horreur, au lieu de me taquiner en prenant possession de mon e-reader, Ethan a fait exactement ce que j'espérais le plus qu'il ne ferait pas. Il a regardé l'écran et a commencé à lire à haute voix.

"Travailler les muscles de sa mâchoire pour ne pas baver", la voix d'Ethan s'est un peu affaiblie, devenant presque incrédule. J'ai fermé les yeux et essayé de faire comme si j'étais ailleurs pendant qu'il continuait à lire. "Elle gardait les yeux fixés sur le sol devant elle et se demandait ce que Justin était en train de faire. S'il allait la toucher. Ce que Chris était en train de sortir du sac. Essayer de les suivre tous les deux tout en restant parfaitement immobile dans sa position et en suçant le bâillon dans sa bouche s'avérait difficile. Trop de choses sur lesquelles porter son attention."

"Mais qu'est-ce que..." J'ai entendu Michel dire, presque avec étonnement. Je me suis demandé si c'était possible de mourir spontanément d'embarras.

Je devrais être si chanceux.

"Lorsque Chris s'est avancé devant elle et a caressé sa poitrine, elle a ressenti une petite bouffée de plaisir entre ses jambes. Elle était tellement mouillée qu'elle ne serait pas surprise si elle dégoulinait réellement sur le sol. Gémissant autour du bâillon alors qu'il lui pinçait les tétons, elle fit de son mieux pour ne pas bouger du tout, sûre que Justin la regardait pendant que Chris s'amusait. Le principe du deux contre un pouvait être tellement injuste parfois - elle ne pouvait pas s'en tirer avec n'importe quoi. D'un autre côté, elle savait qu'au fond d'elle-même, elle aimait ça."

La voix d'Ethan était devenue presque rauque au fur et à mesure qu'il lisait et maintenant elle s'est finalement arrêtée.

Je me suis forcée à ouvrir les yeux et à garder la tête haute, malgré le fait que mes joues étaient si chaudes que je pensais que je pourrais m'enflammer à tout moment. Ce n'était pas à moi d'être gênée, je me fichais de ce qu'ils pensaient. Je pouvais profiter des livres que je voulais et les emmerder !

Ils me regardaient tous les deux comme s'ils ne m'avaient jamais vue auparavant.

Je ne pensais pas que c'était possible, mais j'avais l'impression que mon visage était encore plus rouge. En fait, tout mon corps était chaud - et je me suis dit que ce n'était pas seulement parce que j'avais écouté Ethan décrire de sa voix profonde et sexy une scène tout droit sortie d'un de mes fantasmes. C'était une combinaison d'excitation due à ce que j'avais lu, d'humiliation du fait que maintenant ils savaient ce que j'avais lu, et de désespoir de savoir qu'il n'y avait aucune chance que je puisse revenir dans ce cabanon.

"Puis-je récupérer mon e-reader s'il vous plaît ?" J'ai dit, presque sèchement, comme si je n'étais pas en train de rougir pour la première fois de ma vie.

Pendant un moment, Ethan semblait hésiter, puis du coin de l'œil, j'ai vu Michel s'approcher de moi. En me tournant pour le regarder, j'ai presque gelé quand j'ai vu la chaleur dans ses yeux bleus normalement étincelants. Il y avait là une intensité que je n'avais jamais vue auparavant, qui était absente lorsqu'il flirtait normalement avec moi et les autres filles autour de la piscine.

"C'est ça que tu lis sur ce truc tout le temps ?" Michel a demandé. "Du porno ? Du porno coquin à trois ?"

Il avait presque atteint le fauteuil où j'étais agenouillée quand soudain Ethan a bougé, se plaçant de l'autre côté du fauteuil de sorte que je me trouvais entre eux, comme s'ils se faisaient face. Ma tête a basculé en arrière pour regarder Michel qui me souriait.

"As-tu déjà fait quelque chose de pervers ?" Michel a demandé, ignorant la présence sombre d'Ethan à ma gauche. Il s'est penché vers moi et tout à coup le bras d'Ethan était autour de ma taille, sous mes seins, me tirant loin de la chaise. Mon dos était pressé contre son mètre quatre-vingt et, je le jure, je crois l'avoir entendu grogner.

"Laisse-la tranquille", a dit Ethan avec avertissement.

Qu'est-ce que c'est que ça ? J'ai soudainement eu l'impression qu'ils se battaient pour moi, mais ce n'était pas possible. Michel n'était qu'un dragueur et Ethan ne m'aimait pas... mais on ne pouvait pas nier que l'atmosphère dans la salle des maîtres-nageurs venait de changer. Tendue. Tout comme le bras d'Ethan.

J'ai lâché un petit couinement et tapoté l'avant-bras musclé qui était comme une bande de fer autour de mes côtes. "Je ne peux pas respirer."

Immédiatement, il s'est relâché. Mais il n'est pas tombé.

"Elle lit sur le sexe pervers et les trios", a dit Michel, sans quitter les yeux des miens. Je voulais prendre la parole et leur dire de ne pas parler de moi comme si je n'étais pas là, mais j'avais l'impression que ma respiration s'étranglait dans ma gorge. Sans parler de toutes les distractions, comme le mâle chaud et dur se tenant directement derrière moi et son bras autour. Jamais je n'aurais pensé être pressée contre Ethan comme ça, de dos ou de face, et une partie de mon cerveau mémorisait exactement la sensation fantastique que ça procurait. "Peut-être qu'elle aimerait faire un peu d'expérience. As-tu des fantasmes pervers à trois, Amélie ?"

"Oui." Le mot a glissé avant que je puisse l'arrêter. Michel se rapprochait encore, ses yeux étaient presque hypnotisants.

C'est peut-être ce que ressent une souris face à un serpent, sachant qu'elle est en danger, mais incapable de détourner le regard ou de fuir. Mon instinct de conservation est manifestement nul.

"Est-ce que tu fantasmes parfois sur un plan à trois avec Ethan et moi ?"

"Michel..."

"Oui." C'était comme si j'étais ivre, cette montée d'endorphine qui me traversait, me faisant dire des choses que je n'aurais jamais pensé dire - comme la vérité. J'étais étourdi, j'avais la tête qui tournait, comme si je volais au dessus du monde. Comme Icharus volant trop près du soleil et sachant que je suis sur le point d'être brûlé, sachant que mes ailes sont sur le point de fondre et que je vais avoir une chute fracassante sur terre sous la forme de la réalité, mais en ce moment les choses ressemblaient trop à un de mes fantasmes pour que je ne veuille pas me laisser aller un peu. Faire un plan à trois avec Michel et Ethan dans le poolhouse ?

