Les histoires érotiques (et plus coquines encore)

Les récits, nouvelles et autres histoires de sexe à lire discrètement pour se faire plaisir

Confession érotique: Salope mature et fière de l'être

C'était l'un de ces jours de pluie où tout ce que tu as envie de faire, c'est de dormir. J'avais cependant d'autres choses à faire. C'était ma journée de bénévolat à la bibliothèque locale. Aujourd'hui, c'était la journée "Aidez un jeune à apprendre à lire". Pour une raison quelconque, les enfants âgés de douze à dix-huit ans qui ont de faibles compétences en lecture ont droit à deux jours par mois pour obtenir de l'aide pour lire. C'était à mon tour de me porter volontaire pour cette corvée.

C'était l'un de ces jours de pluie où tout ce que tu as envie de faire, c'est de dormir. J'avais cependant d'autres choses à faire. C'était ma journée de bénévolat à la bibliothèque locale. Aujourd'hui, c'était la journée "Aidez un jeune à apprendre à lire". Pour une raison quelconque, les enfants âgés de douze à dix-huit ans qui ont de faibles compétences en lecture ont droit à deux jours par mois pour obtenir de l'aide pour lire. C'était à mon tour de me porter volontaire pour cette corvée.

J'avais quatre garçons avec lesquels j'avais commencé six semaines auparavant et, à ma grande surprise, ils se débrouillaient très bien. Un garçon, un grand noir de dix-huit ans, avait progressé très rapidement. À la fin de la cinquième session, j'avais invité Norman à venir travailler pour moi en tondant mon jardin et en ratissant les feuilles. Depuis cet épisode, je cumule les plans culs, les discussions coquines, les sessions de cam sexy et d'autres orgies de sexe. En attendant, lisez ce qui suit, et vous allez vite voir que je suis une salope, mature, et j'adore avaler le foutre.

Il avait appelé pour dire que sa mère était malade et avait demandé s'il pouvait venir cette semaine à la place. Je lui ai dit qu'il y aurait deux fois plus de choses à faire mais il semblait prêt à essayer. Donc après la leçon d'aujourd'hui, il allait rentrer avec moi et commencer à travailler, puis revenir demain pour finir.

Norman était un jeune homme très poli et très beau. Des épaules larges et une taille étroite, il était mince mais musclé et semblait très fort. Il est venu m'ouvrir la porte de la voiture et j'ai été ravie de ses manières.

Une fois que nous sommes arrivés à la maison, il est allé directement dans la petite remise à l'arrière et a sorti les outils dont il avait besoin pour commencer à nettoyer le jardin. Vers midi, je l'ai appelé pour lui demander s'il voulait un sandwich et un verre de lait. Il est entré et je l'ai envoyé dans le couloir pour faire le ménage pendant que je mettais la table.

Un moment ou deux plus tard, j'ai entendu Norman crier. J'ai couru dans le couloir et j'ai frappé à la porte de la salle de bain.

"Aïe ; aïe... Bon sang, ça fait mal."

"Norman veux-tu que ça n'aille pas ? Est-ce que tu vas bien ? Pourquoi tu cries comme ça ?"

"Ma bite, ma bite est coincée dans ma fermeture éclair. Il y a du sang. Enfoiré, ça fait mal."

J'ai été surprise par son langage mais j'ai surtout ri de la raison pour laquelle il était si remonté.

J'ai été très sévère quand j'ai dit "Arrête de parler de manière dégoûtante et ferme ta fermeture éclair".

"Je ne peux pas remonter la fermeture éclair, il y a du sang. Je ne peux pas toucher le sang. Oh, mon Dieu, je crois que je vais faire une crise."

Puis il y a eu un choc sur la porte et j'ai entendu Norman glisser sur le sol.

J'ai tourné la poignée et j'ai poussé fort pour que la porte s'ouvre suffisamment pour que je puisse me faufiler.

Norman s'était évanoui et il était tout tordu, à moitié sur le dos, les genoux remontés. En m'agenouillant, j'ai pu voir qu'il y avait un petit filet de sang là où la fermeture éclair avait pincé la peau de son pénis.

J'ai tâtonné avec sa ceinture et j'ai réussi à ouvrir son short. J'ai attrapé la fermeture éclair et l'ai poussée vers le bas. Elle s'est libérée et son short s'est ouvert en grand. Son pénis était énormément long. Il était brun foncé et il n'y avait presque pas de peau derrière la tête massive. Il avait été coupé de près lorsqu'il a été circoncis. L'endroit où la fermeture éclair l'a pincé était très petit mais il y avait une petite goutte de sang. J'ai donc pris une feuille de papier sur le rouleau de papier toilette et j'ai tamponné la goutte de sang.

Je ne sais pas pourquoi j'ai pris son pénis dans ma main mais je l'ai fait. Cela faisait des années que je n'avais pas touché un homme et le simple fait de regarder sa queue m'a donné des frissons dans tout le corps. J'ai regardé son visage. Il était encore très évanoui. J'ai donc trait sa queue plusieurs fois comme je le faisais pour mon mari.

Cela faisait du bien de tenir un morceau de viande chaud et doux dans ma main. Je l'ai tenu en pensant à comment j'aimais traire la bite de mon mari et la sentir grandir dans ma main.

Quand il était prêt à jouir, je le prenais dans ma bouche et avalais son sperme épais et salé.

