Les histoires érotiques (et plus coquines encore)

Les récits, nouvelles et autres histoires de sexe à lire discrètement pour se faire plaisir

Confession sexy: Ma petite soeur baise avec mon mari

Lorsque ma jeune sœur est venue me voir pour me dire qu'elle voulait commencer à faire de la webcam, je n'ai pas été surprise. Et lorsqu'elle a demandé si mon mari Steve pouvait l'aider à tout installer, je n'ai même pas hésité à lui proposer ses services.

Pourquoi n'ai-je pas été surprise que ma sœur décide de faire de la webcam ? C'est comme ça qu'elle est faite. Eh bien, ça, et parce qu'elle est extrêmement jolie et a le corps parfait pour ça. Certains pourraient dire la même chose de moi, mais si nous avions quelques similitudes, nous étions très différents dans certains domaines.

Tous mes amis masculins disaient que nous avions tous les deux des culs de star du porno. Quand je leur demandais ce qu'ils entendaient par là, ils me répondaient simplement que nous étions toutes les deux des filles en forme avec des fesses qui devraient aller à quelqu'un d'un peu plus ronde. Au début, j'étais offensée, mais ils m'ont assuré que c'était une bonne chose. Donc, on l'a accepté. Le seul problème, c'est qu'il nous manquait la poitrine. Au mieux, j'étais un bonnet B, alors que ma sœur était un petit B. Et ce, jusqu'à ce qu'elle ait 21 ans, et qu'elle devienne un DD grâce à la médecine moderne. À ce moment-là, mes amis l'appelaient simplement Mme Pornstar.

Ajoutez à cela son visage angélique, ses lèvres naturellement pulpeuses et ses magnifiques cheveux ondulés qui semblaient changer de couleur selon son humeur, et vous obtenez le tableau. J'avais la chance d'avoir les mêmes caractéristiques faciales, mais comme le disait mon mari Steve, j'étais plutôt du genre "girl next door". De plus, il ne comprenait pas vraiment l'histoire du cul de la star du porno, ni pourquoi les gens se pâmaient devant ma sœur. Je suppose que c'est l'une des nombreuses choses que j'aimais chez lui.

En toute honnêteté, il était assez naïf quand il s'agissait du sexe opposé. Il est complètement inconscient du flirt évident que la plupart des femmes font autour de lui. Et heureusement, car il se fait constamment draguer. C'est l'une des personnes les plus intelligentes et les plus charmantes que je connaisse, et avec son physique de beau gosse, je transpirerais des balles à chaque fois qu'une femme l'approche si je ne savais pas à quel point il est naïf.

Alors, quand Sandy est venue me voir pour me dire qu'elle voulait commencer à faire de la webcam, ce n'était pas vraiment une surprise, mais c'était quand même un peu surprenant. Je veux dire, je savais qu'elle était sortie de sa coquille quand elle a eu ses nouveaux seins et qu'elle était devenue une sorte d'exhibitionniste, mais ça n'était jamais allé plus loin que de porter le plus petit des bikinis. Pour autant que je sache, elle ne se promenait pas nue, même si elle aurait pu l'être vu le peu de choses que couvraient ses maillots de bain.

Ce n'était pas du tout inhabituel de rentrer à la maison et de la trouver utilisant notre piscine. Enfin, pas vraiment la piscine mais plutôt les chaises longues pour prendre un bain de soleil. Je gloussais toujours avec mon mari quand elle paradait autour de lui dans son plus petit string et ses seins à peine couverts. C'était comme s'il n'avait même pas remarqué que le cul ou les seins de ma soeur débordaient. Quand je lui ai raconté que mes amis disaient à ma soeur et à moi que nous avions des culs de stars du porno, il n'a rien compris. Il disait juste, "eh bien, je me fiche de comment ils l'appellent. J'adore ça !" Il était si innocent comme ça.

Le plus drôle, c'est que je le taquinais tout le temps à propos de sa bite de star du porno. Il inclinait la tête comme s'il n'avait aucune idée de ce dont je parlais. Je suppose que c'est ce qui m'a fait m'attacher à lui. Il était si innocent, si naïf, mais c'était un beau gosse et il était monté comme un cheval. Et, heureusement, il ne voulait rien de plus que de me faire plaisir. Il était un geek de l'informatique et je suppose que cela signifie que dans son esprit analytique, il était déterminé à trouver exactement ce qui me plaisait. Et il l'a fait.