Ouais, je ne peux même pas compter combien de fois je me suis masturbé sur ce fantasme particulier au cours des dernières semaines. Seul, ensemble, peu importe, l'idée m'excite. Même si on me taquine comme ça, en prétendant pendant une seconde que ça pourrait vraiment arriver, le fait que mes jours de rat de piscine soient terminés en vaut la peine. Je ne pourrai jamais leur faire face après ça, maintenant qu'ils savent, mais au moins je peux passer le reste de mon été à revivre ces moments où ils agissent tous les deux comme s'ils étaient réellement attirés par moi.

Le bras d'Ethan se resserre à nouveau, me pressant contre lui et je deviens soudain très consciente que peut-être il ne fait pas seulement semblant d'être attiré par moi. Ou, au moins, il aime VRAIMENT avoir les fesses d'une fille pressées contre lui.

"Recule, Michel."

À ce stade, je suis assez près de me pâmer devant l'érection d'Ethan qui se presse entre mes fesses et contre le bas de mon dos, alors j'ai du mal à formuler la pensée que je devrais les informer que je ne veux pas qu'ils me laissent tranquille. Aucun d'eux. Je ne sais pas trop ce qui se passe avec eux et pourquoi ce changement soudain - sérieusement, le fait de savoir que je lis de la littérature coquine me transforme-t-il en sex-top ? - mais loin de moi l'idée de discuter s'ils me voient soudainement comme je les vois.

"Allez, mec. Tu viens de l'entendre admettre qu'elle a des fantasmes de plan à trois pervers avec nous. Tu craques pour elle depuis des années, tu ne peux pas me dire que tu ne l'as pas regardée de la même façon qu'au lycée, on peut réaliser les fantasmes de chacun."

Qu'est-ce que tu dis maintenant ?

Je lève la tête pour fixer Ethan, complètement choqué, quand un autre de ces grognements vibrants traverse son corps, mais pas un mot de protestation ne franchit ses lèvres. Ses joues sont d'un rouge sombre, comme s'il rougissait, quand il me regarde. Puis, avant même que je puisse penser à comment poser toutes les questions qui me viennent à l'esprit, il jette mon e-reader sur la chaise, saisit mon menton de sa main et m'embrasse.

Mon dos étant toujours appuyé contre lui, je ne peux rien faire d'autre que de m'accrocher à son avant-bras et de me cambrer contre lui, tandis qu'une chaleur torride parcourt mon corps avec une force que je n'avais jamais connue auparavant. Peut-être qu'il m'a embrassé pour m'empêcher de poser des questions. Peut-être juste parce qu'il est excité et que je l'ai cherché. Est-ce que je me soucie vraiment de la raison ?

Non, non, pas du tout.

J'ai ouvert la bouche pour l'embrasser en retour et sa langue a pénétré la mienne. Oh, mon Dieu. Mes genoux ont faibli et je suis presque sûre que s'il ne m'avait pas soutenue, je serais tombée à ses pieds en un tas pathétique. Ce garçon sait embrasser. Il a un goût de menthe, de sel et d'été.

Le mouvement me distrait et soudain Michel se presse contre mon front, ses mains sur mes hanches.

Ethan grogne, rompant le baiser.

" Elle a dit plan à trois ", lui rappelle Michel, un sourire jouant autour de ses lèvres. "Tu veux essayer un plan à trois, Amélie ?"

Une partie de moi veut dire non, parce qu'Ethan n'a vraiment pas l'air d'aimer partager - et bon sang ce que ça fait à mon ego - et j'ai un million de questions à lui poser... mais en même temps, je ne sais pas vraiment si je peux me fier à ce qu'il " semble ", vu la durée pendant laquelle il me taquinait et me tourmentait au lycée et comment il se comporte depuis le début de l'été. Et quand est-ce que j'aurai la chance d'avoir un plan à trois avec deux hommes sur lesquels j'ai fantasmé depuis le lycée ?

"Oui."

J'ai l'impression que c'est tout ce que je peux dire. Je suis l'Ado Annie des temps modernes... Je ne peux pas dire non.

Mais qui le voudrait ?

Un autre petit grognement et ma tête bascule en arrière et la bouche d'Ethan s'abaisse à nouveau vers la mienne. Possessif. Puissant. Je gémis contre ses lèvres, une main sur son avant-bras, l'autre sur la poitrine musclée de Michel alors qu'il s'avance, ses mains glissant sur mes côtés, sur les bras d'Ethan et sur mes seins.

La fine couverture en coton que je porte par-dessus mon bikini pourrait aussi bien être des toiles d'araignée pour toute la protection qu'elle offre contre la chaleur brûlante de ses mains. Ethan me serre encore plus fort, sa main s'étalant de façon presque possessive sur mon ventre en descendant, mes doigts étant toujours enroulés autour de son poignet.

Putain de merde, putain de merde, putain de merde...

Je pourrais sérieusement mourir heureux en ce moment.

Des bretelles glissent le long de mes épaules, puis le devant de ma couverture et mon bikini sont tirés vers le bas, découvrant mes seins. Quelque chose a dû alerter Ethan parce qu'il retire soudainement sa bouche de la mienne et commence à embrasser le côté de mon cou pendant que je penche ma tête en arrière contre son épaule ; je suis presque sûre que le changement de position est pour qu'il puisse regarder Michel presser et caresser mes seins. Mes mamelons sont si durs et gonflés que j'ai peur qu'ils n'éclatent lorsque ses doigts se resserrent autour d'eux.

Il observe chaque mouvement de mon corps, chaque expression de mon visage lorsqu'il commence à pincer et à tordre mes tétons. Ça devrait faire mal, c'est presque le cas, mais le besoin absolu, palpitant, qui palpite en moi a écrasé toute autre sensation.

Un autre petit grognement et ma tête est renversée en arrière et la bouche d'Ethan s'abaisse à nouveau vers la mienne. Possessive. Puissante. Je gémis contre ses lèvres, une main sur son avant-bras, l'autre sur la poitrine musclée de Michel alors qu'il s'avance, ses mains glissant sur mes côtés, sur les bras d'Ethan et sur mes seins.

La fine couverture en coton que je porte par-dessus mon bikini pourrait aussi bien être des toiles d'araignée pour toute la protection qu'elle offre contre la chaleur brûlante de ses mains. Ethan me serre encore plus fort, sa main s'étalant de façon presque possessive sur mon ventre en descendant, mes doigts étant toujours enroulés autour de son poignet.

Putain de merde, putain de merde, putain de merde...

Je pourrais sérieusement mourir heureux en ce moment.