J'ai senti la queue de ce garçon se raidir dans ma main alors que je continuais lentement à la traire. J'ai regardé sa queue devenir plus longue et plus épaisse. La tête marron foncé avait une crête très épaisse autour de la base et la tête était longue avec une petite ouverture rose à l'extrémité.

Je ne me souviens vraiment pas et je le pense vraiment. Je ne me souviens pas m'être penchée pour prendre sa queue dans ma bouche. Mais j'ai dû le faire parce que lorsque j'ai cligné des yeux, j'avais presque toute sa bite dans ma bouche. Je faisais glisser ma bouche de haut en bas de la tige alors qu'elle devenait plus longue et plus forte.

J'ai aspiré autant de sa bite dans ma bouche que possible pour pouvoir sentir la grosse tête toucher le point de bâillon dans ma gorge. J'ai perdu toute notion du temps mais la prochaine chose que je sais, c'est que Norman me tenait par la tête et me faisait tourner en position assise. J'ai essayé de reculer mais Norman a maintenu ma tête sur sa queue alors qu'il commençait à bouger ses hanches d'avant en arrière en enfonçant sa queue dans ma bouche. J'ai renoncé à essayer de retirer ma tête d'un coup sec. C'est moi qui avais commencé et Norman allait finir dans ma bouche.

"Allez Mamma, je jouis. Suce ma putain de bite noire, vieille salope blanche. Suce-la, je vais te baiser à fond."

Je n'avais pas envie de me retirer. Je voulais goûter son sperme. Je voulais que ce jeune homme jouisse dans ma bouche. Je me fichais de ce qu'il disait de moi, je savais que c'était mal. Mais je m'en fichais à ce stade.

Norman est venu et a rempli ma bouche trois fois, j'ai avalé chaque giclée et quand il a eu fini, j'ai léché sa queue.

Je me suis assise et je me suis appuyée contre les toilettes, ma tête s'est affaissée sur ma poitrine.

Norman était debout, son short toujours sur le sol. Il m'a attrapée par les épaules et m'a soulevée. Ma tête était juste au niveau de son cou.

Il a dit "Conduis-moi à ta chambre. Nous pourrions aussi bien finir cela. Je crois que j'ai envie de te baiser." Je n'ai rien dit et j'ai ouvert la voie dans le couloir vers ma chambre.

Norman m'a penchée au pied du lit et a fait descendre mon short autour de mes chevilles et a très vite écarté mes jambes. Il a enfoncé sa bite en moi avec un angle bizarre, mais c'était étrangement stimulant et j'étais excitée à ce premier contact. Sa bite était la première qui était en moi depuis plusieurs années. C'était si merveilleux que j'ai explosé rapidement et j'ai commencé à travailler avec lui pour que nous puissions avoir un autre orgasme ensemble.

Norman m'a soulevée pour que mes genoux soient sur le lit et lui sur le sol. De cette façon, il est entré plus profondément et a commencé à m'enfoncer dans sa bite massive. J'ai joui pour la deuxième fois et Norman a suivi peu après. J'ai eu l'impression qu'il avait autant de sperme la deuxième fois que la première.

Quand il a terminé, je me suis retournée et je me suis assise sur le lit.

En le tirant vers moi, j'ai de nouveau léché sa queue et j'ai extrait chaque goutte de sperme de son corps.

"Mme Bennett ; Mme Bennett."

Les mots sont sortis de ma tête comme s'ils étaient du papier de verre qui se frayait un chemin dans mon âme. J'ai ouvert les yeux pour voir Norman se pencher sur moi.

Il a dit : "Est-ce que tu vas bien ? Dois-je appeler un médecin ?"

En clignant des yeux, j'ai réalisé que j'étais sur le sol de la cuisine. Je n'étais pas dans la chambre et Norman était entièrement habillé. Il m'a aidé à m'asseoir et j'ai demandé. "Comment suis-je arrivée ici ?"

Norman a répondu : "Je pense que tu t'es évanouie ou que tu es tombée."

J'ai répondu "Oh, je vais bien. Aide-moi juste à me relever."

Norman m'a prise dans ses bras forts et m'a soulevée sur mes pieds. Je me suis assise sur une chaise et j'ai regardé la table. Elle était dressée avec la nourriture et les boissons. Je ne me souviens pas d'être tombée ni même de m'être sentie mal.

J'ai dit à Norman d'y aller et de manger pendant que j'allais m'allonger quelques minutes.

Je suis allée dans ma chambre et mon lit était fait aussi proprement qu'il l'avait été ce matin. J'ai pensé que je devais avoir rêvé pour une raison quelconque, je me suis évanouie mais pourquoi était-ce si intentionnel et tout à propos du sexe avec ce jeune homme.

J'ai dit à Norman de travailler jusqu'à ce qu'il sente qu'il était temps de rentrer et de revenir le matin pour finir. Il a dit qu'il le ferait et je suis retournée me coucher.

Me sentant confuse et dans un état d'incompréhension totale quant à la raison pour laquelle j'avais fait ce rêve très irrégulier, je me suis endormie en ayant toujours l'impression d'avoir fait l'amour.

Je me suis réveillée plus tard en début de soirée alors que le soleil se couchait. Le ciel n'était pas complètement noir mais l'éclairage public venait de s'allumer. Je me suis douchée et suis allée à la cuisine pour prendre une tasse de café.

Je me suis arrêtée en passant devant la salle de bain du hall.