Il a résolu ce problème, et même plus. Il était de loin le meilleur amant que j'ai jamais eu. Ajoutez à cela son innocence, sa bonne mine, son corps sexy et sa bite massive et il était littéralement mon homme parfait. C'est pourquoi, lorsque ma sœur s'est lancée dans la webcam et qu'elle cherchait mon mari pour l'aider à s'installer avec tous les trucs informatiques, je n'ai pas hésité une seconde à proposer les services de Steve.

Quand je lui en ai parlé, dire qu'il était confus était un euphémisme. Il a supposé que cela signifiait qu'elle allait participer à des réunions d'affaires, ou quelque chose de ce genre, et qu'elle avait besoin que son ordinateur et son équipement soient configurés de manière optimale pour une présentation. J'ai dû en rire. Des présentations. Oui, elle va faire des présentations, c'est vrai.

J'ai fait de mon mieux pour l'expliquer et je crois qu'il a fini par comprendre, mais il ne savait pas trop pourquoi elle le faisait. J'ai essayé d'expliquer son côté exhibitionniste et bien sûr que l'argent était bon, et bien que toujours confus, il a accepté. Je lui ai promis que ça vaudrait le coup quand il reviendrait et il a souri en me disant "non, je vais faire en sorte que ça vaille le coup pour toi". Ça n'avait pas vraiment de sens, mais cette bizarrerie est une autre chose que j'ai aimée chez lui. Toujours à veiller sur moi.

Ce soir-là, je me suis occupée et j'ai regardé quelques émissions Netflix qui ne l'intéressaient pas et finalement, vers minuit, il est rentré à la maison. J'ai été surprise de le voir un peu échevelé et il avait l'air un peu penaud et je devais me demander ce qui s'était passé.

"Hey, bébé", je l'ai salué avec un baiser. "Comment ça s'est passé ?"

Il semblait un peu nerveux et cela a piqué mon intérêt mais je savais finalement que je pouvais lui faire confiance ainsi qu'à ma sœur. Nous nous sommes assis sur le canapé et il a commencé à parler.

"C'était bien. Un peu plus que ce que j'avais prévu, mais rien que je ne puisse faire pour l'aider."

Sa réponse semblait un peu tendue alors j'ai essayé d'en savoir plus. "Désolé d'entendre ça, bébé. Tu as eu des problèmes avec son équipement ?"

Il n'a toujours pas établi de contact visuel quand il a répondu. "Oui, quelque chose comme ça. C'était juste... je ne sais pas... pas ce à quoi je m'attendais."

Cela semblait étrange. Steve était un as et n'avait généralement aucun problème avec tout ce qui concernait l'informatique. J'ai essayé de le faire s'ouvrir un peu plus. "Qu'est-ce que tu veux dire, 'pas ce que tu attendais' ?"

Il bégayait maintenant, essayant de trouver les mots, alors je l'ai pris par les épaules, l'ai regardé dans les yeux et lui ai dit que c'était bon et qu'il pouvait tout me dire.

Il m'a finalement regardé dans les yeux et a commencé. "D'accord, Deb." Il a poussé un gros soupir qui m'a inquiétée davantage avant de continuer. "Quand je suis arrivé, Sandy était assez frénétique. C'était comme si elle rebondissait sur les murs. J'ai essayé de la calmer mais elle semblait si nerveuse. J'ai fait de mon mieux pour lui assurer que tout irait bien et j'ai commencé à installer son ordinateur, à charger les logiciels dont elle avait besoin, à monter l'appareil photo et la lampe qu'elle avait achetés et à les placer à l'endroit idéal. Je l'ai même aidée à se connecter au site et à tout préparer."

"Vous voyez, je savais que vous étiez l'homme idéal pour ce travail", ai-je plaisanté. "Alors, qu'est-ce qui vous tracasse ?"

Il a encore pris une profonde inspiration avant de parler. "Eh bien, elle a commencé à se calmer un peu, mais elle a ensuite demandé si je pouvais l'aider à choisir ce qu'elle allait porter."