Des bretelles glissent le long de mes épaules, puis le devant de ma couverture et mon bikini sont tirés vers le bas, découvrant mes seins. Quelque chose a dû alerter Ethan parce qu'il retire soudainement sa bouche de la mienne et commence à embrasser le côté de mon cou pendant que je penche ma tête en arrière contre son épaule ; je suis presque sûre que le changement de position est pour qu'il puisse regarder Michel presser et caresser mes seins. Mes mamelons sont si durs et gonflés que j'ai peur qu'ils n'éclatent lorsque ses doigts se resserrent autour d'eux.

Il observe chaque mouvement de mon corps, chaque expression de mon visage lorsqu'il commence à pincer et à tordre mes tétons. Ça devrait faire mal, ça l'a presque fait, mais le besoin absolu, palpitant, qui palpite en moi a écrasé toute autre sensation. La main d'Ethan sur mon ventre commence à glisser sur mon monticule et ses doigts remontent l'ourlet de mon maillot de bain, le tordant dans sa paume jusqu'à ce qu'il puisse toucher le tissu soyeux du bas de mon maillot.

Je gémis, je tourne sur moi-même, complètement perdue dans la sensation entre eux.

Michel se baisse, prend l'ourlet froncé de mon maillot de bain à Ethan et le passe par-dessus ma tête. Je suis dépourvue d'eux pendant un instant avant qu'ils ne se pressent à nouveau contre moi, sauf que cette fois, j'embrasse Michel et Ethan passe sa queue entre les fesses de mon cul en tirant sur les ficelles de mon bikini.

Le baiser avec Michel est différent. Il embrasse sacrément bien, mais il ne me dévore pas comme Ethan le faisait. Il est plus pratiqué, plus en contrôle, et moins passionné. Non pas que je m'en souciais vraiment à ce stade, c'était juste quelque chose que je remarquais derrière ma tête pendant que mon corps régnait en maître.

Vous savez, les gens disent que tout le sang afflue vers la bite d'un gars et qu'il ne peut utiliser qu'une seule tête à la fois ? C'est ce que je ressentais. Mon cerveau était toujours en train de cataloguer les événements, de suivre ce qui se passait et de classer des éléments pour y réfléchir plus tard, mais il ne fonctionnait pas vraiment, si vous voyez ce que je veux dire. Je me sentais comme un animal sauvage, tout en réaction et instinct plutôt que logique et contrôle. Ma chatte faisait ma réflexion à ma place et c'était fantastique.

Les dents s'enfoncent dans mon épaule et je gémis dans la bouche de Michel, quelqu'un me tripote et je ne sais pas si c'est l'un ou les deux, je sais juste que c'est fantastique quand ils pressent mes seins. Le pétrissage de ma chair apaise un peu la douleur intérieure, mais il ne fait qu'accentuer le besoin lancinant entre mes jambes.

Des doigts glissent sur le devant de mon bas-ventre et je peux dire que la main vient de derrière moi, ce qui signifie que c'est Ethan qui enfonce sa main dans le bas de mon maillot de bain. Ethan qui touche les plis chauds et humides de ma chatte.

Il gémit alors que sa main s'avance et que ses doigts glissent dans la chaleur humide. "Putain, elle est trempée."

En se retirant, Michel serre à nouveau mes seins, pinçant mes tétons entre ses doigts et tirant dessus. Ça fait tellement mal, se mêlant au plaisir enivrant de la façon dont les doigts d'Ethan se frottent contre mon clitoris gonflé. "Est-ce aussi bon que tes fantasmes Amélie ?"

"Mieux." Ma voix est brouillée par le plaisir et je ne peux m'empêcher de gémir à nouveau quand Michel serre mes tétons encore plus fort. Je me cambre, je pousse mes seins vers lui pour soulager la pression et je pousse les globes de mon cul vers Ethan. Il gémit et appuie en arrière, sa bite frottant de haut en bas la fente de mon cul.

"Et ensuite ?" Ethan demande, me faisant tourner pour que je lui fasse face. Ses mains sont sur mes hanches, son visage est sérieux, même si ses yeux se posent sur mes seins aux tétons saillants rouge cerise. "Que veux-tu qu'on fasse, Amélie ?"

Je frissonne et laisse mes genoux fléchir, glissant entre ses mains jusqu'au sol. "Je veux te sucer."

Ethan gémit à mes mots, une réaction immédiate et instinctive qui me fait caracoler. Putain, c'est chaud que le simple fait que je dise ça puisse le faire réagir. Bien que je suppose que j'ai déjà obtenu l'augmentation, mais quand même. Pas besoin de lui dire deux fois non plus, il se déshabille de son maillot de bain si vite que ça doit être un record du monde.

Sa bite est magnifique. Je sais qu'on n'est pas censé dire ça de la bite d'un mec, mais c'est vrai. Tout comme Ethan est beau. Elle est longue et épaisse, dépassant d'une touffe de poils soigneusement taillés - et puis-je dire à quel point c'est excitant quand un gars prend soin de sa toilette en bas ? Son ventre sexy avec tous ses muscles se rétrécit jusqu'au V masculin sexy de ses os de la hanche et jusqu'à la bite rougeâtre qui pointe droit sur moi ; l'ensemble de cette image me met l'eau à la bouche.

J'ai tendu la main vers lui, enroulant mes doigts autour de cette longueur dure et chaude et il gémit, me laissant le tirer vers l'avant. La peau douce et soyeuse bouge sous ma paume autour de l'intérieur de la tige d'acier et une goutte de liquide s'accumule à l'extrémité. Je tire la langue pour goûter... salé et sucré, accompagné d'un gémissement qui me serre l'intérieur. Donner la tête est censé être un geste de soumission pour une femme, mais j'ai l'impression d'être la plus puissante, même si je suis à genoux devant lui.

Il m'attend, il attend ma bouche, il attend ma langue et mon toucher. Et je peux explorer et taquiner jusqu'à ce que mon cœur soit satisfait. Je lève les yeux vers lui, je croise son regard alors que j'explore la tête sensible de sa bite. L'intensité de son regard lorsqu'il me fixe, ses mains se posant doucement sur ma tête, est tout ce dont j'ai toujours rêvé.

Du coin de l'œil, je peux voir Michel bouger pour avoir une meilleure vue. Il n'est qu'à quelques mètres de nous, regardant avec une expression d'enchantement sur son visage et sa main autour de sa bite. Tout le monde est complètement nu, sauf moi, mais ça ne me dérange pas, parce que je suis sûr que si je n'avais pas le bas de mon maillot de bain, j'aurais des fuites le long de mes cuisses tellement je suis excité. Savoir que Michel nous regarde, qu'il se masturbe à la vue de moi sur le point de donner la tête à Ethan, c'est tellement chaud que ça me rend encore plus impatiente, encore plus avide de la bite d'Ethan dans ma bouche.