En poussant la porte, j'ai regardé à l'intérieur sans savoir à quoi m'attendre. La serviette de toilette était mal placée sur le porte-serviettes. Je l'ai prise et j'allais la remplacer par une autre quand j'ai eu une vision floue de Norman l'utilisant pour s'essuyer le visage. Puis je l'ai revu nu et j'ai vu sa queue comme avant. Mes yeux étaient fixés sur sa bite et chaque détail était comme il l'avait été auparavant. Je voulais la toucher mais j'ai levé les yeux vers son visage et il me regardait en souriant. Puis tout est devenu vide. J'ai laissé tomber la serviette et j'ai fait un pas en arrière dans le hall. Je savais que quelque chose n'allait pas mais je n'arrivais pas à le comprendre.

Je me suis assise sur mon porche grillagé en sirotant du café chaud et cela a semblé m'aider. J'ai commencé à me souvenir de choses datant de plus de quarante ans. Des choses que j'avais laissées derrière moi quand je me suis mariée.

Je m'étais mariée à vingt ans, j'avais été mariée pendant vingt ans et j'étais veuve depuis six ans. Alors à quarante-six ans, je me sentais vieille au-delà de mes années. J'avais pris quelques kilos et mes hanches étaient un peu plus larges qu'il y a quelques années. Je suppose que je m'étais laissée aller et que j'ai pris la décision sur-le-champ de commencer à me remettre en forme. Il y avait un nouveau club qui venait d'ouvrir et qui proposait une offre spéciale pour les nouveaux membres.

J'ai pris note d'appeler dans la matinée.

En regardant dans la cour arrière, j'ai remarqué que Norman avait vraiment fait beaucoup de choses car il y avait un très gros tas de feuilles à l'angle du garage. J'ai appelé la ville pour voir s'ils ramassent les feuilles ou si je dois les mettre dans un sac. C'est alors que je me suis souvenue que M. Harrling, en bas de la rue, avait dit qu'il aimerait avoir toutes les feuilles que j'avais car il les compostait pour son jardin. Je l'appellerais aussi dans la matinée.

J'ai rempli ma tasse et j'ai remarqué l'heure. Il était encore tôt, alors j'ai appelé M. Harrling et lui ai dit qu'il y avait un gros tas de feuilles à l'arrière de mon jardin. Il m'a remerciée et a dit qu'il descendait tout de suite pour les ramasser.

J'ai dit que demain était parfait car le jeune homme qui s'occupe de mon jardin en aurait plus demain.

Il a dit que c'était bien qu'il vienne quand même car il n'avait rien à faire et la soirée était encore jeune. Nous avons raccroché et j'ai trouvé qu'il avait l'air absolument heureux de quelques feuilles. Mon café rempli à nouveau, j'entends un tracteur à gazon qui cliquette dans l'allée. M. Harrling s'est garé dans l'allée et m'a fait signe en se dirigeant vers le porche. Alors qu'il s'approchait, j'ai remarqué qu'il boitait. Puis je me suis souvenu qu'il était retraité de l'armée.

Il était petit et épais, se tenait droit et semblait être en excellente santé. Je n'avais aucune idée de son âge, mais il avait des cheveux gris aux tempes. C'était un bel homme auquel je n'avais jamais pensé de cette façon auparavant. Mais je me suis demandé comment je pensais à cet homme. Je savais qu'il était veuf et c'était peut-être ma chute. Je commençais à avoir le sentiment que j'avais à nouveau besoin d'un compagnon. Après six ans, je ressentais l'envie d'être à nouveau pleinement remplie en tant que femme.

"Bonsoir Mme Bennett". Il a dit en montant les marches. Il s'est arrêté et a attendu qu'on lui demande d'entrer.

J'ai dit "Bonsoir Monsieur Harrling. Voulez-vous une tasse de café ? Fraîchement préparé."

Il a ouvert l'écran vers le bas et a dit "Ça ne me dérange pas si je le fais. Merci. J'apprécie une bonne tasse de café mais je ne prépare pas souvent un pot juste pour moi."

J'avais oublié que je ne portais qu'une robe de chambre en coton et elle s'est détachée jusqu'à mes cuisses lorsque je me suis levée.

En le rassemblant autour de moi, je lui ai dit de s'asseoir et que je lui apporterais une tasse. Il s'est assis sur la balançoire en face de mon fauteuil en osier avec une petite table entre nous.

"Belle soirée d'automne". Il a dit lorsque je lui ai tendu la tasse.

"Oui ; je pense qu'il n'y en aura que quelques unes de plus avant les premières gelées." J'ai fait une pause puis j'ai dit : "Auras-tu un jardin au printemps prochain ?"

Il a répondu : "J'ai une maison chaude maintenant, alors j'aurai un peu de jardin tout l'hiver."

Je n'étais pas descendue dans l'allée depuis un moment et je lui ai dit que je n'avais pas remarqué sa serre. Il m'a invité à venir la voir et j'ai dit que j'aimerais bien la voir. Je n'avais jamais fait de jardinage, mais j'étais là à dire à cet homme que j'aimerais voir sa serre. Est-ce que je flirtais avec lui ? Est-ce qu'il flirtait avec moi ?

"Voulez-vous une autre tasse, Monsieur Harrling ?". J'ai demandé en me levant à nouveau. Ma robe est une fois de plus tombée ouverte sur mes cuisses. Je ne l'ai pas tirée pour la refermer cette fois. J'étais un tel dragueur.