Il a fait une pause pendant une seconde, alors j'ai pris la parole. "C'est bien Sandy. Attendre jusqu'à la dernière minute."

Il avait toujours l'air un peu penaud mais a gloussé un peu. "Yep... c'est ta soeur, d'accord. Bref, elle a disparu quelques minutes dans son placard et quand elle est sortie, elle portait un de ses petits bikinis et des talons très hauts."

Ça me semblait correct, je me suis dit. Je ne savais pas vraiment ce que les filles portaient quand elles faisaient ça, mais je me suis dit que ça devait être plutôt sexy. Et, je sais que ses bikinis ne couvraient presque rien. Je ne peux qu'imaginer à quel point les gars qui la regardent la trouveraient sexy, surtout avec des talons de salope. Je suis restée silencieuse et j'ai attendu que mon mari continue.

"Je suppose qu'elle n'était pas très heureuse que je ne lui donne pas la réaction qu'elle attendait, alors elle est retournée dans son placard. Quand elle est sortie, elle portait ce petit truc de lingerie en dentelle noire. J'ai reconnu que c'était un teddy car il était presque identique à celui que tu as".

J'ai écarquillé les yeux, sachant que nos teddy étaient, en fait, identiques parce que nous les avions achetés ensemble. Je savais aussi qu'ils étaient complètement transparents, montrant à quiconque jetait un coup d'œil vers elle une vue complète de ses mamelons et de sa chatte. Je n'étais pas complètement à l'aise avec ça, mais je savais que ma soeur voulait que les choses soient parfaites. Et je faisais confiance à Steve pour ne pas baver sur elle. Bien que, avec ses seins beaucoup plus gros que les miens, je me demandais à quel point elle avait l'air lubrique.

"Euh ... ok ... Je ne m'attendais pas à ça, mais alors qu'est-ce qui s'est passé ?"

"Eh bien, à partir de ce moment-là, elle est devenue assez nerveuse. Je pouvais voir à l'expression de son visage qu'elle n'était toujours pas satisfaite de ma réaction, alors elle s'est à nouveau changée. Cette fois, en quelque chose de rouge, et encore une fois, c'était transparent. Mais je suppose qu'elle n'a pas aimé ma réaction à ce moment-là non plus. Et... je suppose que dans sa frustration, elle a complètement oublié que j'étais là parce qu'elle n'a pas pris la peine de retourner à son armoire pour se changer dans la tenue suivante."

"Oh mon dieu, Steve ! Tu l'as vue complètement nue !?"

"Ouais, mais ce n'était pas ma faute. Je veux dire... Ce n'était pas la sienne non plus. Elle a juste semblé oublier que j'étais là. En fait, elle avait l'air assez embarrassée quand elle a réalisé ce qu'elle avait fait."

Je commençais à m'énerver, mais je voyais bien que Steve était mal à l'aise avec tout ça. "Je comprends, Steve. C'est juste que je ne m'attendais pas à ça. Je suis sûr qu'elle se sentait très mal à l'aise."

"Oh ouais ! Elle se sentait vraiment mal à l'aise, mais après quelques minutes, elle a dit que puisque j'avais tout vu, ça n'avait pas de sens de retourner dans son placard pour se changer. Ensuite, elle a enfilé quelques tenues supplémentaires. Elle s'est finalement décidée pour un petit ensemble soutien-gorge et culotte."

"C'est tellement elle", ai-je dit. "Elle passe par tout ça pour finalement se contenter du plus simple."

Steve a gloussé et a poursuivi . "Oui, elle l'a admis aussi. Je suppose qu'elle a préféré celui-là et qu'elle essayait d'ajuster le haut et le bas, mais elle avait du mal à les mettre exactement comme elle le voulait. Ses mains tremblaient. Elle était si nerveuse qu'elle m'a demandé de l'aider."

"Attends, tu l'as touchée ?"

"Pas vraiment. Je veux dire, je suppose, un peu. J'ai juste ajusté le soutien-gorge pour qu'il couvre ses seins comme elle le voulait, puis elle m'a demandé d'arranger la culotte. Le dos de ma main a peut-être effleuré le côté de son sein. Il n'y avait pas grand chose dans sa culotte, alors j'ai fait de mon mieux pour m'assurer qu'elle était complètement couverte en bas aussi."