En pressant mes lèvres sur le bout, je l'aspire lentement, en souriant à moi-même quand j'entends les deux hommes gémir. Les mains d'Ethan passent sur mes cheveux, m'encouragent sans me pousser, ses yeux sont totalement fascinés par ce que je fais. Je pourrais me perdre dans ces yeux, mais alors je ne ferais pas un très bon travail pour lui donner du plaisir, alors je romps à contrecœur le contact visuel et commence à me concentrer pour lui faire la meilleure pipe de sa vie.

Je sens sa queue se contracter à mesure que j'en prends de plus en plus dans ma bouche, ma main restant agrippée à la base de sa queue jusqu'à ce qu'elle commence à me gêner. Je fais rouler ses couilles avec mon autre main, déplaçant ma tête de haut en bas à un rythme atrocement lent jusqu'à ce que je sente ses hanches se déhancher automatiquement. Puis j'augmente la succion, fermant les yeux tandis que je fredonne de plaisir à la sensation de le voir glisser d'avant en arrière entre mes lèvres.

"FUCK." Je lève les yeux pour voir qu'Ethan a rejeté sa tête en arrière, les muscles de son estomac et de sa poitrine se tendent et il tremble réellement. Je tire sur ses couilles et un frisson le parcourt.

"Mon Dieu, c'est chaud", murmure Michel sur le côté. Il joue toujours avec lui-même, sa main caressant le même rythme que ma tête sur la bite d'Ethan et je réalise qu'il fantasme en pensant que c'est sa bite dans ma bouche. Ça m'excite encore plus.

Je relâche la prise que j'ai autour de la base de la bite d'Ethan et je me penche pour attraper ses joues, qui sont incroyablement fermes. Sérieusement, plus fermes et plus musclées que n'importe quelles joues de cul ont le droit de l'être, bien que le fait qu'il les serre et les relâche encore et encore n'aide pas. J'utilise la nouvelle position pour m'aider à prendre sa bite plus profondément, en relâchant les muscles de ma gorge et en allongeant mon cou jusqu'à ce que mes lèvres ne soient plus qu'à un centimètre de son corps.

"Oh.... FUCK... Amélie.... Je vais jouir...."

Je pense qu'il a dit ça pour me prévenir, mais ça me rend encore plus déterminée à le prendre tout entier. Je commence à me retirer, ce à quoi il s'attendait, mais je glisse à nouveau vers le bas dès que je respire un peu d'air. Je regarde ses yeux en même temps que je le fais, et je vois qu'ils roulent presque à l'arrière de sa tête.

Malgré cela, je ne peux toujours pas prendre toute sa longueur dans ma bouche, mais la tête de sa bite se loge dans ma gorge. Je peux sentir le passage étroit protester, mes poumons brûlent, mais rien de tout cela n'a d'importance lorsque la bite d'Ethan commence à pulser contre ma langue. Je m'acharne sur cette veine palpitante, le triomphe monte alors que le liquide gicle dans ma gorge et que j'avale convulsivement. Son corps entier tremble, ses doigts se resserrent dans mes cheveux, sur ma tête, et il se vide dans mon ventre.

Mon Dieu... Je viens de sucer la bite d'Ethan. Un fantasme que je n'aurais jamais cru pouvoir réaliser et c'était plus chaud que je ne l'avais jamais imaginé.

En parlant de fantasmes...

"A mon tour", a dit Michel, en se levant et en marchant vers nous.

J'avais l'eau à la bouche à l'idée de les avaler tous les deux, l'un après l'autre.

"Attends", a dit Ethan, la voix encore enrouée par les gémissements de son orgasme.

Nous l'avons tous deux regardé et j'ai senti mon estomac se tordre un peu. Il n'allait pas se retirer maintenant, n'est-ce pas ? Prendre ce qu'il voulait, prendre son pied, puis partir ? Ce serait la chose la plus méchante qu'il m'ait jamais faite, mais je ne pensais pas que c'était au-dessus de ses forces.

À mon grand étonnement, il s'est mis à genoux devant moi, de sorte que nous étions à nouveau presque au niveau des yeux. La lueur dans ses yeux sombres était toujours là, buvant la vue de mes cheveux ébouriffés, de mes seins qui se balançaient doucement et de mes lèvres gonflées de l'avoir sucé.

"Je veux que tu me montes le visage pendant que tu le suces", a-t-il dit, la dernière partie un peu sinistrement, comme s'il n'aimait pas l'idée que je donne la tête à Michel mais qu'il était déterminé à aller jusqu'au bout quand même. De faire partie de tout ça.

Ma chatte s'est contractée et j'ai hoché la tête, ne faisant pas confiance à ma voix.

Il a tendu la main et tiré sur les cordes attachées à mes hanches, maintenant le bas de mon maillot de bain en place sur mes fesses. À mon grand embarras, seule une grande partie de mon maillot est tombée. J'étais tellement mouillée que la partie centrale, au-dessus de ma chatte, est restée collée à moi.

Aucun des gars ne semblait gêné par ça.

"Putain, elle est trempée", a gémi Ethan en retirant le morceau de tissu trempé des lèvres de ma chatte et en le lançant à Michel. Le bâtard pervers l'a attrapé d'une main et l'a reniflé, son autre main travaillant toujours sa bite en nous regardant.

"Elle sent délicieusement bon. Vas-y Ethan, découvre le goût de cette douce chatte."

Il n'a fallu qu'un instant à Ethan pour me situer comme il le voulait. Toujours à genoux, j'avais maintenant une haleine chaude qui flottait sur mes lèvres sensibles, une main serrée autour de chaque cuisse, et les yeux sombres d'Ethan me fixaient. J'ai réalisé qu'il aurait une vue incroyable sur mes seins qui se balançaient, ainsi qu'une petite vue sur la bite de Michel qui s'étirait dans ma bouche.

Un long coup de langue au centre de ma fente m'a fait gémir, et presque aussitôt que ma bouche était ouverte, Michel était en face de moi, y introduisant sa bite. Les gémissements ont été immédiatement étouffés par une longueur de viande chaude et dure. Ma mâchoire me faisait déjà mal d'avoir sucé Ethan, ma bouche était saturée du goût de son sperme, mais j'ai découvert que j'en voulais plus. Surtout quand l'homme en dessous de moi a commencé à taquiner et à lécher les lèvres de ma chatte. J'étais tellement excitée que tout ce à quoi je pouvais penser était d'avoir le plus de bite possible en moi, et si le seul endroit où elle allait maintenant était ma bouche, alors qu'il en soit ainsi.