"Oui, encore une et je ramasserai ces feuilles avant qu'il ne fasse trop sombre pour voir." Il a dit.

J'ai dit : "Il y a une lumière au coin du garage que je peux allumer pour que tu puisses voir."

Il ne m'a pas répondu tout de suite. Je l'ai regardé et il regardait mes jambes. Je n'avais jamais fait beaucoup de travail physique mais pourtant je savais que mes jambes étaient bien formées. Je l'ai laissé regarder.

J'ai aimé et cela m'a fait du bien de penser que quelqu'un s'intéressait à moi ou du moins à mes jambes.

Lorsque je suis revenue avec son café, il a dit "Mme Bennett. Je peux t'appeler Susan ? J'aimerais que tu m'appelles Bill. Nous sommes voisins depuis plus de deux ans maintenant et j'ai souvent pensé à venir te saluer. J'aimerais apprendre à connaître mes voisins. Je suis désolé que nous n'ayons pas pris le temps avant, je te trouve tout à fait charmant."

Je m'étais penchée pour lui tendre le café et ma robe était entrouverte au niveau du cou. Même dans cette lumière tamisée, je savais qu'il pouvait voir mes seins, ou certains d'entre eux en tout cas. En me redressant, j'ai senti ma robe s'écarter encore plus. J'ai baissé les yeux vers Bill et j'ai dit "Merci. Je suis heureuse que tu sois passé, j'apprécie la compagnie d'un gentleman. Cela fait six ans que mon mari est mort et je te trouve intéressant à discuter."

Bill souriait et ses yeux étaient fixés sur un point quelque part sous ma taille. J'ai dit : "Bill, je peux t'offrir quelque chose pour accompagner ton café. J'ai un petit pain sucré."

Il a ri et a dit "Susan tu ferais mieux de faire attention à ce que tu m'offres. Cela fait neuf ans que je suis veuf moi-même."

Il a souri et a dit "Je pense que nous devrions peut-être apprendre à mieux nous connaître Susan".

J'ai fait un pas de plus et j'ai dit "Je pense que c'est une bonne idée. Pourquoi ne viens-tu pas dîner avec moi ? J'ai préparé plein de choses. Tu aimes la sauce au fromage sur les légumes et le ragoût de bœuf sur le côté ?"

"Je pense que j'aimerais toutes les sauces que tu as préparées. J'adore la nourriture faite maison. J'ai un morceau de viande qui a besoin d'être consommé. Peut-être aimerais-tu l'avoir."

Nos yeux étaient fixés l'un sur l'autre et j'ai eu l'impression que nous ne parlions plus de nourriture, à moins qu'il ne pense à me faire manger un bon morceau de sa viande.

"C'est quel genre de viande ?" J'ai demandé

Bill a répondu : "C'est un gros morceau de saucisse que j'ai depuis un moment et qui a vraiment besoin d'être consommé".

J'ai souri et demandé "Comment veux-tu que je m'en occupe Bill. J'ai plusieurs façons différentes de la réparer."

"Susan je pense que c'est peut-être gelé dur. Tu devras d'abord le dégeler. "J'ai dit : "Bill ; on parle toujours de nourriture ?"

"Eh bien j'aimerais bien te voir mâcher ce morceau de viande". Il a dit en plaçant sa main sur son entrejambe.

Je l'ai regardé et il m'a regardé. J'ai cligné des yeux et j'ai levé un pied pour le poser sur le siège de ma chaise. Ma robe s'est ouverte si largement que j'ai senti la brise fraîche du soir rafraîchir ma chatte humide. J'ai dit : "Bill, vois-tu quelque chose que tu aimerais pour le dîner ?".

Bill a souri et a dit "Je pense que nous pouvons chacun avoir quelque chose à déguster pour le dîner. J'adore lécher ta sauce sucrée et j'aimerais que tu goûtes ma sauce aigre-douce épaisse et chaude."

"J'adorerais sucer le jus de ta saucisse. " ai-je dit. "Shell nous allons entrer et voir ce que nous avons pour le dîner ?"

"Appuie sur le chemin de la ligne de chow Susan et mettons ce spectacle en route." Bill m'a poussée doucement dans le creux de mon dos alors que nous franchissions la porte de la cuisine.

J'ai marché jusqu'à mon lit, je me suis retournée et dans un mouvement lent, j'ai levé mes bras en tremblant et la robe est tombée autour de mes pieds.

"Maintenant, c'est le plus beau corps que j'ai vu depuis longtemps. Susan voudrait-elle se tourner et me laisser contempler tous tes beaux charmes ?"

Je me suis tournée lentement et lorsque j'étais dos à lui, il m'a demandé de m'arrêter et de le laisser regarder mon derrière. Je suppose que Bill était un homme à fesses. Quand je me suis retournée, il était nu de la taille aux pieds. J'ai souri.

Quelques minutes plus tard, il était au-dessus de moi, la tête entre mes jambes. Sa queue très virile pendait juste à côté de ma bouche.

J'ai passé la main autour de ses hanches et, du bout des doigts, j'ai incliné sa bite vers le bas pour que je puisse mettre ma bouche dessus. Une fois que sa bite a touché mes lèvres, Bill a commencé à faire rebondir ses hanches lentement. Il me baisait dans la bouche en même temps qu'il me baisait avec sa langue et ses doigts.