"Eh bien, je ne suis pas très heureux que tu sois si près de ses seins et de sa chatte, mais ça semble assez innocent."

"Crois-moi, c'était plus gênant pour moi, bébé."

"Ouais, je comprends ça. C'est pour ça que je t'aime." J'ai légèrement frappé son bras, puis j'ai demandé ce qui s'est passé ensuite.

"Eh bien, elle était encore très nerveuse. D'une certaine façon, c'était plutôt mignon. Mais, je me sentais mal pour elle. Et... sachant comment je te calme quand tu es vraiment stressée, je lui ai proposé un massage."

Putain. Je savais combien ces massages étaient merveilleux, et ce à quoi ils menaient généralement. Mais, c'était tellement lui. Vouloir s'assurer que les autres prennent soin d'eux. Mais, ensuite j'ai eu une idée. "Attends, je croyais que tu ne l'avais pas vraiment touchée ?"

"Oh, non. J'ai été très professionnel. Enfin, surtout professionnel. Je veux dire... Je ne suis pas une masseuse professionnelle ou quoi que ce soit, mais elle semblait vraiment apprécier. J'ai juste fait ce que je savais que tu aimais."

"Ok, continue."

"Eh bien... je l'ai fait s'allonger sur le lit et j'ai commencé à lui masser le dos avec l'huile..."

"Attends !" Je l'ai interrompu. "De l'huile ! ? C'est quoi ce bordel, Steve ? Comment c'est passé d'un simple réconfort à un massage complet avec de l'huile et tout ?" Maintenant, j'étais livide.

"Je sais, Deb. Je pensais la même chose. Quand elle s'est couchée, elle m'a dit de prendre de l'huile sur sa table de nuit. C'était logique sur le moment, surtout qu'elle avait l'air tendue. Alors... j'ai juste fait comme ça."

J'ai essayé de me calmer. C'était logique. "Ok, ok, j'ai compris. Alors, et ensuite ?"

"Alors, ensuite, elle m'a proposé d'enlever son soutien-gorge et sa culotte pour que je n'ai pas d'huile dessus. J'ai accepté, alors elle les a enlevés. A ce moment-là, je suppose qu'elle s'est dit qu'elle ne serait pas gênée puisque je l'avais déjà vue nue."

Je n'aurais pas voulu que mes affaires soient salies non plus, mais ça ne m'a pas plu. Je lui ai dit de continuer.

"Je lui ai ensuite fait un bon massage du dos, comme tu aimes. Je pense qu'elle s'est même endormie un peu, mais elle s'est retournée et m'a demandé de lui masser le devant."

"Attends, tu lui as massé le devant ? Comme ses seins... et tout ?"

"Non, bébé. Je suis resté loin de ses seins. C'était assez difficile, vu comme ils sont gros et ronds, mais je ne voulais pas qu'elle se sente encore plus mal à l'aise, alors je ne les ai pas touchés."

Merde. Je savais qu'ils étaient gros et ronds parce qu'elle me les a montrés fièrement après leur guérison. J'étais en fait très impressionné. J'ai toujours pensé que des faux seins auraient l'air... eh bien... faux. Mais pas les siens. Ils avaient l'air très naturels, et semblaient même réels quand elle me les faisait toucher. L'entendre dire qu'il s'en est tenu à l'écart du mieux qu'il a pu m'a rendu fier, cependant.

"Tu es un tel gentleman. Et puis quoi ?"

"Alors, j'ai fini de masser son front et ça a dû vraiment marcher parce qu'elle semblait totalement détendue. Elle s'est levée quand j'ai eu fini et je suppose qu'elle s'est vue dans le miroir et a remarqué que sa peau était un peu tachetée... certaines parties brillaient à cause de l'huile et d'autres étaient plutôt sèches. On s'est regardées toutes les deux et elle m'a demandé si je pouvais l'égaliser. J'ai commencé à dire qu'elle devrait le faire elle-même, mais nous savions toutes les deux que mes mains étaient déjà couvertes d'huile, alors j'ai proposé de l'égaliser pour elle."