J'avais déjà fait un 69, mais là c'était complètement différent. D'abord, Ethan n'était pas distrait par le fait que je suce sa bite, donc toute son attention était consacrée à me dévorer comme un pro. Et Michel exigeait toute mon attention sur sa bite, ses hanches bougeant tandis qu'il baisait ma bouche et ma gorge, ses mains restant stables sur ma tête. Il n'acceptait pas de me sucer à moitié et chaque fois que je commençais à être distraite, sa prise se resserrait et sa bite s'enfonçait un peu plus, ce qui m'obligeait à me concentrer à nouveau sur la succion.

C'était incroyablement chaud et frustrant à la fois, parce que tout ce que je voulais, c'était me concentrer sur le fantastique léchage de chatte que je recevais, mais je ne pouvais pas... et je savais que je ne taillais pas une aussi bonne pipe à Michel qu'à Ethan, mais je ne pouvais pas arranger ça non plus ! J'étais à la merci des deux, mon corps chevauchant le visage d'Ethan tandis que je m'accrochais aux hanches de Michel, m'accrochant à sa vie tandis qu'il faisait aller et venir sa bite entre mes lèvres pendant que mon corps se frayait un chemin vers un orgasme tardif et nécessaire.

Ethan a aspiré mon clito dans sa bouche, le travaillant avec sa langue, et mes ongles se sont enfoncés dans le corps de Michel tandis que je criais autour de sa bite. L'orgasme m'a frappé avec toute la subtilité d'un train de marchandises, faisant trembler mes jambes autour de la tête d'Ethan qui suçait fort, me forçant à supporter le plaisir. J'étais vaguement consciente que la bite de Michel pulsait dans ma bouche, étouffant mes cris, et ma gorge travaillait alors que j'avalais ma deuxième charge de sperme de la journée. J'avais les larmes aux yeux car le manque d'air semblait rendre mon orgasme encore plus intense, mon corps vibrant et palpitant.

Seules les mains de Michel me tenant debout m'ont empêché de m'effondrer complètement sur Ethan.

"Alors, elle a quel goût ?" Michel a demandé en m'aidant à me détacher de son ami.

Je n'aurais jamais pensé que le gentil et génial Michel serait l'homme le plus sale, le plus rude et le plus grossier dans la chambre. C'était en fait assez chaud, mais je dois admettre que j'étais beaucoup plus intriguée par la transformation d'Ethan, de connard à amant attentionné. Ils étaient tous les deux des mâles alpha, ce qui m'excitait comme rien d'autre, mais j'avais presque un peu peur de Michel. Si Ethan n'avait pas été là, je ne suis pas sûre que je me serais sentie tout à fait à l'aise de batifoler avec Michel, maintenant que je savais comment il était. Ethan m'a fait me sentir vulnérable mais protégée, alors que Michel m'a juste fait me sentir un peu vulnérable.

De plus, même si Ethan a toujours été plus méchant avec moi, j'avais l'impression que Michel serait plus susceptible de blesser une fille après avoir été en contact avec elle. Je doutais qu'il change sa façon de flirter et d'être gentil avec moi, mais il serait un mauvais pari pour un petit ami aussi. Il voulait juste du sexe... peut-être que je me trompais, mais Ethan semblait vouloir quelque chose de plus.

Ethan a tendu la main et m'a arrachée des mains de Michel, m'éloignant alors que je regardais fixement le gars que j'avais toujours pensé être le gentil.

"Délicieux." La réponse a été courte et presque sèche, comme si Ethan ne voulait pas perdre plus de temps avec son ami qu'il ne le devait. En me faisant tourner, les yeux sombres d'Ethan se sont enfoncés dans les miens. "Comment te sens-tu, Amélie ?"

"Bien." Je lui ai souri, me sentant plutôt confuse, comme si j'avais été transportée dans un monde surréaliste où Ethan avait vraiment le béguin pour moi et se souciait de moi. J'avais tellement la tête ailleurs que c'était facile à accepter. Je me suis appuyée contre lui, ma tête toujours inclinée en arrière. Mes lèvres étaient gonflées et ma gorge était un peu douloureuse, mais je me sentais vraiment délicieusement bien. C'était tellement mieux, tellement plus chaud que tous les fantasmes dont j'avais rêvé, même si ça ne ressemblait en rien à ce que j'avais prévu. D'une certaine manière, je ne croyais toujours pas que je ne rêvais pas. Pour autant que je sache, je m'étais endormi pendant que je lisais et mon imagination trop fertile avait donné naissance à de véritables vœux pieux. "Merveilleux. Je veux plus."

Les doigts ont caressé mon dos. "Tu es sûre ? Tu n'es pas obligé."

Je me suis mis à rire. Je n'ai pas pu m'en empêcher.

"Ça fait des mois que je lis des histoires de plan à trois, tu crois que je vais laisser passer l'occasion alors que je suis déjà en plein milieu d'un fantasme ?". J'ai demandé, un peu incrédule. "Je pourrais ne plus jamais avoir les couilles de me retrouver dans cette situation."

Ethan a pris une profonde inspiration et a regardé le plafond. "Ok..." Il a baissé les yeux vers moi. "Ok. Que veux-tu qu'on fasse d'autre ?"

Peu importe à quel point j'étais ivre d'endorphines et de plaisir, cela n'a pas empêché le rougissement chaud qui a inondé mes joues immédiatement. J'ai détourné mon regard du sien, incapable de le regarder dans les yeux. Surtout quand j'ai entendu Michel glousser et se rapprocher derrière nous.

"Je pense qu'Amélie est encore plus perverse qu'aucun de nous ne l'avait imaginé", a dit Michel derrière moi. Je savais qu'il se rapprochait car les bras d'Ethan se sont tendus et il m'a attiré dans son corps jusqu'à ce que je sois pressé contre lui. C'était agréable. En fermant les yeux, j'ai frotté ma joue contre le tapis de poils foncés sur sa poitrine, me sentant un peu comme un chaton heureux. Le bout de mes doigts - qui n'étaient évidemment pas ceux d'Ethan - a descendu le long de mon dos jusqu'à la courbe de mes fesses. "As-tu déjà eu des relations sexuelles anales, douce Amélie ?"

"Non."

J'ai frissonné alors que Michel caressait mes fesses ; maintenant les mains d'Ethan dérivaient là aussi. Un petit gémissement s'est échappé de mes lèvres quand Ethan a écarté mes joues, permettant au doigt de Michel de glisser le long du pli de mon cul jusqu'au petit pli virginal qui s'y trouve.