Il a écarté ma chatte et a plongé sa langue dans ma chatte aussi profondément qu'elle pouvait aller puis il m'a léchée du trou du cul au clitoris. Mes gémissements ont envoyé mon approbation et j'ai sucé sa queue plus profondément et il a gémi cette approbation.

Je n'avais jamais eu mon trou du cul chatouillé auparavant et j'ai trouvé sa langue sur mon trou du cul très érotique. J'ai donc levé la tête et léché son trou du cul en replay.

Cela me semblait érotique et j'aimais la sensation de sa langue sur mon trou du cul. Cependant, je n'étais pas dans le bon angle pour le faire très longtemps. Je suis donc retournée sucer sa queue.

Je n'ai pas remarqué que sa bite pulsait mais tout d'un coup, un liquide fort, salé et piquant a roulé sur ma langue. Je n'étais pas sûre qu'il jouissait ou non. Ça avait le goût du sperme, j'ai sucé quelques bites en mon temps et c'était du sperme, mais il n'a pas fait de mouvement brusque et n'a pas éjaculé comme la plupart de ceux que j'ai fait jouir avec ma bouche.

J'étais presque prête à jouir moi-même et je ne voulais pas qu'il arrête ce qu'il faisait si près de mon orgasme. J'ai donc sucé et avalé son fluide pendant que j'atteignais mon propre orgasme joyeux et criant.

Bill a levé la tête et a inséré deux doigts dans ma chatte et les a remués aussi vite qu'il le pouvait. J'ai crié et j'ai joui pour la deuxième fois sans aucune pause de la première.

Bill s'est déplacé et a rapidement écarté mes jambes et a enfoncé sa queue en moi. J'ai senti son poids sur moi et sa bite frotter les parois de ma chatte très sanative.

J'ai senti sa queue gonfler et devenir plus rigide. Puis je l'ai senti bouger et la chaleur de son sperme a envoyé des vagues de plaisir explosif dans tout mon corps. Il jouissait maintenant et j'ai senti toutes les secousses et les pulsations tandis qu'elle remplissait ma chatte de son sperme.

Si c'était son sperme, qu'est-ce que c'était que ce truc que j'avais avalé. La sensation de plaisir était si grande que je pouvais à peine la supporter. Mais j'ai réussi à traverser cette fureur de la luxure alors que Bill s'est détaché de moi pour s'affaler à mes côtés.

Nous respirions tous les deux profondément et essayions de reprendre notre souffle du mieux que nous pouvions.

Bill a dit "Je suppose que c'est bon maintenant si je t'appelle Susan".

J'ai ri et j'ai dit "Oui. Bill, je pense que nous avons établi une relation plus ou moins proche."

Il a ri.

Bill a dit : "Susan, tu m'as vraiment fait vibrer. Je n'ai pas joui comme ça depuis des années. Si je peux me permettre, tu es une sacrée suceuse de bite. Je ne fais ce truc de pré-cumulation que lorsque je suis vraiment excité."

J'ai dit "Je me demandais ce que c'était. Je n'avais jamais eu ce genre de chose avant."

"C'est un peu comme une version masculine du Nectar des dieux.

Je n'en ai profité que quelques fois dans ma vie. Quand j'étais très jeune, j'ai lu des choses sur le Nectar des Dieux et je pensais que c'était quelque chose d'inventé. Mais ensuite, je me suis retrouvé avec une femme et elle a réagi au sexe oral de la même façon que toi et elle m'a récompensé en me faisant goûter pour la première fois au plus doux des miels de la nature." Bill a souri en se soulevant sur un coude.

Il a souri, s'est penché et m'a embrassé. C'était un baiser chaud et tendre et j'ai aimé ça.

J'ai dit "Je suppose que tu voudras ce dîner maintenant. Il faut garder ses forces."

Bill a souri et a dit "Si on doit faire ça très souvent".

Nous avons tous les deux rigolé.

Bill m'a encore embrassé à la porte de derrière.

J'ai écouté son petit tracteur à gazon qui grondait dans l'allée vers sa maison. J'ai pensé "Bill, je crois que j'étais prête pour toi ce soir".

Peut-être que mes rêves éveillés de sexe avec Norman plus tôt avaient un peu à voir avec cela. Cela aurait-il pu être une sorte de prémonition physique de ce qui allait arriver ? J'ai pensé à Norman et je me suis demandé comment serait le lendemain lorsque je verrais Norman. Aurais-je un autre rêve éveillé de lui et de sa belle longue queue noire ? Maintenant que j'ai rompu cette longue période sèche sans sexe, est-ce que j'ouvrais une porte pour plus ?

Je m'étais levée tôt mais pas assez tôt car Norman attendait sur le porche arrière quand j'ai regardé dehors. J'étais encore en peignoir et nu en dessous.

J'ai ouvert la porte et invité Norman à entrer. Je lui ai dit que M. Harrling passait pour ramasser les feuilles pour les utiliser comme composition dans son jardin.

Norman a demandé comment je me sentais et je lui ai dit que j'allais bien.

"J'ai d'abord eu peur quand je t'ai vue allongée sur le sol. Quand je me suis penché, tu marmonnais des choses très étranges. Cela m'a mis dans tous mes états. Tu es une très jolie femme et ce que tu disais ... eh bien ça m'a excité. Je ne savais pas si tu avais bu ou si tu étais malade, ou si ce que tu disais était ce que tu voulais faire.

Je n'ai pas envie de baiser des femmes blanches mais tu parlais vraiment comme un fou."