Il m'a fallu une seconde pour comprendre ce qu'il disait, puis j'ai réalisé qu'il n'y avait qu'une seule partie de son corps qui n'était pas encore couverte d'huile. "Je croyais que tu avais dit que tu n'avais pas touché ses seins ?

"Oui, au début, mais je ne pouvais pas la laisser dans cet état."

Je n'aimais pas du tout ça, mais encore une fois, c'était logique. "Je suppose que tu as raison. Ça a dû être embarrassant pour toi. Tu sais... de devoir toucher ma soeur comme ça."

"C'est vrai. Mais, en fait, elle semblait plus embarrassée que moi. C'est peut-être parce qu'elle savait que je n'avais jamais touché des seins aussi gros que les siens. Mais c'était si mignon. Surtout quand ses tétons ont commencé à se raidir. Elle a dit que si je les massais aussi, ils pourraient se calmer. J'ai essayé, mais pour une raison quelconque, ils ne voulaient pas descendre. Comme ça n'a pas marché, elle a dit qu'elle avait peut-être juste besoin de se défouler. Quelque chose pour retrouver sa concentration."

Je n'aimais pas la tournure que prenaient les choses, mais il parlait si vite qu'il ne m'a pas laissé le temps d'en placer une.

"J'étais confus au début, puis elle a regardé timidement sa chatte rasée. Le plus drôle, c'est qu'elle était déjà brillante comme le reste de son corps sexy et que je n'avais même pas frotté d'huile dessus. Nous avons tous les deux fait une pause pendant une seconde, puis elle m'a demandé si je pouvais la faire jouir pour calmer ses nerfs. Je savais que tu prenais ton pied quand je te léchais la chatte, alors je lui ai dit que je ne pouvais pas faire ça."

"Bon travail, Steve !" Il me fait peur parfois avec sa crédulité, mais j'étais fier qu'il sache qu'il y avait des limites à ne pas franchir.

"Merci ! Heureusement, elle n'était pas contrariée. En fait, elle a plutôt ri en disant qu'elle ne demandait pas ça et qu'elle n'avait besoin que de mes doigts. Je n'ai pas compris, parce que je sais que tu as toujours besoin de ma langue et elle a dû voir ma confusion parce qu'elle a attrapé ma main et a amené mes doigts vers sa chatte humide. C'était bizarre au début, et je n'étais pas sûr d'être à l'aise avec ça, mais ses gémissements m'ont dit que tout allait bien. J'ai alors commencé..."

J'ai dû l'interrompre à nouveau. "Attends, Steve ! Je ne peux pas croire ça. Tu as doigté ma soeur !? Tu l'as vraiment fait jouir !?"

"Je sais, bébé. Crois-moi, c'était vraiment dur pour moi de le faire aussi. J'avais l'impression de te trahir, mais je me disais que tu aurais voulu que je fasse tout ce qu'il fallait pour aider ta petite soeur. Je sais à quel point tu l'aimes et que tu ferais tout pour elle. Et, en plus, ça m'a évité d'avoir à mettre ma bouche sur elle en bas. Ça aurait été trop."

Bon sang, le voilà qui fait le noble et tout. Et il était logique. Je ne pouvais pas lui reprocher de faire ce qu'il pensait être juste. "Je suppose que tu as raison, Steve. Je suis content que tu aies été là pour elle. Alors, elle a finalement commencé le spectacle."

"Ouais, une fois que je l'ai fait jouir, elle m'a donné un baiser. En fait, elle m'embrassait dans le cou pendant que je la doigtais, mais là, elle a embrassé mes lèvres et m'a dit qu'elle ne pouvait pas me remercier assez de l'avoir calmée. Puis elle a dit qu'elle allait commencer, alors je l'ai aidée à s'assurer que la caméra était parfaitement orientée et je suis allé dans l'autre pièce. Le plus drôle, c'est qu'après avoir été nerveuse à propos de la tenue à porter, elle a fini par commencer l'émission nue."

"Oh mon dieu ! Les chiffres. Mais, c'était très gentil de ta part de t'assurer qu'elle était prête. Tu as dû bien t'ennuyer après ça."