Ce n'était pas que le sexe anal m'attirait particulièrement, pas en soi, mais je n'arrivais pas à me sortir de la tête toutes les scènes de ces livres que j'avais lus. L'idée d'avoir deux bites fourrées en moi simultanément, d'être complètement rempli de viande d'homme chaude, me faisait tout simplement craquer. Les quelques fois où j'ai regardé du porno, plutôt que de lire mes romans cochons, j'ai fini par chercher des vidéos de double pénétration. J'avais trouvé les tiges de pompage jumelles absolument fascinantes et c'était quelque chose que je voulais désespérément expérimenter aujourd'hui, au cas où je ne me retrouverais plus jamais dans ce genre de position.

Après aujourd'hui, ces types ne me parleraient peut-être pas, ils ne me respecteraient peut-être pas - parce que certains types sont des connards qui ont deux poids deux mesures comme ça - mais j'aurais au moins eu ce que je voulais. De plus, si j'étais trop gênée pour retourner à ma piscine, au moins ce coût serait compensé par la réalisation de mon fantasme COMPLET.

J'ai donc laissé Ethan me tenir pendant que le doigt de Michel glissait vers les plis humides de ma chatte, puis la longueur lubrifiée revenait vers le petit bourgeon de mon anus et commençait à pousser dedans. J'avais déjà un peu joué avec mon trou du cul, généralement avec un petit gode ou un vibromasseur, pendant que je me masturbais et que je faisais semblant d'être au milieu d'un sandwich chaud aux hommes, alors son doigt a glissé assez facilement.

C'était quand même bizarre, parce que contrairement à l'un de mes garçons, il se pliait et poussait en moi et c'était complètement hors de mon contrôle. Je me suis accrochée à Ethan, gémissant alors que ses longs doigts massaient mes fesses. D'après la façon dont il me tenait, la façon dont le haut de son corps était penché vers l'avant, je pouvais dire qu'il regardait la longueur de mon derrière et observait la poussée de la main de Michel pendant qu'il doigtait mon trou du cul vierge.

J'aurais aimé voir à quoi il ressemblait, mais je pouvais l'imaginer dans ma tête et mes entrailles se sont resserrées.

"Geezus", a marmonné Michel, en poussant son doigt plus fort et j'ai gémi. "Mon Dieu Amélie, tu es si chaude..."

"Comment tu te sens, Amélie ? Est-ce que c'est bon ?" Ethan a chuchoté dans mon oreille. Je pouvais sentir sa bite s'épaissir lentement contre moi, devenant plus dure et plus longue.

"Yeessssss", j'ai sifflé alors que Michel faisait tourner son doigt d'avant en arrière.

C'était tellement différent d'un jouet et tellement mieux aussi. D'autant plus que les mains d'Ethan maintenaient mes joues écartées pour faciliter la tâche de Michel ; les voir travailler ensemble pour me toucher était tout ce dont j'avais toujours rêvé quand il s'agissait d'être avec deux gars à la fois.

Les mains d'Ethan pétrissaient et pressaient, presque brutalement, et je frissonnais contre lui quand Michel déplaçait son doigt d'avant en arrière, relâchant l'anneau musculaire serré.

"Qui veux-tu où ?" a demandé Ethan.

J'ai secoué la tête. "Je m'en fous."

J'ai senti Ethan bouger, je savais qu'il regardait Michel... Ils étaient meilleurs amis depuis si longtemps qu'ils n'avaient même pas besoin de parler pour savoir ce que l'autre voulait. Ma chatte fuyait comme une passoire, mon souffle devenait plus court et plus rapide dans l'anticipation. Je n'arrivais pas à croire que c'était en train d'arriver.

Le doigt dans mon trou du cul s'est retiré et Ethan m'a tirée vers le canapé, m'attirant sur lui. Mon genou s'est posé sur un côté de lui, mon pied sur l'autre. J'étais prête à m'enfoncer dans sa belle queue, mais à ma grande surprise, ses mains m'ont retenue - et puis j'ai senti les coussins du canapé se déplacer et les mains de Michel sur mes hanches.

"Nous n'avons pas de lubrifiant, alors je vais utiliser le produit naturel", a dit Michel, et je pouvais entendre le sourire dans sa voix. Je n'avais pas vraiment d'objection, je voulais juste commencer avant de perdre mon sang-froid.

À ma grande surprise, Ethan a baissé la tête pour m'embrasser passionnément au moment où la queue de Michel commençait à pénétrer dans le tunnel humide de ma chatte. Il n'aurait aucun mal à recouvrir sa bite de ma lubrification naturelle, c'était sûr. J'ai gémi dans la bouche d'Ethan quand j'ai senti la longueur épaisse de la bite de Michel s'enfoncer profondément en moi, étirant mes murs. Putain de merde... Je n'avais aucune idée à quel point il pouvait être chaud d'embrasser un homme pendant qu'un autre s'enfonçait en moi. Quatre mains ont parcouru mon corps et je n'avais aucune idée de celles des autres à ce stade, mais je m'en fichais.

Les doigts ont arraché mes tétons alors que Michel commençait à se retirer puis à revenir dans ma chatte en manque d'affection, les mains ont massé mes hanches, et le baiser d'Ethan m'a pratiquement brûlée vive. J'ai gémi et pleurniché quand Michel a commencé à pomper et à sortir de moi plusieurs fois, rendant sa bite toute lisse et brillante avec mes jus, ma langue s'emmêlant avec celle d'Ethan pendant qu'ils passaient leurs mains sur tout mon corps.

Quand Michel s'est retiré, j'ai gémi. C'était vraiment bon et je ne voulais pas que ça s'arrête !

Puis j'ai senti qu'on poussait mes hanches vers le bas et Ethan s'est retiré du baiser ; nous nous sommes regardés tandis que je commençais à m'enfoncer dans sa queue. C'était incroyablement intime, de voir le regard d'extase sur son visage alors que ma chaleur humide l'entourait, de le sentir frémir de plaisir sous mes mains. Je me suis levée et je suis tombée sur lui, le prenant en moi encore et encore, appréciant l'étirement chaud du muscle et la sensation merveilleusement pleine... tout en sachant que Michel était derrière nous et me regardait chevaucher la bite d'Ethan.

Saisissant mes hanches, Ethan m'a fait basculer sur sa queue plusieurs fois, avant de me tirer en toute sécurité sur lui. Un bras s'est enroulé autour de ma taille, me maintenant fermement en place sur lui, penchée de façon à ce que mon trou du cul soit ouvert et vulnérable pour Michel, tandis que ses doigts ont commencé à me pincer le téton à nouveau.

J'ai gémi, frissonnant d'anticipation et d'appréhension lorsque Michel a écarté mes joues. Je pouvais sentir ses doigts recueillir un peu de jus autour de ma chatte et de la bite d'Ethan, et puis il en a poussé deux dans mon cul.