Je ne pense pas que Norman se soit rendu compte qu'il avait dit le mot en "F" mais cela m'a fait comprendre que j'avais parlé de cette façon.

"Norman ; qu'est-ce que j'ai dit. Peux-tu me dire ce que j'ai dit qui t'a tant énervé ?" Norman m'a regardé et m'a demandé si je me souvenais de quelque chose. Je lui ai dit que non mais que je voulais savoir ce que j'avais dit.

Il a dit : "Mme Bennett ; vous êtes une gentille dame et je pense que vous avez perdu la tête. Je ne pense pas que tu parles comme ça quand tu es réveillée et que tu as le contrôle de toi-même."

"Norman ; tu veux bien me dire ce que j'ai dit ?"

"Si tu veux vraiment savoir, je suppose que je peux te le dire. Mais je dois dire que tu m'as vraiment excité. Mais je vais te le dire de toute façon. Tout d'abord, quand je me suis penché, j'ai touché ton bras et tu as bougé ta main... et bien tu m'as pris dans tes bras." Il s'est arrêté et m'a simplement regardé.

J'ai dit : "Dis-moi Norman, où t'ai-je touché ?"

"Ta main est montée entre mes jambes et tu as pris une prise sur ma... ma, a, ma bite. Tu as dit que j'avais une belle et longue queue et que tu voulais me sucer. J'ai déjà eu des filles blanches qui m'ont sucé la bite et j'ai d'abord cru que tu étais réveillée. Puis tu as dit que tu voulais que je te baise. Tu avais une bonne prise sur ma queue et je t'ai dit... tu peux me sucer, mais ne la secoue pas si fort. Je suis devenu un peu dur et ma bite est sortie de mon short car je ne porte pas de sous-short et tu as dit à nouveau. J'avais une grosse et longue queue et tu voulais me sucer. Mais je savais alors que tu avais perdu la tête alors j'ai reculé, j'ai rangé ma bite et c'est à ce moment-là que je t'ai appelé par ton nom et que tu t'es réveillé. J'espère que tu te sens mieux maintenant. J'étais vraiment bien préparé."

J'ai cligné des yeux et j'ai dit "Je suis vraiment désolée Norman. Je ne parle pas comme ça et je ne sais absolument pas pourquoi j'aurais dit ces choses."

J'ai dit "Je crois me souvenir que tu as pensé que tu avais coincé la peau de ton pénis dans ta fermeture éclair".

Norman m'a regardé et a dit "J'ai fait ça il y a quelques jours. Comment as-tu su cela ? Il y a encore une marque à l'endroit où elle a été pincée."

Encore une fois, l'idée que j'aie une vision physique étrange m'a fait réfléchir et je me suis demandé si autre chose s'était produit lorsqu'il a eu le problème de la fermeture éclair.

J'ai dit : "Norman, quand c'est arrivé, qui est venu à ton secours ?"

Il m'a regardé en clignant des yeux et a souri. J'ai répété ma question et il a seulement souri.

J'ai pensé que j'avais poussé la chose assez loin. Alors j'ai dit "Tout à l'heure, tu as dit que tu avais eu des rapports sexuels avec des femmes blanches. Tu es un peu jeune pour faire l'amour, n'est-ce pas ?".

Il a souri et je pense que c'est à ce moment-là qu'il m'a vue comme une personne à avoir. Il me regardait comme un trophée en quelque sorte. Une autre femme blanche dont son jeune cul noir pourrait s'extasier. J'étais sur le point de rejeter cette idée et de l'envoyer balader quand il m'a interrompue.

"Mme Bennett. J'ai dix pouces de bite noire vendue et j'ai découvert que la plupart des femmes blanches aiment voir une bite aussi grosse et aiment encore plus quand je la fourre dans leur chatte aux lèvres roses."

Avant que je puisse dire quoi que ce soit, sa bite était dans sa main et elle était exactement comme je l'avais vue dans ma vision. Elle était longue, avec une tête marron foncé et pas de peau pour remonter sur le bout. La crête derrière la tête était épaisse et large. J'étais hypnotisée par sa vue. Je ne pouvais pas bouger ni dire un mot.

Norman a saisi mon bras et a tiré ma main vers sa queue qui se raidissait. J'ai laissé mes doigts l'entourer et le serrer fermement. Elle était chaude à mon toucher et à mesure que je la regardais, elle devenait plus longue et plus dure.

Norman dit "Mme Bennett, j'aimerais bien que tu me suces la bite avant que je te baise. Je pense que tu es une excellente suceuse de bite. Tu vas adorer sentir ma grosse bite noire dans ta bouche."

Ses mots étaient hypnotiques et je n'ai rien dit alors que je baissais mon corps et m'agenouillais devant lui. Il a repoussé ma main, a pris sa bite dans sa main et l'a agitée devant mon visage.

Il a frotté la tête sur mes lèvres et j'ai ouvert la bouche. Il l'a tirée sur le côté et a frotté ma joue avec la bave qui suintait de la petite bouche. J'ai fermé les yeux et je l'ai laissé frotter sa queue sur tout mon visage. Quand il était prêt, je l'ai laissé appuyer la tête sur mes lèvres.

J'ai ouvert ma bouche pour accueillir sa belle queue.

"Ouvre grand, voilà le porc. Laisse-moi te voir t'ouvrir très grand. J'adore voir ma bite entrer dans une jolie bouche blanche. Dis-moi que tu aimes sucer des bites noires."