"Ouais, surtout. Enfin, pas vraiment."

"Oh, alors qu'est-ce que tu as fait pour tuer le temps ?"

"Elle voulait que je regarde depuis mon ordinateur, au cas où elle aurait des problèmes. On a mis en place ce signal qu'elle me donnait, que seuls elle et moi connaissions. Si elle tirait sur son oreille, elle avait besoin de mon aide. Alors je me suis assis et j'ai regardé le spectacle pour voir si elle avait des problèmes."

Ça semblait être un bon plan. "Et... avait-elle des problèmes ?"

"Elle en avait quelques-uns, que j'ai facilement résolus. Et vers la fin, elle s'énervait parce que la caméra ne voulait pas zoomer comme elle le voulait. Je me suis assuré de ne jamais être sur la caméra et je l'ai aidé à l'ajuster pour qu'elle soit parfaitement cadrée. Je n'étais pas vraiment mal à l'aise avec ça, mais elle semblait détendue, ce qui m'a facilité la tâche. Je suppose que j'ai fait du bon travail parce qu'ensuite elle m'a demandé si je voulais être son caméraman spécial."

"Caméraman ? Comme, vous avez tenu la caméra pour elle à partir de là ?"

"Non. Enfin, pas tout le temps. Mais, parfois, quand elle voulait avoir la photo parfaite, elle me demandait de la tenir et de me concentrer sur certaines choses."

"Comme quoi ?" Je n'aimais pas la tournure que prenaient les choses.

"Comme... vous savez. Là-bas. Elle avait ce truc qui ressemblait à un faux pénis et elle le faisait glisser dans et hors d'elle. Elle avait l'air d'aimer ça et à en juger par les commentaires sur le chat, les gars aimaient ça aussi."

Je n'ai certainement pas aimé que mon mari regarde ma petite sœur se baiser, mais je comprends que cela fasse partie du spectacle. "Ça s'appelle un gode, Steve. Et, parfois, les filles aiment s'en servir."

Il semblait un peu confus. "Hmmmph... Je ne comprends pas. Pourquoi ne pas simplement utiliser le vrai truc ?"

J'ai dû en rire parce qu'il connaissait clairement le statut relationnel de ma sœur. "Euh... il faut un vrai mec pour ça, Steve. Et Sandy n'en a clairement pas."

Il a souri quand il a compris. "Bien. C'est logique... je suppose. Quoi qu'il en soit, elle commençait à s'y intéresser et j'ai remarqué qu'elle semblait perdre le fil de ce que les gars disaient. J'ai commencé à lire certains d'entre eux et avant de m'en rendre compte, je lui ai demandé de se mettre à quatre pattes et de nous montrer son joli cul rond."

"Attends ! Tu lui as dit de faire ça ! ?"

"Non... Je veux dire, oui. Je veux dire, ce n'était pas vraiment moi. Ce que je veux dire, c'est que... ce n'est pas moi qui ai eu cette idée. Je lisais juste les commentaires que les gars faisaient."

"Ok, je comprends. Alors, elle avait presque fini ?"

"Je pense que oui. Mais, ensuite, quelque chose s'est passé. Je suppose que quand j'ai lâché ça, les gars ont compris qu'il y avait quelqu'un dans la pièce avec elle. Et, oh mec, ces gars sont devenus fous. Message après message, ils ont commencé à l'inonder, lui disant de me baiser. C'était si embarrassant, surtout quand ta soeur a vu la bosse dans mon pantalon. Elle a trouvé ça mignon et m'a dit de ne pas être gêné, que c'était naturel avec tout ce qui se passait. Le plus drôle, c'est que c'était dur bien avant ça, mais je ne voulais pas l'embarrasser, alors je ne l'ai pas corrigée."

Bon sang ! Il était dur ? Je veux dire, j'aurais dû m'en douter, vu la situation, mais vraiment ? Mon Steve ? Dur à force de regarder ma petite soeur ? J'ai pris quelques grandes respirations pour me calmer avant de m'en prendre à lui. Après tout, c'est normal qu'il réagisse comme ça. Mais je n'aurais jamais pensé qu'il le ferait.

D'autres histoires de cul à dévorer :