Ils étaient ÉNORMES.

"Oh.... fuuuuuuuuck..." J'ai frissonné et je me suis serrée sans défense, mes ongles s'enfonçant dans les biceps d'Ethan alors que Michel forçait ses doigts dans mon trou du cul spasmodique. C'était inconfortable... plein... brûlant... et tellement bon. Je haletais, mon corps essayant de s'adapter à cette nouvelle sensation.

Jouer tout seul avec quelques godes n'était pas un substitut aux sensations incroyables qui me traversaient. La bite dure d'Ethan se tordait à l'intérieur de moi, chaude et palpitante, et les doigts de Michel se tordaient et se sondaient d'une manière que je ne pourrais jamais reproduire tout seul. Étendue sur la poitrine d'Ethan, mes hanches bougeaient un peu en réponse à la manipulation de mon corps par les gars, mais Ethan me tenait trop fermement pour que je puisse vraiment le chevaucher.

Quand Michel a retiré ses doigts, j'ai senti tout mon corps se contracter et se crisper par peur instinctive, même si j'en avais très envie.

Immédiatement, les doigts d'Ethan ont quitté ma poitrine et il a commencé à caresser mon cou et mon dos de manière apaisante.

"C'est bon, ma chérie... Détends-toi. Nous allons te faire sentir bien ", a-t-il chantonné à mon oreille, sa voix profonde grondant dans sa poitrine et à travers mon corps.

J'ai essayé de forcer mes muscles à se détendre alors que le bout humide de la bite de Michel se frottait contre le bourgeon serré de mon anus, mais bien sûr, je ne pouvais pas empêcher les deuxièmes - et troisièmes et quatrièmes - pensées qui traversaient maintenant mon esprit. Est-ce que je pourrais supporter ça ?

Puis il a poussé à l'intérieur de moi et il était trop tard. L'anneau serré de mon anus a protesté à mesure que la pression augmentait et j'ai gémi sous l'effort.

"Je n'avais jamais ressenti une telle douleur dans la partie inférieure de mon corps. C'était à la fois fantastique et affreux, un mélange de plaisir et de douleur comme je n'en avais jamais connu auparavant.

"Putain, elle est serrée..."

Michel et moi avons tous les deux gémi quand la tête de sa bite est entrée dans le canal contraint de mon derrière, plantant fermement son extrémité en moi. Sous moi, les hanches d'Ethan se balançaient, envoyant une flambée de plaisir à travers mon clito bourdonnant pour compenser l'inconfort d'avoir mon trou du cul vierge percé.

Très lentement, au son de mes gémissements et de ceux d'Ethan alors que je me serrais autour de lui, Michel a commencé à faire aller et venir sa bite dans mon cul, s'enfonçant un peu plus à chaque fois. Des lumières blanches brillaient dans mes yeux, tandis que toutes les terminaisons nerveuses de mon corps vibraient et grésillaient d'une myriade de sensations. J'étais perdue dans une mer de douleur et de plaisir érotiques, ballottée entre les vagues, tandis que le bas de mon corps était rempli de bite.

Quand le corps de Michel s'est finalement posé contre mon derrière, j'ai presque sangloté de soulagement. Je ne m'étais jamais sentie aussi incroyablement pleine, aussi incroyablement tendue. C'était la tempête parfaite de sensations, un mélange de tout ce qui est merveilleux et terrible, une symphonie de tension et de félicité.

Puis ils ont commencé à bouger.

Je sanglotais, gémissant de manière incohérente, alors qu'ils se relayaient pour pénétrer dans mes trous. Leurs bites traînaient contre mes orifices serrés, déferlant en moi, se disputant la primauté des sensations et je n'étais plus qu'une épave tremblante, un vaisseau sensuel, là pour leur plaisir.

Les lèvres d'Ethan ont retrouvé les miennes, m'embrassant profondément, me tenant contre lui tandis que lui et Michel me balançaient entre eux, malmenant mon corps avec leurs bites. Les picotements allaient du bout de mes orteils à mes doigts, chaque centimètre de peau bourdonnant sous l'effet de la surcharge sensuelle.

Tout était incroyable, comme si mon monde entier s'était réduit à une expérience sexuelle explosive. L'orgasme ne m'a pas frappé, il n'a pas grandi, il était juste soudainement là... me remplissant de l'extase la plus intense, comme s'il avait soudainement fleuri en moi. Je me suis tordu et j'ai sangloté ; les bites qui s'enfonçaient me semblaient encore plus grosses alors que mon corps se contractait autour d'elles, le plaisir qui m'envahissait devenant si intense que je ne pouvais pas dire où un orgasme se terminait et où un autre commençait.

J'ai crié, j'ai griffé, et j'ai joui jusqu'à ce que je pense m'évanouir.

Les poussées étaient devenues de plus en plus erratiques, les deux hommes accélérant le rythme et pas tout à fait de manière égale, jusqu'à ce que je sente la poussée dure de Michel dans mon cul. Il a gémi, se tenant complètement immobile, et je pouvais sentir chaque pulsation de sa bite alors qu'il remplissait mon derrière de crème chaude. L'immobilité soudaine dans mon cul a fait exploser Ethan, ce qui m'a fait serrer fort autour d'eux deux, trayant Michel tandis qu'Ethan gémissait et se crispait sous moi.

J'ai sangloté dans la poitrine d'Ethan quand j'ai senti qu'il commençait à jouir en moi, ma chatte était chaude et picotait, comme si quelqu'un y faisait passer un courant électrique. Les pulsations de plaisir n'ont pas diminué jusqu'à ce que les deux hommes se soient vidés dans mon corps, et seulement alors j'ai pu me détendre entre eux.

Me détendre... Bon sang, je me suis effondrée. Pleurant à nouveau.

"Amélie... tu vas bien ?"

"Parle-nous, mon coeur..."

"On ne t'a pas fait de mal, n'est-ce pas ?"

Les voix inquiètes ont contribué à m'ancrer et j'ai frissonné, prenant une profonde inspiration frissonnante alors que je les sentais se déloger soigneusement de mon corps. "Je vais bien... je vais bien... c'était juste... plus que ce à quoi je m'attendais.... oh putain..."

Michel a gloussé alors que les bras d'Ethan se resserraient autour de moi, sa main caressant mes cheveux.

"Reste là, je vais chercher quelque chose pour te nettoyer ", dit Michel en me tapotant affectueusement les fesses. Si mes jambes n'étaient pas si faibles, j'aurais pu lui donner un coup de pied. J'ai roulé les yeux. Comme je l'avais pensé, Michel agissait comme si faire l'amour n'était pas un problème.