Je n'ai rien dit, je suis restée assise, la bouche ouverte, à attendre qu'il mette sa belle bite dans ma bouche. Norman a répété sa demande pour que je lui dise que j'aimais sucer des bites.

J'ai dit "J'aime sucer des bites".

"Non, non dis-moi que tu aimes sucer des bites noires. Comme dans beaucoup de bites noires."

Je n'avais aucune idée de ce dont il s'agissait mais je voulais passer à l'action alors j'ai dit "J'aime sucer des bites noires". Cela a semblé le rendre heureux car il a poussé sa bite dans ma bouche.

Il a fait des mouvements de va-et-vient en baisant lentement ma bouche. Puis il s'est arrêté et j'ai pris quelques léchouilles depuis ses couilles jusqu'à la tête et tout autour de la crête, puis je l'ai aspiré dans ma bouche.

Norman n'a pas tenu longtemps avant de se raidir et de projeter son sperme sur ma langue. Son sperme était épais, chaud et très fort. Je ne voulais pas l'avaler mais il a poussé sa queue à fond et je n'avais pas d'autre choix que d'avaler. Norman a pompé une grande quantité de sperme dans ma bouche avant de se retirer. J'ai laissé sa queue glisser de ma bouche.

J'ai levé les yeux vers lui. Il souriait quand il a dit "Petite dame, tu es vraiment une sacrée suceuse de bite. J'aimerais te baiser maintenant mais j'entends le chariot de M. Harrling qui descend l'allée. À moins que tu ne te soucies pas qu'il te voie à genoux avec ma bite qui pend.

J'étais tellement bouleversée que j'ai failli m'évanouir mais j'ai réussi à m'habiller avant que Bill n'arrive.

Norman a dit "merci Mme Bennett, je vais tout de suite finir la pelouse".

Norman est descendu du porche alors que Bill arrivait. J'ai dit : "Bonjour Bill, comment vas-tu aujourd'hui ?"

"Je suis plus fin qu'un poil de grenouille. Ce jeune homme a l'air très gentil. Depuis combien de temps fait-il le travail dans ton jardin ?"

J'ai répondu : "Norman est dans la classe de lecture à la bibliothèque. Je viens de l'embaucher cette semaine. Je pense qu'il a besoin d'argent." J'ai goûté le dernier sperme de Norman sur mes lèvres et j'ai souri en invitant Bill à entrer.

Bill a fermé la porte et a essayé de m'embrasser. Mais je me suis détournée car j'avais peur qu'il goûte le sperme de Norman sur mes lèvres. J'ai dit "Je dois me brosser les dents, j'ai bu du café et je pense qu'il était trop fort. Je reviens tout de suite."

Lorsque je suis revenue, mon haleine était fraîche comme la menthe et j'ai accueilli les baisers de Bill et sa douce caresse sur ma poitrine.

J'ai dit : "C'est très agréable mais nous ferions peut-être mieux d'attendre que Norman ait fini de tondre la pelouse. En attendant, tu peux aller chercher des feuilles. Je t'aiderai même à les ramasser."

"Je suis désolé Soudan mais j'ai besoin de sentir ta chatte autour de ma queue. C'est tout ce à quoi je pense depuis la nuit dernière. Cela fait si longtemps que je n'ai pas eu une bonne baise et je pense que tu es un chef d'œuvre de baise d'ailleurs. Mais je peux attendre si je le dois. Mais je peux au moins jeter un coup d'œil à ton délicieux petit trou de baise."

Je frissonnais à ses mots méchants. J'ai dit "Oh, Bill tu me rends tellement excitée que nous ne pouvons pas attendre...".

"Christ Susan ; je suis si chaud que je pourrais faire frire un œuf sur la tête de ma bite. Laisse-moi juste te lécher quelques fois avant que nous sortions. Je te promets que je serai sage jusqu'au départ de Norman mais pas longtemps après. Ma bite a un esprit qui lui est propre." Je me suis assise sur la table et j'ai soulevé mon ourlet et tiré ma culotte sur le côté. Bill s'est accroupi en respirant sur ma mouillure. Au premier contact de sa langue, j'étais si heureuse de ne pas avoir permis à Norman de me baiser. Je commençais à aimer la langue de cet homme dans ma chatte. J'ai gémi et remué un peu mon cul lorsque Bill a mordu mon clitoris. J'ai aspiré mon souffle et l'ai retenu pour ne pas crier. J'ai levé les yeux pour voir Norman debout devant la porte moustiquaire, souriant.

Bill était un peu perdu dans ce qu'il faisait et je ne pouvais rien faire. J'ai fait signe à Norman de s'en aller. Mais il est resté là à regarder Bill me lécher jusqu'à la frénésie. Bill a commencé à s'éloigner mais j'ai attrapé sa tête et l'ai tiré en arrière. Je ne voulais pas qu'il voie Norman debout à nous regarder. Bill veut retourner à ce qu'il faisait joyeusement.

J'ai fait un signe frénétique à Norman pour qu'il parte mais il a juste souri et est resté figé à cet endroit. J'ai pensé : "Espèce de bâtard noir, la prochaine fois que je vois ta queue noire, je la mords".

Bill a enfoncé un doigt en moi pendant qu'il suçait mon clitoris. J'ai gémi et secoué mes jambes qui pendaient de la table. Je me suis rapprochée de Norman lorsque Bill a remué deux doigts dans ma chatte.