C'était vraiment la réaction d'Ethan qui m'inquiétait le plus. Il était devenu beaucoup plus imprévisible aujourd'hui.

J'ai entendu la porte du bureau se fermer et j'ai réalisé que le roulement du tonnerre s'était arrêté. Bien que nous ayons probablement encore du temps avant que les autres rats de la piscine ne se montrent.

Avec ma tête reposant sur la poitrine d'Ethan et ses doigts faisant de petits cercles apaisants sur mon dos, j'ai découvert que je ne voulais vraiment pas bouger. D'autant plus que la moitié inférieure de mon corps semblait être partie en vacances. Je ne voulais pas non plus le regarder, ça aurait pu gâcher le moment.

Même si Michel n'avait pas changé son comportement envers moi, j'espérais vraiment qu'Ethan le ferait. S'il était méchant avec moi maintenant ou s'il avait totalement perdu tout respect pour moi, alors je ferais avec, mais je ne pouvais pas m'empêcher de me rappeler ce petit commentaire que Michel avait fait sur les sentiments d'Ethan pour moi. Je ne savais pas si je devais le prendre au sérieux ou non, mais un petit grain d'espoir avait germé en moi.

"Alors... qu'est-ce que tu fais ce soir ?"

J'étais tellement fascinée par les vibrations de sa poitrine lorsqu'il parlait qu'il m'a fallu un moment pour comprendre ce qu'il avait vraiment dit.

"Um... je vais traîner à la piscine jusqu'à ce qu'elle ferme et ensuite rentrer à la maison... comme d'habitude". Au moins, j'ai prié pour que ce soit ce que je fasse. S'il était méchant avec moi maintenant, je pourrais m'enfuir. Après m'être habillée, bien sûr.

Je pouvais le sentir jouer avec les pointes de mes cheveux, les enrouler autour de ses doigts. Merde, si je devais m'enfuir, ça pourrait faire mal.

"J'espérais que tu irais dîner avec moi après le travail..."

"Vraiment ?" Je ne pouvais pas garder le choc dans ma voix et j'ai poussé sur mes mains pour pouvoir voir son visage. Je devais être capable de voir son expression et de juger de sa sincérité.

Le regard qu'il me lançait était résolument grognon. Beau, chaud comme l'enfer, mais définitivement grincheux.

"Eh bien oui... tu n'as pas entendu Michel dire que j'avais toujours eu le béguin pour toi ?". Il a posé la question férocement, mais il rougissait aussi. Je l'ai fixé, plus que fasciné.

Puis je me suis secouée, me rappelant que j'étais nue sur lui. Super, maintenant on rougit tous les deux.

J'ai laissé échapper un petit souffle d'air. "Oui, mais tu n'as rien dit."

"Eh bien, je le fais maintenant. Tu veux bien sortir dîner avec moi ?"

"Tu t'en fous que je vienne de coucher avec toi et ton meilleur ami ?"

Maintenant c'était au tour d'Ethan d'être un peu fâché. "Honnêtement ? Ce n'est pas mon scénario idéal et je ne suis pas sûr de vouloir le répéter... c'était comme combiner le paradis et l'enfer. Le paradis parce que je réalisais mon fantasme d'être avec toi, et l'enfer parce que ton fantasme impliquait plus que moi."

J'ai souri, me sentant un peu timide, ce qui était absurde vu les circonstances.

" Si ça peut aider, je pense que ma curiosité a été apaisée... c'était incroyable, mais pas quelque chose que je voudrais faire régulièrement. Ou même plus jamais."

L'expression de satisfaction sur le visage d'Ethan était presque mignonne. "Vraiment ?"

"Ouais, vraiment. C'était... un fantasme. Et maintenant je sais ce que ça fait... et je pense que je vais avoir très mal demain..." J'ai gloussé et Ethan a gloussé. "Et je n'ai jamais vraiment été ce genre de fille. Je voulais juste l'être, pour un jour. Pour aujourd'hui."

"Bien", a dit Ethan férocement, me tirant vers le bas pour un baiser. Il était exigeant, passionné, et tout ce que je pouvais vouloir qu'il soit. Je commençais à ressentir l'envie irrésistible de me pincer, sauf qu'il n'y avait aucune chance que je fantasme sur ma chatte et mon trou du cul aussi douloureux, donc je savais que je ne rêvais pas. Maintenant que nous n'étions plus en train de faire l'amour, j'ai pu apprécier ce que ça faisait de l'embrasser avec tout ce corps sexy sous le mien et à ma disposition. Je n'ai pas honte de vous dire que mes mains se baladaient comme des folles, touchant chaque partie de lui sur laquelle je n'étais pas allongée, jusqu'à la fin du baiser. "Alors tu vas dîner avec moi ce soir ?"

"Oui", j'ai dit, souriant brillamment.

"Dieu merci", la voix de Michel était si forte qu'elle résonnait pratiquement dans la pièce et nous avons tous les deux sursauté. "J'ai toujours su que vous seriez parfaits ensemble."

Ethan s'est renfrogné, s'est assis avec moi sur ses genoux et a incliné mon corps pour que Michel ne puisse pas en voir autant. Ce qui était à la fois stupide et mignon. "Alors pourquoi as-tu sauté sur l'angle du plan à trois ?"

"C'est Amélie..." Michel a regardé Ethan comme s'il était fou. "Bien sûr, j'ai sauté. Je ne suis pas un idiot. "

"Du moment que tu ne vas plus sauter", dit Ethan sévèrement.

"Je ne te ferais pas ça, mec. Tiens." Michel a lancé à Ethan le rouleau de papier de soie qu'il était allé chercher. "Tu peux avoir l'honneur, puisque je ne pense pas que tu veuilles que je m'approche assez près pour t'aider." Il a fait un clin d'oeil.

"Ça n'aurait pas d'importance s'il voulait encore me sauter dessus", ai-je dit, amusée et soulagée que les choses ne soient pas totalement gênantes. "Je suis presque sûre que j'ai mon mot à dire sur le sujet."

"Aww, Amélie, tu me brises le coeur..." Michel a mis sa main sur l'organe en question et a fait semblant de sortir de la pièce en titubant. J'ai gloussé et Ethan a gloussé à contrecœur.

"J'avais un gros béguin pour toi au lycée", ai-je dit.

Ethan a levé un sourcil noir vers moi. "Alors pourquoi tu ne m'as jamais donné l'heure ?"

"Pourquoi étais-tu toujours méchant avec moi ?"

"Parce que je t'aimais bien. Duh."

"Eh bien, toi aussi. Duh."

On s'est souri l'un l'autre. Des sourires stupides et bêtes. Et bon sang, n'avait-il pas l'air sexy même en faisant ça.

D'autres histoires de cul à dévorer :