Il a sucé fort mon clitoris et c'était tout ce que je pouvais supporter. J'ai laissé échapper un léger cri et j'ai serré mes cuisses l'une contre l'autre en laissant libre cours à un orgasme maximal. Je suis tombée en arrière sur la table, faisant tomber les salières et poivrières sur le sol.

En fermant les yeux, j'ai savouré la sensation que je ressentais. J'ai ouvert la bouche pour dire quelque chose et j'ai senti la queue de Norman remplir ma bouche. J'ai essayé de reculer mais il me tenait par la tête et baisait ma bouche rapidement et je ne pouvais rien y faire.

Bill devait avoir les yeux fermés car il n'avait pas vu Norman mais il allait sûrement le voir d'une seconde à l'autre. J'étais morte de peur qu'il y ait une bagarre. Mais ensuite, j'ai senti que Bill se retirait. Norman a serré ma tête si fort que je ne pouvais pas voir de ce côté. Puis j'ai senti Bill baisser et enlever ma culotte d'un coup sec.

J'ai senti ses mains sur mes genoux les écarter alors qu'il tirait mes jambes vers le haut.

Bill avait sa bite en moi jusqu'à la pointe et me baisait solidement, même si Norman a déclaré qu'il se défoulait dans ma bouche. Je n'avais aucune idée de ce qui se passait alors je me suis détendue et j'ai profité de ce double plaisir.

J'ai englouti, avalé et encore englouti. Norman avait une énorme charge et il pompait chaque dernière goutte dans ma bouche.

Bill a donné une secousse et j'ai senti qu'il remplissait ma chatte de sa charge. J'étais si confuse que je n'ai pas eu de deuxième orgasme. Bill s'est retiré et Norman m'a aidée à me redresser. Mes deux amants me regardaient.

Je regardais deux bites usées et flasques.

J'ai regardé de l'une à l'autre et inversement. Je savais qu'il se passait quelque chose mais je n'avais aucune idée de ce qui venait de se passer.

Bill a dit : "Norman est mon fils adoptif. Son père était mon ami à l'armée et je connais Norman et sa mère depuis qu'il est né. Norman est passé hier soir et m'a raconté ce qui s'était passé. Je lui ai dit ce que nous avions fait et donc aujourd'hui, il nous a dit que tu étais prêt à profiter de nous deux et il semble que nous avions raison et que tu as profité de nous deux."

J'ai été furieuse pendant environ deux secondes. J'avais apprécié la sensation des deux, il n'y avait pas d'autre solution. J'ai souri et nous avons tous les trois ri. Puis j'ai pleuré.

Bill est sorti pour ramasser les feuilles, Norman est retourné nettoyer le jardin et je suis allée prendre une douche. À un moment donné pendant ma douche, je me suis demandé si Bill connaissait la mère de Norman aussi bien qu'il avait si vite appris à me connaître et à connaître mon besoin de sexe. Ensuite, si Bill baisait aussi la mère de Norman, est-ce que Norman le savait et quel était son rôle, s'il en avait un, dans cette petite partie de sexe. Mon Dieu, et si Norman baisait sa mère ? Devais-je faire partie d'un groupe d'échangistes incestueux ?

J'ai finalement compris que ce qui avait commencé de manière innocente à la bibliothèque s'était terminé par une escroquerie de la part de Norman et de Bill.

J'étais mûre pour le plumage car je n'avais pas été baisée depuis quelques années. Avec ces étranges visions physiques, j'étais d'humeur à laisser les choses suivre leur cours et c'est ce qui s'est passé.

J'aimais bien Bill mais je n'étais pas sûre d'être prête pour un autre plan à trois avec ce jeune homme. Je me souvenais de quelques grandes années que j'avais eues avant mon premier mariage. Pendant deux ans de ce mariage, j'ai aussi été utilisée, amusée et abusée jusqu'à ce que je m'en sorte. Mais ma vie pendant les vingt ans de mariage de la deuxième fois a été douce et quelque peu normale jusqu'à cette incursion de ces derniers jours.

À mon âge, j'avais peut-être besoin de me sentir à nouveau nécessaire et désirée. Je suis tombée dans ce piège et pendant quelques heures, j'ai accueilli toute cette attention. Mais maintenant que je suis assise avec du temps pour réfléchir, je ne suis pas sûre que c'est ce que je voulais.

Je devais cependant sourire en pensant à l'orgasme massif et hautement explosif que j'avais eu avec le jeune Norman et avec Bill. L'idée d'une dernière séance avec ces deux-là m'a donné un frisson et ce n'était pas un mauvais frisson, non, pas du tout.

"Arrête ça". Je me suis dit avec un sourire qui se formait sur mon visage.

J'ai ri à gorge déployée car je savais au fond de moi que je voulais revoir Bill et si cela signifiait partager mon corps avec Norman, eh bien pourquoi pas, ce n'était vraiment pas si mal. Dieu sait que cela a réveillé en moi quelques pulsions qui étaient en sommeil depuis si longtemps que j'avais même oublié que j'avais jamais eu de tels vices. Mais ensuite, j'ai eu une attaque de la réalité. J'ai réalisé que c'était mal selon certaines normes morales. Je devais m'éloigner et réfléchir pendant un moment. Mais mes émotions m'ont fait perdre tout sens. J'ai pris le téléphone et je me suis dit pourquoi pas ? Je vais appeler Bill et il pourra appeler Norman.

D'autres histoires de cul à dévorer :